Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

France
31/08/2016 - 19:19

A part Macron, l'homme connaît-il les limites ?

En démissionnant du ministère de l'économie, Emmanuel Macron a déclaré qu'il avait «touché du doigt les limites du système politique». Même si sa déclaration est minimisée par l'inexpérience électorale de l'ancien ministre, cela résonne comme une promesse.
Quant aux humains en général, on serait tenté de dire qu'ils ne connaissent pas de limites, ne reculent devant rien ou, qu'en tout cas, ils ignorent sciemment les limites du raisonnable. D'un certain point de vue, il est logique d'explorer le passé, à la recherche d'origines, de voyager dans l'espace, à la recherche de ses contours.



A part Macron, l'homme connaît-il les limites ?
C'est dans le cadre de cette recherche de l'inconnu que le mouvement des astres et la naissance des arts mécaniques ont inspiré, à la Renaissance, le système du mouvement perpétuel qui ne serait alimenté par aucune énergie : le rêve. De même, les humains, depuis Aristote qui regardait sortir les vers des viandes avariées, ont adhéré au concept de génération spontanée.
Au bout du compte et en un saisissant raccourci, on peut estimer que le mouvement perpétuel et la génération spontanée des uns ont ont permis à d'autres d'aboutir au système de la réaction en chaîne qui a donné lieu aux explosions nucléaires à Hiroshima et Nagasaki.
Dans ces conditions, on a tout lieu de s'inquiéter à propos de notre système politique dont Emmanuel Macron indique qu'il a touché du doigt les limites. Il n'est pas question d'être rétrograde : la démocratie elle-même a besoin d'un coup de neuf.
En revanche, on peut légitimement montrer une certaine impatience pour ce que l'ancien ministre de l'économie proposera en remplacement de notre système politique actuel. Après tout, le titre « En marche » désigne un mouvement (le fait de se mouvoir) avec une volonté d'avancer vers le progrès, sinon pas perpétuel, à tout le moins continu. Quant à la génération spontanée, ce serait celle des bonnes volontés (à coaliser, cf www.en-marche.fr) qui surgiraient de tous côtés.
Nonobstant, la sincérité de M. Macron est évidente. Dommage qu'il n'ait pas touché du doigt la limite du système économique.

Sylvie Delhaye S. D.




Dans la même rubrique :
< >