Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
10/05/2012 - 22:40

Europe: Merkel lâche tout

Revue de presse Europe du 10 Mai 2012

Europe: Merkel lâche tout - Alain Robert, l'homme-araignée au sommet de la France - A Olympie, la Grèce entre glorieux passé et triste présent - Le rappel à l'ordre de Merkel à la France.



Europe: Merkel lâche tout
Alain Robert, l'homme-araignée au sommet de la France
Le Spiderman français, Alain Robert, a escaladé jeudi 10 mai après-midi le plus haut gratte-ciel de France, la tour First, située dans le quartier d'affaires de La Défense (Hauts-de-Seine). A mains nues et en 'solo intégral', c'est-à-dire sans aucune assistance ni corde de sécurité, ce grimpeur de l'extrême s'était donné 1 h 15 pour gravir les 231 mètres de l'édifice. Pari réussi, et avec la manière : l'ascension de la façade a été réalisée en moins d'une heure. 'J'ai toujours peur, mais c'est une peur maîtrisée', a-t-il confié à un journaliste de l'AFP après sa performance. Cet aventurier de 49 ans n'en est pas à son premier exploit. Depuis 1994, il sillonne les quatre coins de la planète pour afficher à son palmarès des tours à sa hauteur. Il a déjà épinglé à son tableau de chasse les sept édifices les plus hauts du monde : S'ils forcent l'admiration du public, ses faits d'armes ne plaisent pas toujours aux autorités locales : Alain Robert a été arrêté plus de quatre-vingt fois pour ascensions illégales. A La Défense, les autorités et le président de la tour First ont toutefois autorisé son ascension. Autre chiffre, celui du nombre d'accidents : sept fois, ce trompe-la-mort a évité le pire. Il garde néanmoins des séquelles de ses chutes : épileptique, il est considéré comme invalide à 66 % par la sécurité sociale.(lemonde.fr) C'est donc un sportif de haut niveau.

A Olympie, la Grèce entre glorieux passé et triste présent
Lorsque les vestales ont recueilli jeudi la flamme olympique destinée aux Jeux de Londres, Aphrodite Tagios n'a pu retenir ses larmes, bouleversée par une cérémonie lui rappelant le glorieux passé de la Grèce et son triste présent. "J'avais envie de crier à tous les Grecs qu'ils ont le devoir de maintenir en vie l'esprit grec, car nous sommes en train de le perdre", a confié à Reuters cette jeune femme de 33 ans au prénom synonyme d'amour. Près de 5.000 spectateurs s'étaient rassemblés à Olympie, théâtre des Jeux antiques, pour assister à la traditionnelle cérémonie au moment où, à Athènes, à quatre heures de route, les dirigeants politiques tentaient de sortir le pays de l'imbroglio gouvernemental provoqué par le chaos économique et financier. "Ce que nous avons vu ici, c'est tout ce qui incarne l'esprit de notre pays, et nous ne l'avons tout simplement plus", a ajouté Aphrodite Tagios.(fr.reuters.com) Et le futur dans tout ca?

Le rappel à l'ordre de Merkel à la France
La chancelière a réitéré jeudi son refus de financer la croissance par les déficits. La tension monte entre Paris et Berlin à l'approche de la rencontre entre François Hollande et Angela Merkel , la semaine prochaine. Taclée par les sociaux-démocrates sur les effets pervers de sa politique dans la zone euro, la chancelière allemande riposte en renvoyant le nouveau président français dans ses buts. Jeudi devant le Bundestag, elle a réitéré son refus de toute croissance tirée par les déficits en Europe en insistant sur les risques liés à une telle politique. «Une croissance par des réformes structurelles est importante et nécessaire. Une croissance à crédit nous ramènerait au début de la crise. Nous ne le voulons pas, nous ne le ferons pas», a prévenu Angela Merkel, suscitant des applaudissements au Bundestag. Elle a estimé que le prochain sommet du G8 aux États-Unis, prévu les 18 et 19 mai, aborderait les «prochaines mesures» pour la consolidation des finances publiques, ainsi que «les mesures de croissance» actuellement discutées en Europe. Ce sont «les deux piliers de notre stratégie» de lutte contre la crise, a-t-elle rappelé.(lefigaro.fr) Merkel panique car la seule puissance économique eurpéenne qui la soutenait ne la soutient plus, elle parle donc pour rien et sans connaissance de cause.

Source: Yahoo actualités


Référencement Internet et création de sites Web ici

Emmanuel Nouioua




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Octobre 2013 - 18:52 Fête des bergers et des traditions de Provence