Sommaire

Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Monde: Toute l'Actu
29/11/2011 - 22:50

Il était une fois le monde

Il était une fois le monde - Londres menace l'Iran après l'invasion de son ambassade - La France prête à intervenir en Syrie ? - Laurent Gbagbo en route pour La Haye.



Il était une fois le monde
Londres menace l'Iran après l'invasion de son ambassade
Le calme est revenu mardi soir à Téhéran où plusieurs dizaines d'étudiants ont envahi deux bâtiments de l'ambassade de Grande-Bretagne pour protester contre les nouvelles sanctions de Londres, qui a menacé l'Iran de "graves conséquences". "L'attaque de l'ambassade britannique de Téhéran aujourd'hui est scandaleuse et inexcusable. L'incapacité du gouvernement iranien à protéger le personnel et les biens britanniques est honteuse", a lancé David Cameron dans un communiqué. "Le gouvernement iranien doit savoir que l'incapacité à protéger notre personnel aura de graves conséquences. Nous réfléchirons à ces mesures dans les jours qui viennent", a ajouté le chef du gouvernement britannique, qui avait auparavant convoqué un conseil des ministres extraordinaire. Les manifestants ont escaladé les grilles du bâtiment principal de la mission, brûlé l'Union Jack et hissé à la place le drapeau iranien, selon l'agence de presse Mehr. Une fois à l'intérieur, ils ont jeté des dossiers par les fenêtres et lancé des cocktails Molotov.(fr.reuters.com)Il est vrai qu’une ambassade agressée en situation tendue est regrettable car l'ambassade représente un pays donc son agression revient à agresser ce même pays, en effet situation diplomatique problématique.

La France prête à intervenir en Syrie ?
Paris pourrait participer avec Ankara et Londres à une campagne "limitée" en Syrie en appui de l'armée dissidente. En tête du combat diplomatique visant à faire tomber Bachar el-Assad, la France est-elle à l'aube d'une opération militaire en Syrie ? Premier pays à avoir qualifié le Conseil national syrien (CNS) d'"interlocuteur légitime", Paris aurait décidé de prendre part à une "intervention" limitée de l'Otan en Syrie. C'est en tout cas ce qu'affirme Le Canard enchaîné, selon qui "la Turquie pourrait être la base arrière d'une intervention limitée, prudente et humanitaire de l'Otan, sans action offensive". D'après l'hebdomadaire satirique, "Ankara proposerait d'instaurer une zone d'interdiction aérienne et une zone tampon à l'intérieur de la Syrie, destinée à accueillir les civils qui fuient la répression et les militaires qui désertent". Contactée par Le Point.fr, une source bien informée affirme que la zone de protection, décidée il y a une dizaine de jours, sera située dans la partie nord de la Syrie. Elle permettra non seulement de défendre les populations civiles, mais aussi d'offrir "un soutien éventuel à l'Armée syrienne libre" à l'intérieur des territoires syriens.(lepoint.fr) Il ya tout de même beaucoup de ressemblance entre la Libye avant la révolution et l'actuel Syrie, manigance occidentale?

Laurent Gbagbo en route pour La Haye
La Cour pénale internationale avait délivré mardi un mandat d'arrêt à l'encontre de l'ex-président de Côte d'Ivoire, qui était détenu dans le nord du pays. Laurent Gbagbo a quitté mardi soir la Côte d'Ivoire et est en route pour la Cour pénale internationale (CPI) à la Haye. L'ancien président était détenu à Korhogo, au nord du pays, depuis son arrestation à Abidjan, le 11 avril dernier. L'ancien président ivoirien s'est vu notifier mardi un mandat d'arrêt international de la CPI, selon l'un de ses avocats, Me Jean Gbougnon. Cette annonce survient à une dizaine de jours des élections législatives, prévues le 11 décembre, et alors que débutait lundi une audition de Laurent Gbagbo par un juge d'instruction ivoirien à Korhogo. Le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo avait été autorisé, le 3 octobre, par la Cour, à enquêter sur des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité en Côte d'Ivoire. Lors des violences qui ont suivi le refus de Laurent Gbagbo de céder le pouvoir à Alassane Ouattara , son rival victorieux à la présidentielle du 28 novembre 2010, plus de 3000 personnes avaient été tuées.(lefigaro.fr) Pourtant, durant sa période au pouvoir, il était qualifié de bon chef d'Etat. Mais puisque son successeur à était élue au suffrage universel il doit aussi l'être non?

Emmanuel Nouioua




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Septembre 2012 - 23:26 Pomme d'Amour: Prêt à Porter Femmes Dakar




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo

 
cookieassistant.com