Sommaire

Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Chroniques
03/04/2006 - 20:02

Kilos en trop : le poids du passé ?

Ils pèsent parfois telle une malédiction, nos kilos en trop. Et s’il fallait regarder ce qui se cache dans le feuillage de notre arbre généalogique pour s’en libérer enfin ?



Kilos en trop : le poids du passé ?
Les causes de surpoids sont multiples. Les psychothérapeutes en recensent 12, qui sont inscrites en nous par notre histoire familiale.

La survie : la graisse présente sur la zone abdominale est vécue comme un moyen de protection face à un éventuel danger. L’abandon dans l’enfance, un chagrin d’amour et les kilos s’accumulent. Le manque de nourriture, d’argent, d’amour font que plus tard on stocke y compris les kilos. La non-communication : la prise de poids est un cri pour affirmer son existence. La fidélité : on décide d’accumuler des kilos pour ne plus prendre le risque de souffrir à nouveau par rapport à quelqu’un qui n’est plus, un amour passé ou une promesse. La manipulation : avec une surcharge pondérale on se positionne en victime afin d’inspirer la pitié. L’ego quand le surpoids crie que l’univers c’est moi face à un moi hypertrophié ou anémié. L’invisibilité : on cache un problème que l’on veut garder pour soi en mettant un autre problème en avant caractérisé par l’excès de poids. L’appartenance : par peur du rejet et besoin d’identification on devient gros comme les autres membres de la famille, ou l’on tait ses différences sous les kilos. La féminité : des parents qui désiraient un garçon, une mère rivale, un père macho ; le poids des kilos étouffe l’expression apparente de féminité. La masculinité : la prise de poids permet au fils de ne pas ressembler à l’image paternelle en affichant des rondeurs inoffensives face à un père violent. La sexualité : la frustration des plaisirs de la chair est compensée à l’excès par les plaisirs de la nourriture.

pour en savoir plus

Cédric Lopez



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 2 Février 2010 - 23:19 Conditons d'Utilisation des Blogs Editoweb




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo