Sommaire

Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Monde: Toute l'Actu
03/05/2012 - 23:05

L'ex président de Sierra Leone condamné

Revue de presse monde du 3 mai 2012

L'ex président de Sierra Leone condamné - Appel au boycott des élections libyennes en Cyrénaïque - Pour le chef des observateurs en Syrie, l'armée doit faire le premier pas - 80 ans de prison requis contre l'ex-président de Sierra Leone.



L'ex président de Sierra Leone condamné
80 ans de prison requis contre l'ex-président de Sierra Leone
Le parquet a requis une peine de 80 ans de prison contre l'ancien président libérien Charles Taylor, reconnu coupable la semaine dernière de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité en Sierra Leone par le tribunal spécial chargé de juger les responsables des atrocités commises durant la guerre civile dans ce pays. Dans un document remis aux juges du tribunal de La Haye, le parquet précise que la fonction de chef d'Etat qu'occupait Taylor à l'époque ainsi que la durée sur laquelle les crimes se sont étendus sont autant de circonstances aggravantes qui doivent entraîner une lourde peine de prison. Les juges devraient prononcer leur verdict à la fin du mois. Jusqu'ici, la plus longue peine prononcée par le tribunal spécial sur la Sierra Leone est de 52 ans de prison, à l'encontre d'Issa Sesay, l'un des anciens commandants du Front révolutionnaire uni (RUF), une milice responsable de nombreuses atrocités pendant la guerre civile. A 64 ans, Taylor est le premier ancien chef d'Etat africain condamné par une juridiction internationale.(fr.reuters.com) 80 ans de prison, ce n'est pas à la porté de tout le monde d'y survire.

Appel au boycott des élections libyennes en Cyrénaïque
Un conseil autonome de la province de Cyrénaïque a invité jeudi la population à boycotter l'élection de l'assemblée constituante prévue en juin, en estimant que l'Est de la Libye ne serait pas représenté à sa juste mesure en vertu du mode de scrutin actuel. Le Conseil de Cyrénaïque, qui réclame l'autonomie de la région de Benghazi, dit militer pour que les provinces de Libye aient la garantie d'être représentées de manière juste avant que le scrutin ait lieu. "Les autorités de transition s'emploient actuellement à canaliser la population libyenne vers un processus constitutionnel en vertu duquel le nouvel Etat ne s'édifiera pas sur des bases justes", dit le conseil dans un communiqué. "Le Conseil de Cyrénaïque appelle les Libyens en général, et les habitants de Cyrénaïque en particulier, à rejeter le processus politique sous la forme biaisée qui est le sien, et à boycotter l'assemblée nationale si le pouvoir intérimaire s'en tient à ses positions actuelles".(fr.reuters.com) Cela m'a l'air bien compliqué.

Pour le chef des observateurs en Syrie, l'armée doit faire le premier pas
Le chef des observateurs de l'Organisation des nations unies en Syrie, le général Robert Mood, a estimé, jeudi 3 mai, que c'était à l'armée syrienne de faire le premier pas pour arrêter les violences. 'Quand deux individus utilisent toutes sortes d'armements, quel est le premier qui doit retirer son doigt de la détente ? Qui doit faire le premier pas ? Mon idée, c'est que c'est le plus fort qui doit le faire', a-t-il dit. A la question de savoir s'il parlait des forces régulières, le général Mood a répondu : 'Je faisais référence au gouvernement [syrien] et à l'armée. Ils ont la force, ils ont la position et le potentiel de générosité pour faire le premier pas dans la bonne direction.' Lors d'une conférence de presse à Homs (Centre), il a par ailleurs indiqué que les membres de sa mission, dont les premiers sont arrivés sur place le 16 avril, n'ont subi aucune entrave dans leurs déplacements de la part des autorités de Damas. 'Le point de départ est que nous avons reçu un engagement très clair et très explicite de la part des deux [protagonistes] sur leur volonté d'aller vers une atténuation de la violence, mais il y a beaucoup de suspicion', a-t-il expliqué. 'Dans certains endroits spécifiques, nous avons constaté plus d'efforts de la part des forces gouvernementales syriennes.(lemonde.fr) C'est exactement ce que disait Kofi Annan.

Source: Yahoo actualités


Référencement Internet et création de sites Web ici

Emmanuel Nouioua




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Octobre 2013 - 18:52 Fête des bergers et des traditions de Provence




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo