Sommaire

Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Monde: Toute l'Actu
27/06/2012 - 20:49

Les Etats-Unis et le monde

Revue de presse Monde du 27 juin 2012

Les Etats-Unis et le monde - Le nouveau président égyptien cherche le plus large soutien - Le ministre américain de la Justice dans la tourmente - La Maison blanche condamne "toutes les violences" en Syrie.



Les Etats-Unis et le monde
Le nouveau président égyptien cherche le plus large soutien
Le nouveau président égyptien Mohamed Morsi, qui cherche à former un gouvernement, a commencé mercredi à discuter avec les représentants de groupes inquiets de la politique que mènera le responsable islamiste, dont l'investiture est prévue samedi. Le Conseil suprême des forces armées (CSFA), qui dirige le processus de transition depuis le renversement d'Hosni Moubarak en février 2011, a promis de remettre le pouvoir au premier président civil de la République égyptienne d'ici dimanche. Membre des Frères musulmans, Mohamed Morsi prêtera serment samedi, devant la Haute Cour constitutionnelle selon une source gouvernementale citée par le quotidien Al Ahram, car le Parlement n'a plus, provisoirement, d'existence légale. La même institution a dissous le parlement dominé par les islamistes. Le déroulement détaillé de l'investiture devrait être connu jeudi. Mohamed Morsi, qui a promis de constituer un gouvernement d'ouverture, a rencontré mercredi des représentants de la minorité chrétienne copte d'Egypte ainsi que 24 jeunes militants connus pour leur rôle dans le renversement d'Hosni Moubarak en février 2011.(fr.reuters.com) Cela ne me dit rien de bon.
 
Le ministre américain de la Justice dans la tourmente
Eric Holder fait face jeudi à un vote de défiance de la Chambre des représentants. L'opposition républicaine lui reproche de camoufler, avec l'appui de Barack Obama, les responsabilités du fiasco d'une opération secrète. En pleine campagne pour sa réélection, Barack Obama fait face au plus gros scandale qui ait éclaboussé son mandat. L'affaire «Fast and Furious», c'est d'abord l'histoire d'un fiasco policier retentissant. En 2009, l'Agence fédérale de lutte contre le trafic d'armes monte une opération visant à piéger les cartels mexicains qui s'adonnent au trafic d'armes aux frontières américaines. Pour remonter ces filières, les enquêteurs imaginent un procédé simple, mais osé: faire passer eux-mêmes 2000 armes en contrebande, pour suivre leur parcours à la trace. Problème: les armes se perdent dans la nature. Par la suite, selon un rapport parlementaire qui révèle le fiasco, au moins 122 de ces armes seront utilisées pour perpétrer des crimes au Mexique. Encore plus choquant pour l'opinion américaine: deux d'entres elles seront retrouvées sur la scène du meurtre d'un garde-frontière américain, en Arizona. Pour faire la lumière sur les responsabilités dans cet échec, les parlementaires de la Chambre des représentants lancent une enquête en février 2011. La Chambre chargée de superviser les activités du gouvernement demande alors à Eric Holder, ministre de la Justice de l'Administration Obama, de coopérer aux investigations.(lefigaro.fr) Si c'est un officier de police judiciaire occupant de hautes fonctions, il est pour le moins concerné.
 
La Maison blanche condamne "toutes les violences" en Syrie
La Maison blanche a condamné mercredi tous les actes de violence en Syrie, y compris ceux visant des éléments favorables au président Bachar al Assad, comme la récente attaque d'une chaîne de télévision privée considérée comme un relais du pouvoir. "Nous condamnons tous les actes de violence, y compris ceux visant des éléments pro-régime", a déclaré le porte-parole de la présidence américaine Jay Carney lors d'un point de presse. Des hommes armés ont attaqué mercredi la chaîne de télévision Al Ikhbaria, tuant trois employés. Bachar al Assad a déclaré mardi soir que son pays était "en état de guerre". Interrogé sur ce propos, Jay Carney a convenu que la situation dans le pays était très mauvaise, mais il a estimé que c'était le résultat des efforts d'Assad pour "s'accrocher au pouvoir coûte que coûte". Le porte-parole de la Maison blanche a rappelé que Washington souhaitait une transition politique en Syrie qui "ne peut pas, en raison des choix qu'il a faits, inclure Assad".(fr.reuters.com) Oui mais ca ce n’est pas nouveau.
 
Source: Yahoo actualités

Référencement Internet et création de sites Web ici  

Emmanuel Nouioua




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Octobre 2013 - 18:52 Fête des bergers et des traditions de Provence




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo