Sommaire

Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Faits Divers - Société
27/11/2015 - 21:49

Les dépenses pour l'emploi plombent-elles le budget en France?

Avec le chômage qui a bondi en octobre alors que l'on guette les indicateurs de de l'inversion tant attendue de la courbe du chômage, avec un ministre de l'emploi dont on n'entend jamais parler, il fallait bien que le Gouvernement publie des chiffres qui ne soient pas catastrophiques. Alors, non, les dépenses en faveur de l'emploi ne plombent pas le budget. Et même si c'était le cas, on ne va quand-même pas jeter les chômeurs à la mer. Si on y ajoute les minima sociaux, elles représentaient 5,5% du Pib en 2013.



Les dépenses pour l'emploi plombent-elles le budget en France?
Il y en a tout de même, des demandeurs d'emploi,  qui doivent agacer les conseillers de Pôle Emploi : ils veulent être salariés, pour bénéficier d'une relative sécurité, et rien d'autre. Pourtant, le salariat ne peut pas absorber tous les emplois. Si la perspective d'un salaire demeure si séduisante, c'est parce que le travail indépendant ne rapporte bien souvent pas assez. Il ne génère, finalement, que des travailleurs pauvres.
Tant que sera le cas, les demandeurs d'emploi ne risquent de s'engager dans cette voie et on les comprend. La question qui se pose, c'est pourquoi la formation professionnelle ne permet pas de retrouver un emploi financièrement satisfaisant.
En 2013, il a pourtant été investi 11,5 milliards d'euros dans la formation des demandeurs d'emploi. Alors, soit les formations coûtent très cher, soit elles ne sont pas efficaces, soit les personnes formées ne sont pas encore en adéquation avec le marché du travail. Quoi qu'il en soit, la société, même si le chômage lui coûte moins que ce que laissent supposer les déclarations des politiques, ne peut pas continuer indéfiniment à se priver des richesses que créeraient les demandeurs d'emploi s'ils étaient au travail.

Sylvie Delhaye S. D.






Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo