Sommaire

Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Monde: Toute l'Actu
23/04/2011 - 10:27

Libye: L'armée a reçu l'ordre de se retirer de Misrata et autres news


Libye: L'armée a reçu l'ordre de se retirer de Misrata; Syrie: la révolte et la répression s'amplifient; Haïti: Fraudes électorales selon Martelly; Violents accrochages à la frontière du Cambodge; Séisme aux Iles Salomon.



Libye: L'armée a reçu l'ordre de se retirer de Misrata et autres news
Libye: L'armée a reçu l'ordre de se retirer de Misrata
Depuis plusieurs semaines, l'armée libyenne de Mouammar Kadhafi assiège la troisième ville du pays Misrata.
Mais elle aurait reçu l'ordre de se retirer, a indiqué un soldat libyen blessé capturé par les forces rebelles qui tiennent toujours la ville.
«On nous a dit de nous retirer. On nous a dit de nous retirer» vendredi, a déclaré Khaled Dorman. Le soldat se trouvait à l'arrière d'un pickup après avoir été conduit dans un hôpital local. Il faisait partie d'un groupe de 12 soldats loyalistes blessés.
Interrogé pour savoir si le gouvernement de Tripoli a perdu le contrôle de la ville de Misrata, un autre soldat a répondu: «oui».
Misrata, principale ville de l'ouest du pays aux mains des insurgés, est assiégée par l'armée régulière depuis près de deux mois.
Plusieurs centaines de personnes ont été tuées dans les bombardements d'artillerie de l'armée et dans les combats. Des milliers de travailleurs migrants se trouvent pris au piège des affrontements et la pénurie de carburant se fait sentir.
Ayad Mouhammad, un jeune soldat, a indiqué que l'armée est la cible d'attaques de la part des rebelles depuis le début de la journée de samedi. «Les rebelles nous ont attaqués près d'un pont ce matin tandis que nous étions en train d'évacuer Misrata», a-t-il dit.i est tenue par les insurgés.

Syrie: la révolte et la répression s'amplifient
Les protestataires syriens avaient intitulé cette journée de manifestation «al-jomaa al-azim», littéralement «le grand vendredi», en fait une référence au vendredi saint, célébré par les chrétiens. Il s'agissait d'un appel du pied à la communauté chrétienne, qui pour l'instant reste très en retrait de la contestation. Sensibles à la propagande du régime, qui accuse les agitateurs d'être infiltrés par des extrémistes islamistes, et craignant de faire les frais d'un chaos généralisé à l'irakienne, les chrétiens syriens ne manifestent pas. Tout comme la communauté alaouite, une minorité d'obédience chiite, dont est issue la famille Assad, au pouvoir depuis 1970, ainsi que les plus grandes fortunes et les chefs des services de sécurité. Quant aux Kurdes, ils hésitent à s'engager franchement, de peur de faire, les premiers, les frais de la répression, d'autant que le pouvoir a promis de délivrer des papiers d'identité à quelque 250 000 d'entre eux, privés de nationalité depuis les années 60.

Haïti: Fraudes électorales selon Martelly
Le président élu d'Haïti, Michel Martelly, a officiellement demandé, vendredi 22 avril,  à la communauté internationale de 'ne pas reconnaître les résultats des législatives' entachés de fraudes au profit du parti au pouvoir.
'Le président élu Michel Joseph Martelly demande que les résultats des législatives tels que publiés par le Conseil électoral (CEP) ne soient nullement reconnus par la communauté internationale. Ces résultats sont inadmissibles et ne reflètent pas la volonté populaire', peut-on lire dans un communiqué du bureau de M. Martelly.
Alors que les parlementaires devraient entrer en fonction dès lundi, M. Martelly a demandé à l'Organisation des Etats américains (OEA) l'envoi d'une mission d'urgence 'en vue de la création dans l'immédiat d'une commission indépendante de révision pour évaluer et faire la lumière sur ces résultats avec le soutien des autres organismes internationaux'.

Violents accrochages à la frontière du Cambodge
Un soldat thaïlandais a été tué samedi lors de nouveaux accrochages à la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge, au lendemain de combats ayant fait sept morts au moins.
Les combats ont eu lieu à quelque 150 km au sud-ouest du temple de Preah Vihear qui est revendiqué par les deux pays et auraient été encore plus violents que la veille.
Les deux parties ont évacué des milliers de villageois et s'accusent mutuellement d'avoir ouvert le feu en premier dans la forêt dense du nord-est de la Thaïlande.
Les affrontements ont commencé avant l'aube samedi et se poursuivaient vers 03h00 GMT, a dit le porte-parole du gouvernement cambodgien.
Un porte-parole du ministère de la Défense a précisé que les combats étaient plus intenses que ceux de la veille.
Le général Thawatchai Samutsakorn a annoncé qu'un soldat thaïlandais avait été tué lors des heurts qui ont fait également 13 blessés, selon l'hôpital local de Phnom Dongrak.
Vendredi, les combats avaient fait quatre morts parmi les militaires thaïlandais et trois dans le camp cambodgien.
Selon Phnom Penh, la Thaïlande a envoyé des "avions espions" dans la région et ses troupes tirent à l'arme lourde.
Un cessez-le-feu a été négocié en février, à l'issue d'un conflit armé de quatre jours ayant fait 11 morts.
À l'issue d'une médiation, les deux belligérants ont accepté la présence d'observateurs indonésiens non armés sur le territoire mais cet accord n'a pas encore été appliqué.

Séisme aux Iles Salomon
Un séisme de magnitude 6,9 s'est produit samedi au large des Iles Salomon, dans le Pacifique, a annoncé l'Institut géophysique américain (USGS), mais aucune alerte au tsunami n'a été lancée et il n'y a pas eu de dommages.
Le séisme a eu lieu à 15H16 (04H16 GMT) à une profondeur de 81 kilomètres, selon l'UGGS. Son épicentre était situé à 171 kilomètres au sud-est de la capitale, Honiara.
Les habitants des îles disent avoir ressenti un forte secousse. Mais selon les services de secours, il n'y a pas eu de dommages.
Les Iles Salomon sont situées sur la ceinture de feu du Pacifique, où les déplacements de plaques de l'écorce terrestre provoquent séismes et activités volcanique.
Le 29 septembre 2009, la région avait été frappée par un puissant séisme suivi d'un tsunami dévastateur, qui avait fait 186 morts aux Samoa et à Tonga.

Source: Yahoo News

MD/source web




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Septembre 2012 - 23:26 Pomme d'Amour: Prêt à Porter Femmes Dakar




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo