Sommaire

Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Monde: Toute l'Actu
26/01/2011 - 13:24

Monde: Obama mentionne l'Iran et la Corée du Nord pas le Proche-Orient et autres actus

Obama mentionne l'Iran et la Corée du Nord pas le Proche-Orient - Nucléaire: le Sénat russe ratifie le nouveau START - Crise albanaise: l'UE envoie un médiateur - Le médecin de Michael Jackson plaide non coupable - Saeb Erekat accuse Al Djazira de mettre sa vie en danger - La perpétuité pour le premier détenu de Guantanamo jugé - Cour d'appel de l'Illinois invalide la candidature de Rahm Emanuel - Medvedev limoge un haut responsable de la police des transports



Monde: Obama mentionne l'Iran et la Corée du Nord pas le Proche-Orient et autres actus
Obama mentionne l'Iran et la Corée du Nord pas le Proche-Orient
Le président Barack Obama a mis en avant mardi, dans son discours sur l'état de l'Union, les progrès enregistrés par les Etats-Unis tant en Afghanistan qu'en Irak, déclarant en outre que Washington devait rester ferme face aux ambitions nucléaires de la Corée du Nord et de l'Iran. Obama a profité de ce discours annuel pour répertorier les succès de sa diplomatie, notamment la "reprogrammation" des relations avec la Russie, le partenariat renforcé avec l'Inde et la relance des efforts pour contrôler la prolifération nucléaire à travers le monde. En revanche, les efforts de paix au Proche-Orient, qu'Obama a relancés en septembre mais qui ont vite été mis en suspens du fait des profondes divergences entre Israéliens et Palestiniens, n'ont pas été mentionnés, même si, à la Maison blanche, des responsables soulignaient que cette omission n'était pas synonyme d'un quelconque relâchement de l'engagement américain. Barack Obama a déclaré par ailleurs que les Etats-Unis étaient aux côtés du peuple de Tunisie, "où la volonté de la population s'est avérée plus forte que la férule d'un dictateur". Il n'a cependant pas évoqué la situation en Egypte, où des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes mardi et tourné à des violences qui ont fait trois morts. En ce qui concerne l'Irak, le président Obama a noté que les forces américaines étaient bien parties pour achever leur retrait cette année, "la tête haute", et il a réitéré son intention d'entamer le rapatriement en juillet d'une partie des 97.000 militaires américains présents en Afghanistan, malgré la menace persistante des insurgés taliban et d'Al Qaïda. (Reuters)

Nucléaire: le Sénat russe ratifie le nouveau START
Le Conseil fédéral, la chambre haute du Parlement russe, a ratifié à l'unanimité mercredi le nouveau traité START de limitation des arsenaux nucléaires stratégiques de la Russie et des Etats-Unis, ratifié la veille par la Douma, la chambre basse. Le texte peut désormais être signé par le président Dimitri Medvedev. Le nouveau START limite à 1.500 le nombre d'ogives nucléaires stratégiques détenues par chacun des deux pays, au lieu des 2.200 autorisées depuis un accord datant de 2002. Il rétablit aussi le système de surveillance qui avait pris fin à l'expiration de START-1 le 5 décembre 2009. Le traité signé en avril 2010 à Prague par M. Medvedev et son homologue américain Barack Obama et Dimitri Medvedev a été approuvé par le Sénat américain en décembre sous la pression du chef de la Maison Blanche qui avait appelé plusieurs membres de l'opposition républicaine hésitants pour les convaincre. Les démocrates ont accepté d'adjoindre au traité une résolution qui n'en modifie pas le texte mais stipule que le pacte n'apporte aucune restriction au programme des Etats-Unis de développant d'un système de défense anti-missile. Les législateurs russes ont adopté la même démarche en déclarant que le traité ne peut être mis en oeuvre que si les systèmes de défense anti-missile en développement ne nuisent pas à la force de dissuasion nucléaire de la Russie. (AP)

Crise albanaise: l'UE envoie un médiateur
Miroslav Lajcak, désigné par la cheffe de la diplomatie européenne Catherine Ashton, devait rencontrer le président Bamir Topi et le Premier ministre Sali Berisha, ainsi que la présidente du parlement Jozefina Topalli et le chef de l'opposition socialiste Edi Rama. Sali Berisha a annoncé l'annulation d'une manifestation prévue samedi, mais Edi Rama a de son côté refusé d'en faire de même pour celle de l'opposition prévue vendredi, affirmant qu'elle serait pacifique. Berisha a dit avoir pris cette décision à cause de la "demande de nos amis et partenaires qui suivent avec inquiétude la situation de l'Albanie. Outre Washington, l'OSCE a également exhorté les Albanais à éviter toute manifestation et les partis politiques à entamer le dialogue, afin de tenter de calmer le jeu. L'opposition socialiste veut des élections anticipées, à cause d'un récent scandale de corruption et des soupçons de fraude lors du dernier scrutin de juin 2009. Berisha y a opposé un refus catégoruque et accusé les socialistes d'avoir voulu, via la manifestation violente de la semaine dernière, organiser un coup d'Etat. (AP)

Le médecin de Michael Jackson plaide non coupable
Le médecin de Michael Jackson a plaidé non coupable mardi d'homicide involontaire sur son célébrissime patient, mort d'une surdose médicamenteuse en 2009. "Je suis un homme innocent", a affirmé le Dr Conrad Murray, dont le procès devrait commencer à Los Angeles fin mars et sera probablement télévisé. "Votre honneur, je suis un homme innocent. Je plaide résolument non coupable", a déclaré le médecin, la voix posée, au juge Michael Pastor de la Cour supérieure de Californie. Il est accusé d'avoir administré à Michael Jackson le cocktail de puissant anesthésique propofol et d'autres tranquillisants qui ont causé le décès de la star le 25 juin 2009, à l'âge de 50 ans. Ses avocats ont fait savoir qu'ils seraient prêts pour le procès dans le délai de 60 jours prévu par la procédure judiciaire. Le procureur adjoint David Walgren a déclaré que l'accusation était également prête à la tenue d'un procès qu'il a estimé pouvoir durer six semaines. Le juge a fixé le début du procès au 28 mars et une audience préliminaire au 7 février. Les propos du médecin devraient toucher un large public car le juge Pastor s'est dit favorable à la retransmission télévisée des débats. La question sera l'une de celles abordées avec les deux parties lors de l'audience préliminaire du 7 février. (AP)

Saeb Erekat accuse Al Djazira de mettre sa vie en danger
Le négociateur palestinien Saëb Erekat a déclaré mardi que la chaîne de télévision qatarie Al Djazira avait mis sa vie en danger en orchestrant une campagne calomnieuse à son encontre. Il a accusé Al Djazira d'avoir tronqué des citations et d'en avoir inventé d'autres dans sa couverture des Documents de Palestine, expression par laquelle la chaîne désigne des documents qui auraient fait l'objet de fuites et qui montreraient que les Palestiniens ont fait d'importantes concessions dans leurs discussions avec Israël. "Ce que font les gens d'Al Djazira, c'est demander aux Palestiniens de m'abattre, physiquement. C'est ce qu'ils font. Ils disent: tu es coupable et tu devrais dès lors être exécuté", a dit Erekat dans une interview accordée à Reuters dans son bureau de Jéricho, en Cisjordanie. Erekat est abondamment cité dans la couverture par Al Djazira de ce que la chaîne présente comme 1.600 documents relatifs au processus de paix au Proche-Orient. La chaîne a commencé à publier les documents cette semaine, en même temps que le quotidien britannique The Guardian. Erekat a mis au défi Al Djazira de faire une émission sur les positions officielles de négociation des Palestiniens sur les principaux points du conflit. Prié d'en dire davantage, il a répondu qu'il avait besoin d'un feu vert avant de s'exprimer sur la question.  (Reuters)

La perpétuité pour le premier détenu de Guantanamo jugé
Le Tanzanien Ahmed Ghailani, premier détenu de Guantanamo jugé devant un tribunal civil américain, a été condamné mardi à la prison à vie par un juge fédéral de Manhattan. Agé de 36 ans, l'accusé avait été acquitté à la fin de l'année dernière de plus de 200 chefs de meurtres et des dizaines d'autres chefs liés aux attentats de 1998 contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie. Le jury l'avait reconnu coupable d'un seul chef de complot visant à détruire des édifices gouvernementaux. La défense avait demandé la clémence du juge, assurant que le Tanzanien n'avait pas connaissance directe du complot. (AP)

Cour d'appel de l'Illinois invalide la candidature de Rahm Emanuel
Coup de théâtre dans la campagne pour les élections municipales de Chicago. Une cour d'appel de l'Illinois (nord des Etats-Unis), a invalidé lundi la candidature de l'ancien secrétaire général de la Maison Blanche Rahm Emanuel, que les sondages donnaient largement en tête pour le scrutin du 22 février. La cour a estimé que l'ancien chef de cabinet de Barack Obama n'a pas respecté les critères de résidence prévus dans le code électoral. Mais Rahm Emanuel a lancé une bataille tous azimuts pour sauver sa candidature. Originaire de Chicago comme Barack Obama, Rahm Emanuel a démissionné en octobre dernier de son poste à la Maison Blanche pour briguer la succession de Richard Daley. Maire de Chicago depuis 22 ans, celui-ci avait créé la surprise en annonçant en septembre dernier qu'il ne se représentait pas pour un septième mandat. Lundi, deux des trois juges de la cour d'appel de l'Illinois ont annulé un verdict de première instance, qui permettait à Rahm Emanuel de se présenter. Les magistrats, en appel, ont considéré qu'il n'a pas résidé à temps plein à Chicago dans l'année précédant le scrutin. Il y louait sa maison et avait installé sa famille à Washington, afin de travailler auprès du président Barack Obama pendant presque deux ans. Selon les juges, Rahm Emanuel peut donc voter à Chicago, où il revenu en octobre, mais pas s'y présenter. Ses avocats ont rapidement réagi, demandant à la Cour suprême de l'Illinois d'examiner dans les plus brefs délais leur requête en annulation de l'arrêt de la cour d'appel de l'Etat.  (AP)

Medvedev limoge un haut responsable de la police des transports
Le président russe Dimitri Medvedev a limogé un haut responsable de la police régionale des transports après l'attentat-suicide de lundi qui a fait 35 morts à l'aéroport Moscou-Domodedovo, selon les agences de presse nationales. Souvent critiqué pour ses hésitations ou son manque d'efficacité, le chef du Kremlin semble soucieux de montrer qu'il est aux commandes après cette nouvelle attaque terroriste, qui a tué huit étrangers -deux ressortissants du Tadjikistan, deux d'Autriche, un de Grande-Bretagne, un d'Allemagne, un d'Ukraine et un d'Ouzbékistan, selon la liste actualisée mercredi par les autorités. M. Medvedev a annoncé le limogeage du général Andreï Alexeïev, chef de la police des transports de la région comprenant Moscou peu avant de partir pour le Forum économique mondial de Davos, en Suisse, où il entend rassurer les plus grands patrons de la finance et du commerce internationaux sur la sûreté des investissements en Russie, qui a cruellement besoin de l'argent de l'étranger. Le président n'a pas précisé les raisons exactes du renvoi du général Alexeïev mais il a une nouvelle fois sévèrement critiqué le dispositif actuel de sécurité. "La police qui se trouve dans les grands centres de transit comme les aéroports ou les gares est absolument passive", a-t-il lancé. Le chef de la police des transports à l'aéroport de Domodedovo (situé à 42km au sud-est de Moscou) ainsi que deux officiers ont également été limogés par le ministre de l'Intérieur, Rachid Nourgaliev. (AP)

Source : Yahoo Actualités



Ryma Mendy



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Septembre 2012 - 23:26 Pomme d'Amour: Prêt à Porter Femmes Dakar




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo