Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Monde: Toute l'Actu
04/01/2016 - 23:27

Quand les chiites désavouent les sunnites

Il y a dix ans, l'opinion internationale était braquée contre les musulmans chiites. On montrait chaque année des images de la procession de l'Achoura à l'occasion de laquelle les chiites commémorent le sacrifice de Hussein en 680 qui marqua le début de la scission entre sunnites et chiites.
Il y a quelques années, les chiites passaient pour les radicaux les plus intransigeants. Et l'on s'appuyait, pour le dire, sur le régime politique iranien comme si le premier était à l'origine du premier, comme si l'Iran ne tirait sa politique que de la branche chiite de l'islam. On regardait le Moyen Orient à travers le prisme de la scission.
Aujourd'hui, on continue de le faire mais ce sont les sunnites qui endossent le mauvais rôle. Les barbares de l'EI, eux-mêmes sunnites, ont grandement contribué à nuire à l'image des sunnites. Mais voilà que l'Arabie saoudite, sous couvert d'une lutte anti-terroriste énergique, a fait exécuter un haut dignitaire de la branche chiite.
De façon caricaturale, l'Iran majoritairement chiite, se trouve opposé à l'Arabie Saoudite, majoritairement sunnite. Les deux puissances régionales ont intérêt à rechercher l'hégémonie et, depuis que l'Iran a signé les accords sur le nucléaire, l'Arabie saoudite est peut-être un peu moins bien placée. Dans la presse :



Arabie saoudite - Iran : la crise s'aggrave après des manifestations anti-sunnites
Deux jours après l'exécution d'un dignitaire chiite par les autorités saoudiennes, la crise entre l'Arabie saoudite et l'Iran ne semble pas vouloir s'apaiser. Lundi, les alliés du premier ont annoncé la rupture de leurs relations diplomatiques avec le second, après les violentes manifestations qui ont émaillé le week-end. Craignant pour la stabilité de la région, nombre de pays observateurs appellent à une désescalade des tensions. (metronews.fr)

Face à l'Iran, les pays sunnites serrent les rangs
Cette crise ravive la rivalité dans la région entre l'Iran et l'Arabie saoudite, alors que la guerre fait rage en Irak, en Syrie et au Yémen sur fond de lutte d'intérêts entre chiites et sunnites. En Arabie saoudite, dans la Province orientale où vivent de nombreux chiites et d'où était originaire le cheikh Nimr, des tirs ont fait un mort dimanche soir. Le chef de la diplomatie saoudienne Adel al Djoubeir a accusé l'Iran de mettre en place des "cellules terroristes" dans le royaume. En Irak, dans la province de Hilla, au sud de Bagdad, deux mosquées sunnites ont été partiellement détruites par des explosions. (Reuters)

Arabie saoudite vs Iran: Les 5 questions qu’on se pose sur le clash
Sunnites contre chiites, une affaire de religion ? « Il y a des tensions historiques entre l’Iran et l’Arabie saoudite, rappelle Thierry Coville, mais on ne peut pas dire que ce soit une guerre de religion, ou entre Perses et Arabes. » La rivalité entre Ryad et Téhéran est beaucoup plus politique : chacun a ses intérêts et ses propres alliés pour les servir, et les deux se voient comme un acteur incontournable dans la région, et s’accusent mutuellement de chercher à élargir leur influence. « Ryad réagit en se présentant comme défenseur des sunnites face à la puissance chiite, mais c’est une posture, analyse le chercheur. A la base le conflit est politique ; le transformer en conflit religieux est la stratégie, dangereuse à mon avis, des dirigeants saoudiens. » (20minutes.fr)

 

Sylvie Delhaye S. D.




Dans la même rubrique :
< >