Sommaire

Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Chroniques
09/11/2007 - 16:40

Réforme de l'Etat: le budget de la Sécurité publique en question

Les dépenses et l'organisation des forces de l'ordre épinglées dans un audit de sécurité dressé par l'inspection des finances dans le cadre de la réforme de l'Etat. La sécurité publique pourrait coûter moins cher et être plus efficace. Dossier sensible: les RTT des policiers.



Le rapport de l'inspection des finances, qui, dans le cadre de la réforme de l'Etat recommandait la suppression de 8.000 à 10.000 emplois de policiers et de gendarmes, s'appuie vendredi 2 novembre sur un audit de sécurité qui dresse un constat alarmant des dépenses et de l'organisation des forces de l'ordre.

Cet audit, qui date du 10 octobre, et dont l'AFP a obtenu une copie, a été réalisée par une équipe de fonctionnaires dirigée par l'inspecteur des finances, François Mongin. Ce dernier est chargé de mission sur la réforme de l'Etat en vue de la révision générale des politiques publiques (RGPP).

C'est avec l'aide de cet audit que François Mongin a envisagé plusieurs scénarios qui permettraient à l'Etat de faire des économies, (réductions d'effectifs, suppression de la moitié des brigades de gendarmerie, etc.).

Afin de mener au mieux son audit, François Mongin a déclaré avec rencontré les principales directions de la police et de la gendarmerie. Les propositions de François Mongin ont suscité un tollé et l'inspecteur des Finances a été désavoué par les ministres de tutelle des policiers et des gendarmes, à savoir les ministres de l'Intérieur et de la Défense.

Dix «fiches techniques» ont été établies. En ce qui concerne le sujet sensible du temps de travail des policiers, les auteurs de l'audit stipulent que les RTT, «à moyen et à long terme», font «peser des risques de rupture sur l'action des services et leur capacité opérationnelle».

Les auteurs affirment que «l'administration vit à crédit», et soulignent bien l'impossibilité de...

Lire la suite sur Maire-info.com


Sylvie Delhaye



Dans la même rubrique :
< >

Samedi 8 Novembre 2008 - 19:18 España Editoweb 8 noviembre 2008




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo