Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
09/12/2011 - 21:50

Un traité européen sans les Européens

C’était l’arbre qui cachait la forêt. Avant l’ouverture de ce sommet, l’actualité était dominée par l’offre franco-allemande, la chute des valeurs sur les places boursières européennes, le refus de la BCE d’intervenir dans le financement monétaire des Etats et les milliards d’euros que les banques allaient devoir recapitaliser. Tout cela sur fond de drame annoncé: ce sommet était celui de la dernière chance, seul encore à pouvoir sauver l’euro et l’Europe.



Un traité européen sans les Européens
La forêt, c’est le fait que le prochain traité européen, tout au moins pour ce qui concerne les 17 pays de la zone euro, sera élaboré et mis en vigueur au nez et à la barbe des Européens, et surtout sans qu’ils aient à piper mot. La forêt, c’est aussi le Royaume Uni comme grand absent.
Ah, la belle Europe! On en revient, en fait, aux prémices et, du même coup, au principe de réalité, le Pacte Budgétaire qu’on évoque aujourd’hui étant une sorte de réactualisation de notre vieux Marché Commun.

Les pays de la zone euro ont entamé vendredi une vaste refondation qui, après signature d'un nouveau traité auquel seule la Grande-Bretagne a décidé de ne pas s'associer, doit les porter rapidement vers une plus grande intégration économique et budgétaire … L'ensemble de ces résultats ont été jugés encourageants par Mario Draghi qui, avant le sommet, avait douché les espoirs des marchés d'une intervention rapide de la BCE en soutien aux pays en difficulté. "Cela va être la base d'un bon pacte budgétaire et de plus de discipline en matière de politique économique parmi les membres de la zone euro", a-t-il déclaré après la réunion, même s'il a dit vouloir maintenant en voir rapidement les détails. (Reuters)
On note également que la BCE semble avoir pris une part décisionnelle importante au cours de ce sommet. "… une réforme limitée du futur Mécanisme européen de stabilité (MES), qui sera désormais épaulé par la BCE." ou encore "Sur proposition du président de la Banque centrale européenne Mario Draghi, les membres de la zone euro ont décidé que la BCE deviendrait l'opérateur de ce mécanisme, une collaboration purement technique."  (Reuters) Si l’Europe ne va pas à la BCE, la BCE ira à l’Europe. Les citoyens, là encore, n’ont pas leur mot à dire. Ils ne sont pas des économistes éclairés et n’ont pas à prendre de décision budgétaire, c’est entendu. Alors pourquoi les avoir consultés par voie référendaire par le passé? notamment sur les modalités d'action de la BCE? Ah, la belle Europe! Et bonjour l’accélération des replis nationalistes.
Ce sommet des 8 et 9 décembre sauvera sans doute l’Europe de la crise de la dette mais il ne la sauvera pas d’elle-même.

Source: Yahoo News

Référencement Internet et création de sites Web ICI

S. D.




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Septembre 2012 - 23:26 Pomme d'Amour: Prêt à Porter Femmes Dakar