Sommaire

Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Monde: Toute l'Actu
19/11/2007 - 14:03

le Bangladesh appelle à l'aide

La Croix

Malgré les efforts préventifs du gouvernement, le cyclone Sidr a fait des milliers de victimes dans le sud du pays. L’aide internationale s’organise



«Des milliers de morts. » C’est, selon les autorités du Bangladesh, le bilan prévisible du cyclone Sidr, qui a balayé jeudi 15 novembre le sud du pays. D’après des représentants du ministère chargé de gérer les catastrophes naturelles, le bilan, qui s’élevait lundi à 2.407 morts, devrait s’alourdir à mesure que les secours progressent, non sans mal, en raison des routes coupées, vers les zones touchées par le cyclone.

Ce bilan provisoire – que le Croissant Rouge Bangladais craint de voir doubler ou tripler – ne tient pas non plus compte de la multitude d’îles qui s’étirent le long des côtes du golfe du Bengale et qui ont été frappées les premières par des vents de 240 km/h, ni de la disparition de centaines de pêcheurs.

Le cyclone Sidr a en effet pénétré au Bangladesh par l’immense réserve naturelle des Sunderbans, une mangrove plantée dans le delta du Gange formant une frontière naturelle avec l’Inde. Des centaines de milliers de familles de pêcheurs pauvres vivent dans et autour de cette mangrove inscrite au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1987.

Sidr est la pire tempête de ces dernières années au Bangladesh, un pays ravagé par un ouragan en 1970, qui avait fait un demi-million de morts, et par un terrible raz de marée cyclonique en 1991, qui avait tué 138.000 personnes. Pour éviter un bilan aussi monstrueux, les autorités avaient procédé à l’évacuation, la semaine dernière, de 1,5 million de personnes, lesquelles s’étaient réfugiées dans des bâtiments en dur et dans des abris anticycloniques construits sur la côte.

"Nous n’avons ni bu ni mangé depuis plusieurs jours"
Même si le bilan humain s’annonce bien moins élevé qu’en 1970 et en 1991, le gouvernement craint tout de même d’«énormes dégâts» économiques dans ce pays musulman de 144 millions d’habitants, dont 40 % vivent avec moins d’un dollar par jour, ce qui en fait l’un des plus pauvres au monde.

Malgré l’action préventive du gouvernement, les organisations internationales craignent qu’une pénurie de nourriture et une contamination des eaux stagnantes n’entraînent des épidémies et une aggravation de la situation, déjà très précaire.

Le ministère de la gestion des catastrophes naturelles a fait état de 2,7 millions d’habitants affectés et 773.000 maisons endommagées, 250.000 têtes de bétail et volailles tuées et de la destruction des récoltes sur plus de 30.000 hectares.

De nombreuses zones se trouvent encore sous les eaux. Des survivants désespérés ont expliqué qu’ils allaient certainement mourir si on ne leur apportait pas, au plus vite, eau et nourriture. « J’ai perdu six membres de ma famille dans le cyclone, a témoigné Sattar Gazi, un fermier du village de Nishanbari. J’ai peur que les trois que nous sommes à avoir survécu meurent de faim. Nous n’avons ni bu ni mangé depuis plusieurs jours. »

L’Union européenne a annoncé une aide de 1,5 million d’euros
Des hélicoptères militaires, ainsi que des navires de la marine bangladaise et plusieurs milliers de soldats ont été mobilisés pour porter assistance aux sinistrés. Washington a présenté samedi soir ses condoléances aux victimes du cyclone et annoncé que l’administration américaine avait débloqué une première aide d’urgence de 2,1 millions de dollars (1,43 million d’euros).

Dans un communiqué, la porte-parole de la Maison-Blanche, Dana Perino, a indiqué que deux navires américains étaient en route pour le Bangladesh et que les États-Unis fourniraient 35 tonnes de matériel de secours. Une équipe médicale de 18 personnes du département de la défense, déjà en place, va également participer aux secours.

L’Union européenne a annoncé une aide de 1,5 million d’euros, sans compter les centaines de milliers d’euros mobilisés par plusieurs États membres, notamment l’Allemagne et l’Espagne. La France a annoncé la mise en place d’une « première aide » d’un montant total de 500.000 €, dont environ les deux tiers seront constitués par une aide alimentaire en cours de livraison.

Nicolas Maury



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 2 Février 2010 - 23:19 Conditons d'Utilisation des Blogs Editoweb




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo