Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Petit point politique sur les élections du 21 décembre, élections convoquées par Madrid suite à l'application de l'article 155 de la Constitution d'Espagne. Selon les premières tendances politiques générales, unionistes et indépendantistes partiront divisés - article et traduction Nico Maury


Catalogne : Pour les élections "illégitimes" du 21 décembre, toutes et tous partiront divisé.e.s
Du côté des forces démocratiques et indépendantistes, le "bloc républicain" est désunis

En 2015, le bloc indépendantiste avec "Junts Pel Si" était presque unies (la CUP étant en liste indépendante). Cette fois, les principales forces politiques partiront divisées. D'un côté on aura trois listes :

- Junts Per Catalunya qui sera conduite par le Président légitime de la Generalitat, Carles Puigdemont, avec le soutien du PDECat (centre-droite). C'est une liste qui se veut d'un large rassemblement et ouverte sur la société civile catalane. L'union autour du PDECat s'annonçait très difficile du fait des hésitations de Carles Puigdemont (suspension de la déclaration d'indépendance et conflit avec Oriol Junqueras) et de l'attitude d'Artur Mas pour renoncer à la proclamation d'indépendance.

- La Gauche Républicaine de Catalogne (Esquerra Republicana de Catalunya), la formation politique (et historique) d'Oriol Junqueras (vice-président de la Generalitat aujourd'hui illégalement emprisonné à Madrid avec 7 autres ministres catalans) sera en lice pour les élections du 21 décembre. C'est là aussi une liste de large rassemblement qui sera constituée, notamment très ouverte à la société civile catalane. D'autres formations politiques comme le Mouvement de gauche (MES - scission du PSC) et Avancem ont rejoint la dynamique. Oriol Junqueras devrait conduire la liste.

- La CUP (Candidatura d'Unitat Popular) partira en liste indépendante avec le député Carles Riera à sa tête. Les adhérent.e.s de cette formation anticapitaliste indépendantiste ont choisi de participer à cette élection qualifiée "d'illégitime" (91,63%) et ont décidé de ne par s'allier à une liste républicaine unie ou à l'ERC (64.05%). Cependant les militants exclus de Podem (branche catalane de Podemos), comme Albano Dante Fachin, pourraient rejoindre la liste anticapitaliste (les négociations sont toujours en cours).

Pour les organisations indépendantistes non politiques, comme l'Assemblée Nationale Catalane et l'Omnium Culturel, la division est regrettable sachant que le peuple de Catalogne se mobilise massivement et quotidiennement pour sa liberté et celle de ses dirigeant.e.s politiques emprisonné.e.s ou menacé.e.s. Plusieurs de leurs dirigeants, comme Jordi Cuixart (emprisonné depuis 29 jours, sans procès, sans motif) et Carme Forcadell (actuelle présidente du parlement catalan) ne participeront à aucune liste. Des appels sont lancés pour construire une unité pour le 21 décembre, où une coalition après l'élection.

Catalogne : Pour les élections "illégitimes" du 21 décembre, toutes et tous partiront divisé.e.s
Du côté des forces unionistes et répressives du "bloc 155" la division est aussi à l'ordre du jour

- Xavier García Albiol et son parti de corrompus, le Parti Populaire, seront engagés dans des élections qui s'annoncent difficiles. Les affaires de corruption qui minent le PP et l’activation de l'article 155 devraient avoir un effet boomerang contre les descendants du dictateur Franco. De plus la venue de Mariano Rajoy en Catalogne dimanche dernier, n'a pas eu l'effet politique escompté et la "reconquête de la Catalogne" ne s'annonce pas être d'actualité.

- Pour les socialistes catalans (PSC-PSOE), le soutien aveugle de Pedro Sánchez (PSOE) et de Miquel Iceta (PSC) à Mariano Rajoy et à l'activation de l'article 155 a lourdement affaiblit ce parti social-démocrate. Plusieurs maires et élus catalans ont démissionné du PSC pour condamner les choix politiques des dirigeants nationaux et dénoncer le ralliement à la répression politique. Dans de nombreuses municipalités, comme Barcelone, les socialistes se font éjecter des majorités où perdent ces dernières avec le retrait de forces indépendantistes.

- Les Ciudadanos (Ciudadanos-Partido de la Ciudadanía), avec Inés Arrimadas, seront aussi en lice et ont annoncé leurs refus de toute alliance avec le PP et le PSC. Les Ciudadanos sont actuellement la seule force unioniste a bénéficier d'un soutien plus large.

Catalogne : Pour les élections "illégitimes" du 21 décembre, toutes et tous partiront divisé.e.s
Les "communs" avec Catalunya en Comú

Xavier Domènech devrait conduire une liste de rassemblement de forces politiques qui rassemblent plusieurs organisations et coalitions. On retrouvera notamment les coalitions "Catalunya Sí que es Pot", "En Comú Podem" et "Barcelona en comú", et les partis Podemos (purgé d'une partie de ses membres), Iniciativa per Catalunya Verds (ex-PSUC), et les écolocommunistes de Esquerra Unida i Alternativa.

La situation politique de cette liste est incertaine, on est très loin des élections générales de 2016 qui avaient placées les "Communs" en tête des élections. Les choix incertains de dirigeant.e.s, comme Ada Colau, risquent d'affaiblir cette base électorale au profit de l'ERC ou de la CUP. La polarisation de la société catalane ne bénéfice pas aux "communs", ils sont invisibles et leurs positions noyées par les débats actuelles.

De plus les positions politiques sur la question catalane sont assez floues. Si toutes les formations de Catalunya en Comú se retrouvent pour dénoncer l'article 155, la répression policière et demander la libération des prisonniers politiques, il y a de profondes divergences sur la question institutionnelle. Podemos est contre l'indépendance mais pour un référendum, ICV et EUiA sont en faveur d'une république catalane (comme préalable à une confédération - et non une fédération - au sein d'une république espagnole), et Ada Colau ne sait pas trop bien où se positionner.

Nicolas Maury
Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo Pinterest

un compteur pour votre site

Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / Adhérent à la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Les publications sur ce blog n'engagent pas la responsabilité de la section de Vaulx-en-Velin du PCF, mais uniquement de son auteur.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Les publicacions en aquest bloc no comprometen la responsabilitat de la secció de Vaulx-en-Velin, però només el seu autor.

Rubriques

Recherche




Classement de sites - Inscrivez le vôtre!


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile