UA-78951395-1

Actualités du Business au Sénégal

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Mobile
Rss

L'information utile en toute objectivité et sans polemique politique


Actuellement en conférence de presse à Rufisque, Oumar Guèye a démenti l'information selon laquelle sa garde rapprochée aurait usé d'arme à feu le 18 juillet dernier. Le coordinateur départemental de BBY à Rufisque va plus loin en déclarant que son cortège ne détient pas d'arme à feu.


Accusé de cultiver la violence, Oumar Guèye réagit : “Nous n'avons pas d'arme à feu!”
Accusé de cultiver la violence là où il passe, Oumar Guèye a répondu. Le prétexte de cette étiquette qui colle à la peau du ministre de l'Economie maritime, c'est la rixe ayant opposé mardi 18 juillet son camp à celui de Manko Taxawou Sénégal au quartier Arafat. Devant la presse, le coordinateur départemental de BBY à Rufisque a tout botté en touche. A l'en croire, les événements ne se sont pas déroulés tels qu'ils ont été racontés. Concernant les armes à feu qui auraient été utilisés par les hommes préposés à la sécurité de son cortège, Oumar Guèye balaie ces allégations du revers de la main. “Nous n'avons pas d'arme à feu. D'ailleurs, nous n'avons pas d'autorisation de port d'arme ”, a t-il martelé avant de faire remarquer que “j'ai bon dos”. “Mais je n'ai jamais été violent”, ressasse le ministre. Qui ne veut cependant pas passer pour un faible. “Quand on est attaqué, on se défend”, a t il prévenu. Invité à livrer le chef de sa garde rapprochée visible sur toutes les images, la main à la gâchette, Oumar Guèye plaide que ce dernier n'a commis aucun crime. La tête de liste départementale de BBY de Rufisque a fait porter l'amorce de la violence au camp adverse. Selon Souleymane Ndoye, c'est plutôt la coalition Manko Taxawu Sénégal qui a ouvert les hostilités en leur jetant des pierres.

Par senbusinet le Vendredi 21 Juillet 2017 | Commentaires (0)


1 2 3 4 5 » ... 1344


Galerie





Entête

Flux RSS




Entête