Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Commerces et services
08/06/2020 - 19:06

Augmentation mammaire à Paris ? Vidéo

Sachez en plus sur l'augmentation mammaire avec ce nouvel article de editoweb.eu



L'augmentation mammaire commence par l'administration intraveineuse d'un sédatif léger puis d'autres médicaments qui induisent un état de sédation consciente (état comparable au sommeil) qui permet de maintenir l'activité de la musculature respiratoire et il n'est donc pas nécessaire de l'intuber. Ensuite, la peau du sein sera anesthésiée, l'incision chirurgicale sera pratiquée et l'anesthésie par infiltration sera réalisée étape par étape au fur et à mesure que l'intervention chirurgicale avance. On utilise des médicaments anesthésiques qui ont une longue latence et une longue durée d'action de sorte qu'il est garanti l'analgésie totale dans les heures qui suivent l'opération, même si elle peut être maintenue avec le traitement anti-inflammatoire spécifique qui sera prescrit à la sortie.

Le choix de l'implant tiendra compte de certains paramètres fixes (diamètre du sein, épaisseur de la peau, position et forme du complexe mamelon-aréole), ainsi que du désir du patient et visera en tout cas à obtenir un résultat final naturel et définitif.

Le positionnement de la prothèse peut être rétrogandulaire ou révromusculaire totale ou partielle, c'est-à-dire que la moitié de l'implant sera placée sous la glande et l'autre moitié sous le muscle selon un double plan (technique du double plan sec. Tebbets), une technique très utile dans les cas où il y a un relâchement de la glande mammaire avec des mamelons bien positionnés au-dessus du sillon inframammaire, permettra d'obtenir ce remplissage de l'encolure sans avoir besoin de faire un lifting de la peau (avec des cicatrices résultantes parfois même trop visibles) grâce au remplissage qui est l'extension de la peau mammaire par l'effet de projection sur la glande en avant de la prothèse elle-même. Le positionnement sous-musculaire dans la partie supérieure assurera une couverture adéquate de la prothèse en évitant le risque de "rimpling", c'est-à-dire de perception visuelle des plis de la prothèse à partir de la peau, mais en même temps la partie inférieure de l'implant libre de se déplacer derrière la glande - et non statique comme dans le cas du positionnement totalement sous-musculaire - permettra d'obtenir un résultat très naturel lorsque les seins mobiles changent de position.

L'augmentation mammaire est pratiquée pour améliorer la forme et le volume des seins qui ne se sont jamais complètement développés ou des seins qui ont été vidés et éventuellement descendus suite à l'allaitement ou à la perte de poids. Dans d'autres cas, l'intervention est réalisée pour corriger une asymétrie des seins.

L'augmentation mammaire consiste en l'insertion de prothèses spéciales placées sous la glande mammaire, ou plus profondément, sous le muscle pectoral.
En ce qui concerne l'opération, selon les caractéristiques de la patiente, les seins et les préférences de la femme peuvent varier :
  • le site de l'incision cutanée pour l'insertion de la prothèse (au niveau du sillon sous-mammaire, de l'aréole ou de l'aisselle) ;
  • le site d'implantation de la même (sous-ghiandulaire ou sous-musculaire) ;
  • le type, la forme et le volume de la prothèse.
Dans tous les cas, à travers l'incision cutanée, une poche sera préparée pour loger la prothèse, qui peut être ronde ou anatomique, de la taille convenue avec le patient, qui sera centrée sous le mamelon. La suture de la peau est généralement réalisée avec des mesures spéciales pour rendre les cicatrices moins visibles. Il est possible de placer des drains d'aspiration qui sortent généralement de l'aisselle. Le choix du site d'incision est convenu avant l'intervention et dépend de la situation anatomique locale (taille de l'aréole, définition du sillon sous-mammaire), du type et de la taille des prothèses choisies...

En général, il est préférable d'insérer la prothèse sous la glande lorsque l'épaisseur des tissus assure une couverture adéquate de la glande. Au lieu de cela, ils sont insérés sous le muscle pectoral chez des sujets minces ou avec des glandes mal représentées, avec des techniques différentes selon le cas individuel. Dans certains cas, il est conseillé d'effectuer un remodelage glandulaire pour améliorer la qualité du résultat. L'opération de la mastopexie peut être associée à l'implantation de prothèses dans les cas où les seins, en plus d'être petits en volume, sont excessivement détendus (ptose mammaire).

La mastopexie consiste à enlever l'excès de peau et en même temps à remodeler la glande. Dans les cas de relaxation moins prononcée, il suffit de procéder à l'ablation d'un secteur de peau au moyen d'une incision circulaire autour de l'aréole ; dans ce cas, bien sûr, les prothèses seront insérées par la même incision. Dans le cas d'une ptose plus prononcée, il est nécessaire d'enlever une plus grande quantité de peau : dans ce cas, en plus de la cicatrice périaréolaire, une cicatrice verticale (entre l'aréole et le sillon inférieur du sein) sera également produite et parfois, en plus, une cicatrice, de longueur variable, au niveau du sillon submammaire. Comme c'est souvent le cas en chirurgie plastique, il s'agit d'une opération complexe et non d'une uniformité de routine, en ce sens que la procédure n'est pas complètement standardisable, mais est personnalisée en fonction des caractéristiques individuelles.  

Le choix du type d'anesthésie dépend du cas clinique individuel et de la technique choisie.
L'intervention peut être réalisée sous anesthésie générale ou sous anesthésie locorégionale avec ou sans sédation.
Il est maintenant établi que les implants mammaires n'ont aucune influence sur la formation ou le développement d'une tumeur ou sur son traitement. De plus, toute difficulté diagnostique rencontrée pendant la mammographie peut être surmontée par un radiologue expérimenté grâce à des manœuvres spéciales et à des projections supplémentaires et, le cas échéant, par une éventuelle imagerie par résonance magnétique.
Source : https://www.riccardomarsili.fr/differentes-techniques-daugmentation-mammaire/

Josie Bonnet











Flashback :
< >

Lundi 27 Juillet 2020 - 18:35 Agence Web Genève

Lundi 27 Juillet 2020 - 15:45 Traitement anti calvitie efficace

Lundi 27 Juillet 2020 - 15:25 Rhinoplastie non chirurgicale

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn