Sommaire
Commerces et services
25/01/2019 - 10:02

Avocat talentueux à Genève pour divorce ?

Il y a une certaine psychologie dans l'acte de divorcer. Sachez en plus en lisant notre article dédié au sujet et qui vous permettra d'envisager des solutions si vous êtes face au divorce. Il y a déjà plusieurs type de divorce que vous pouvez découvrir ici :



  • Le divorce émotionnel : il représente la dissolution du projet de vie commun construit jusqu'alors, des rêves et des espoirs nés pendant le temps passé ensemble.
  • Divorce légal : la dissolution légale du lien.
  • Divorce économique : changement de statut qui peut créer une situation de détresse économique pour l'un des conjoints ou les deux.
  • Divorce communautaire : abandon du domicile commun ou éloignement des amis et de leur famille et, plus généralement, du réseau social construit ensemble.
  • Divorce parental : lorsque le niveau élevé de conflit ne permet pas le maintien d'un accord éducatif avec les enfants ou lorsqu'une séparation intentionnelle a lieu avec eux ou pour des raisons de garde légale.
  • Divorce psychologique : "séparation de soi de la personnalité et de l'influence de son ex-mari", c'est-à-dire apprendre à vivre sa vie sans l'autre.
La séparation du couple se termine positivement lorsque les deux époux ont accepté la fin de la relation et ont compris ses causes et sa dynamique implicite.

Cependant, lorsque le mariage prend fin contre la volonté de l'un des époux, celui qui le subit vit un état émotionnel semblable au deuil, terme qui désigne précisément " tous ces processus psychologiques, conscients ou inconscients, qui sont déclenchés par la perte d'un être cher " ; c'est donc une expérience de perte qui cause une douleur profonde.

Le divorce comme deuil ?
  1. L'amour, qui implique la nostalgie de la perte ou l'espoir secret que tout puisse revenir comme avant ; rester fixé sur cette émotion détermine le déni psychique de la séparation, dans l'espoir qu'une réconciliation puisse avoir lieu ;
  2. Colère, à cause de la frustration subie, du sentiment d'avoir été trompé et de la douleur perçue ; cette émotion, si elle n'est pas correctement élaborée, peut conduire à attribuer à l'autre tous les défauts de la séparation et les torts subis ; l'ex-conjoint devient ainsi la cause de la ruine de sa vie.
  3. La tristesse, liée au sentiment de solitude et de découragement que provoque la séparation ; une fixation sur cette émotion peut provoquer des pensées suicidaires ou des états dépressifs, dans lesquels tous les défauts de la séparation sont attribués à eux-mêmes.
Généralement, à la fin d'une relation, ces émotions apparaissent une à la fois avec une forte intensité. Avec le temps, elles commencent à diminuer en profondeur et tendent de plus en plus à se manifester simultanément. Ces contenus psychiques, s'ils sont correctement contrôlés, reconnus et traités, amènent à une nouvelle naissance et à l'acceptation de la séparation et du divorce, en vue d'un nouveau projet de vie personnelle.

Ce n'est qu'ainsi qu'il est possible de mettre en œuvre le "divorce psychologique"

Tous les couples, cependant, ne parviennent pas à un divorce psychologique après la rupture du lien.

Le lien désespéré ?

Certaines séparations deviennent en effet impossibles : la peur de se perdre se transforme en guerre devant les tribunaux et, plus généralement, en une lutte continue qui se nourrit du moindre prétexte. Un tel affrontement dans l'esprit des époux doit conduire à un seul vainqueur et à la punition de l'autre.

Le lien désespéré est ce qui ne permet pas au couple de parvenir à un divorce psychologique : la relation ne peut pas être maintenue en vie parce qu'elle est destructrice, mais sa rupture entraînerait une angoisse profonde, qui doit être évitée parce qu'elle est trop douloureuse.

L'autre est considéré comme le "mal", à qui sont attribuées toutes les fautes, même personnelles. Et c'est précisément cette logique qui nourrit le désir de la détruire : d'un point de vue juridique, économique et psychologique ; afin de venger l'injustice subie.

Pour ces personnes, le juge assume la fonction de prouver que " l'autre a tort et j'ai raison ", tandis que les interventions cliniques et thérapeutiques ou la médiation familiale, qui serait souhaitable, sont rejetées.

Dans cette phase, il n'y a pas de place pour le traitement de la douleur, qui pourrait conduire à la fin des conflits et au début d'une nouvelle vie pour chacun des ex-conjoints.

En savoir plus : https://avocatgeneve.org/qui-connait-un-excellent-avocat-a-geneve/


Sandrine Brillant








Flashback :
< >

Lundi 27 Mai 2019 - 12:25 Augmentation mammaire Marseille

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League







Partageons sur FacebooK
Petites annonces