Sommaire
Commerces et services
24/05/2019 - 22:24

Complications possibles après l'augmentation mammaire

Des complications sont toujours possibles lors d'une augmentation mammaire. Les chirurgiens les prennent pleinement en charge. Sachez en plus en lisant notre article !



Complications possibles après l'augmentation mammaire
"Les complications d'une opération sont difficiles à gérer tant pour le médecin que pour le patient. La deuxième opération est toujours plus complexe que la première, car il s'agit d'intervenir pour résoudre un problème, il n'est pas toujours facile de réussir".

Le conseil est de choisir soigneusement le médecin auquel vous vous adressez dès la première fois, sans vous laisser flatter par les bas prix ou les offres à bas prix, mais en vous basant sur l'expérience du spécialiste : "Si vous vous adressez à un médecin moins expérimenté, non seulement cela augmente la possibilité de subir une complication, mais vous risquez aussi qu'il ne puisse y remédier.
Et tous les médecins ne sont pas d'accord pour rouvrir un patient ou d'autres patients "

En Suisse, les opérations de chirurgie esthétique secondaire, c'est-à-dire réalisées après l'échec de la première opération, représentent 8,6% du total : dans 45,5% des cas seulement, le patient retourne chez le même médecin, la majorité préfère aller voir un autre médecin.

PROBLEMES - Dans le cas de la mastoplastie additive, les causes des complications sont différentes : "Souvent les problèmes proviennent du fait qu'une prothèse trop grande pour la poitrine est implantée, satisfaisant généralement le désir du patient : surtout chez des sujets très minces, il peut arriver que la prothèse déborde et que, étant peu graisseuse, le contour soit visible. Il vaut mieux préférer une petite prothèse pour que le résultat ne soit pas trop "plastifié". Un autre facteur qui peut affecter le niveau auquel vous mettez la prothèse est le niveau : le meilleur point est derrière le muscle pectoral, où la couverture est plus grande, bien que souvent le chirurgien préfère la greffe devant le muscle car, en plus d'être techniquement plus difficile, elle peut causer un peu plus de douleur dans les premiers jours après. Cependant, en considérant que cela peut aider à éviter les complications et à obtenir un meilleur résultat, cela en vaut la peine "

Les complications les plus fréquentes de l'augmentation mammaire sont la contracture capsulaire, le déplacement de la prothèse, la rotation et la rupture. "Une liste qui, sans être exhaustive, résume les problèmes les plus fréquents ". La première est la contracture capsulaire, c'est-à-dire le durcissement du sein. "C'est la plus fréquente, avec une incidence comprise entre 1 et 2 %. Elle peut survenir tout au long de la vie de la prothèse et les causes sont différentes : des infections subcliniques (dues à des bactéries présentes dans le sein et les canaux ou à une bronchite ou une amygdalite non traitée par antibiotiques), à la contamination des capsules par des corps étrangers. Elle se manifeste par le durcissement du sein et se résout en retirant la prothèse et en réinsérant une nouvelle "

MOUVEMENT - Une autre complication possible est le déplacement de la prothèse. "La dislocation de la prothèse peut se produire dans les deux premiers mois suivant l'implantation. Cela se produit si la patiente effectue un mouvement trop énergique avec ses bras ou si elle fait beaucoup d'exercice dans les semaines qui suivent immédiatement l'opération. Après deux mois, les tissus autour de la prothèse guérissent et la patiente peut reprendre son activité régulièrement. Ici aussi, la solution consiste à retourner dans la salle d'opération et à remettre la prothèse dans la bonne position pour une augmentation mammaire réussie"

La troisième chose qui peut mal tourner est la rotation. "Cela arrive avec les prothèses anatomiques en forme de goutte et si vous tournez, changez aussi la forme du sein. Cela peut se produire lorsque vous faites une "poche" trop grande pour la prothèse, lorsque vous passez d'une prothèse plus grande à une prothèse plus petite sans redimensionner la poche, et lorsque la patiente fait des mouvements excessifs avec ses bras. La solution est de remettre la prothèse dans sa position d'origine : parfois elle peut être résolue par une manœuvre spéciale pour tourner la prothèse, sinon elle doit être rouverte. Cela se produit plus fréquemment au cours des deux premiers mois suivant l'intervention chirurgicale, mais cela peut aussi se produire plus tard".

Enfin, il peut arriver que la prothèse se brise. "La rupture de la prothèse fait généralement suite à un traumatisme, tel qu'un accident de voiture. L'incidence est très faible, à tel point que les entreprises fournissent gratuitement une paire de prothèses de remplacement et, dans certains cas, remboursent également le coût de l'intervention pour la replantation".


Sandra DE Iorio








Flashback :
< >

Mardi 18 Juin 2019 - 18:42 Vidéo surveillance 24/24

Mardi 18 Juin 2019 - 18:21 Achat maison en Suisse

Mardi 18 Juin 2019 - 14:44 Vidéo surveillance

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League







Partageons sur FacebooK
Petites annonces