Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Seton pub
pour y être
Infos Business
12/04/2020 - 21:31

Les médecins dans l'histoire


Sachez en plus sur les médecins qui ont écrit l'histoire de la médecine au travers des siècles. Le Docteur Tenorio nous propose de les découvrir



Hippocarte : Le plus célèbre médecin de l'Antiquité, père fondateur de l'ars medica antiqua, est né sur l'île de Cos vers 460 avant J.-C. dans une famille aristocratique de traditions médicales anciennes. Sa renommée est liée non seulement à son activité de médecin, mais aussi, et peut-être surtout, à celle de maître, ayant eu le grand mérite et le courage d'étendre l'enseignement en dehors de la famille. Chercheur ardent et observateur attentif, il a renouvelé le concept même de médecine alors liée à l'intervention divine. Selon Hippocrate, la maladie et la santé n'avaient que peu de rapport avec le monde des dieux : elles n'étaient pas du tout des punitions ou des cadeaux, mais plutôt le résultat naturel de certaines circonstances entièrement humaines. Il s'agit du fameux serment par lequel les aspirants médecins s'engageaient à respecter des règles de vie et de comportement peu nombreuses mais déterminantes : en effet, il interdisait la pratique de l'avortement, concentrait l'attention sur le soin du patient et l'obligation, et c'est là qu'il faut chercher la modernité de son enseignement, du secret professionnel.
Ses œuvres, une soixantaine environ, sont rassemblées dans le Corpus Hippocraticum, qui rassemble cependant aussi des œuvres dont les auteurs ne sont presque certainement pas Hippocrate mais certains de ses disciples comme Polibius. Les traités de chirurgie et de gynécologie se distinguent par l'importance et l'actualité de la méthode de recherche, ainsi qu'une collection de fiches cliniques : Épidémies, Aphorismes et autres traités - comme Del medico - dans lesquels est codifié le comportement que le médecin doit avoir envers le patient. Pour Hippocrate, le médecin devait être un observateur des signes de la maladie car sa tâche consistait simplement à aider la nature dans son acte de guérison ; la vue, le toucher et l'ouïe étaient donc les organes des sens qui devaient être le plus développés. C'est aussi l'élaboration de la théorie humorale selon laquelle le corps humain serait régi par un ensemble de quatre humeurs différentes (sang, bile jaune et noire, flegme) qui, en les combinant dans des proportions différentes, pourraient amener l'individu à un état de santé ou inversement de maladie.

Galienus : Il peut être considéré comme le deuxième père fondateur de la médecine ancienne après Hippocrate. Il est né à Pergame en 129 après J.-C. Son père, architecte, l'oriente vers la profession médicale à laquelle il se consacre avec passion tout au long de sa vie. Une étape décisive dans sa profession a été la nomination comme médecin gladiateur dans sa ville natale : ce fut une expérience sans précédent, extrêmement formatrice d'un point de vue pratique car elle lui a permis d'étudier de près les problèmes cliniques qu'un tel régime de vie implique.
Il était un adepte de la théorie humoristique d'Hippocrate, mais il suivait aussi le concept de complication où un humour prévalait sur l'autre. L'individu pouvait donc être soumis à quatre tempéraments différents : sanguin si l'humeur prédominante était le sang ; colérique en raison d'un excès de bile noire ; mélancolique de la bile jaune ; flegmatique si le flegme prédominait plutôt. Pour le médecin de Pergame également, l'état de santé était la conséquence directe d'un équilibre interne entre les quatre humeurs caractérisant chacune une certaine saison de l'année et de la vie : dans ce cas également, la théorie d'une interférence divine dans l'état de santé de l'homme tombait. Sa méthodologie était basée sur l'observation directe du monde réel, il a désavoué la médecine sacerdotale et a fait de la raison sa pratique. De la tradition platonicienne est née l'idée du pneuma, régulateur vital du "souffle" des fonctions humaines, divisé en trois catégories différentes selon sa localisation : animal (psychique), dans le cerveau et le système nerveux ; vital, dans le cœur et les artères ; naturel ou végétatif, dans le foie et les veines.
Parmi ses nombreuses œuvres, on se souvient de l'Ars medica, des Commentaires sur les œuvres d'Hippocrate, du De temperamentis. L'Occident médiéval l'a surtout connu grâce à ses traducteurs et commentateurs arabes et plus tard seulement de manière directe, grâce aux traductions grecques de Niccolò

Isidore de Seville :  Docteur de l'Eglise, Isidore fut évêque de Séville de 600 à 636, il a eu le mérite d'avoir converti les Wisigoths au christianisme. Philosophe, plutôt que médecin au sens strict du terme, il a écrit une œuvre monumentale en vingt livres dans laquelle il a tenté d'enfermer tout le savoir humain de l'époque : les Etymologiae ou Origines.
Le livre IV, consacré à la médecine, est très intéressant car il contient quelques concepts fondamentaux pour les ars médicaux de l'époque : "Certains se demandent pourquoi l'art de la médecine ne figure pas parmi les arts libéraux. La raison consiste dans le fait que si ce dernier traite de causes particulières, il les embrasse toutes", selon Isidore, en effet, le bon médecin devait être un bon rhétoricien pour pouvoir prouver ses arguments de la meilleure façon ; il devait connaître la dialectique, utile dans l'étude des cas de maladies et de leurs traitements ; la grammaire pour pouvoir comprendre ce qui était lu ; l'arithmétique et la géométrie étaient indispensables dans le calcul des jours de durée d'une maladie donnée, ainsi que la connaissance de l'astronomie pour comprendre la relation entre l'état de santé d'un individu et les étoiles. Il a qualifié la médecine de "seconde philosophie", contribuant ainsi à accroître le fossé entre la pratique et la théorie sur lequel Aristote s'était déjà exprimé il y a quelque temps. Du point de vue étymologique, il a fait remonter le terme même de "médecine" à un modus, c'est-à-dire à la "juste mesure" dont doivent être marquées la vie et la profession de ceux qui l'exercent, il a réitéré le concept selon lequel les soins des malades doivent être confiés à une personne pieuse, estimant que les malades doivent être situés dans un endroit particulier, loin des bruits gênants et des bruits parasites qui pourraient troubler l'état de calme des malades.
Article proposé par : https://www.aesthetics-ge.ch/fr/


Dr Xavier Tenorio







Flashback :
< >

Vendredi 23 Octobre 2020 - 22:08 Abdominoplastie Paris ! Questions et réponses

Lundi 20 Juillet 2020 - 22:53 Questions sur le botox ?

Dimanche 19 Juillet 2020 - 16:31 Les problèmes artériels

Infos Business | Italia






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb
 


cookieassistant.com