Quantcast
Sommaire
EditoWeb MagaZine
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub       
soyez-y!
Naturopathie et Medecine Naturelle
25/07/2022 - 15:50

Maladies Nosocomiales, infections , bactéries : Sauvé grâce aux huiles essentielles !


Quelles huiles essentielles pour quel usage ? Et quelles huiles essentielles pour quels maux ? Découvrez les fabuleux bienfaits de l’aromathérapie au quotidien et trouvez la meilleure huile essentielle pour répondre à votre problématique !



LE CHIRURGIEN VEUT L’AMPUTER - CETTE HUILE ESSENTIELLE VA LE SAUVER
 
En Novembre 2007.
 
Alors qu’il profite de ses vacances en Inde, Sven L. est victime d’un accident de la route.
 
Le choc est terrible. Polytraumatisé, son pronostic vital est engagé.
 
Heureusement pour lui, il est rapidement pris en charge.
 
Il est hospitalisé sur place pendant 3 jours et finit par être rapatrié à l’hôpital de Genève².
 
C’est alors qu’un problème encore plus grave survient.
 
Sven . se met à développer un abcès extrêmement douloureux. L’infection est grave.
Comment a-t-il développé cette infection ?
 
Au départ, les médecins n’y comprennent rien. L’infection n’a aucun rapport avec son accident.
 
Les analyses se poursuivent puis la vérité tombe. Sven est victime d’une maladie nosocomiale.
 
Autrement dit, c’est pendant son séjour à l’hôpital que Sven a développé l’infection.
 
La bactérie responsable est elle aussi identifiée. Il s’agit de Klebsiella pneumoniae.
 
Une bactérie pas comme les autres
La médecine moderne dans l’impasse
 
Klebsiella pneumoniae est une « superbactérie », extrêmement résistante aux antibiotiques.
 
Et encore, ce n’est pas la pire !
 
Certaines superbactéries, comme le staphylocoque blanc, sont résistantes à TOUS nos médicaments, donc tous les antibiotiques.
 
Ce phénomène, l’antibiorésistance, est probablement l’un de plus grands défis de la médecine du 21e siècle.
 
Les hôpitaux sont démunis. On parle pudiquement d’« impasses thérapeutiques ». Je traduis : il n’y a aucun moyen d’être soigné.
 
L’antibiorésistance progresse à une vitesse folle. Elle tue déjà 700 000 personnes tous les ans³. Les projections sont démentielles.
 
D’après certains spécialistes, nous pourrions atteindre les 10 MILLIONS DE MORTS par an dès 2050⁴.  Ces bactéries sont comme vous et moi : elles veulent vivre
  
Pourquoi ces bactéries sont-elles devenues si résistantes ?
Parce qu’elles sont comme vous et moi…Elles veulent vivre ! Ou plutôt survivre.
 
Notre consommation d’antibiotiques est devenue tellement massive que certaines bactéries ont fini par apprendre à se défendre.
 
Comme toutes les espèces animales : elles finissent par s’adapter pour mieux se propager.
 
Pour les tuer, on les expose à de nouveaux médicaments antibiotiques. 
 
Des médicaments auxquels les bactéries s’adaptent en devenant de plus en plus résistantes…

Si nous voulons éviter un retour au 19e siècle…
… où la moindre infection bactérienne (comme une angine à streptocoque, une septicémie, la tuberculose ou la coqueluche) pouvait être fatale…
 
Alors nous devrions trouver les moyens de limiter notre consommation d’antibiotiques aux cas où ils sont vraiment indispensables.
 
Nous devons donc trouver d’autres moyens de prendre soin de notre santé.
 
En cela, les dernières découvertes sur les huiles essentielles pourraient bien changer la donne.

Le super antibactérien à la rescousse !
 
Un chercheur, récompensé en 2017 par le Prix de l’Innovation, serait parvenu à mettre au point une formule révolutionnaire pour tuer les superbactéries, devenues résistantes à tous les antibiotiques ; et tout ça grâce aux huiles essentielles⁵.
 
En combinant certaines huiles essentielles à des antibiotiques, Adnane Remmal aurait réussi à créer des « complexes moléculaires » supérieurs, capables de pulvériser les systèmes de résistance des bactéries.
 
Et ça marcherait aussi pour des bactéries moins agressives : par exemple, l’huile essentielle d’eucalyptus démultiplierait l’effet du traitement antibiotique pour les infections urinaires.
 
Certaines huiles essentielles pourraient même remplacer certains antibiotiques :
 
L’huile essentielle de cannelle est probablement l’une des huiles antibactériennes les plus puissantes, active contre des souches telles que coli, Pseudomonas aeruginosa et Bacillus subtilis.

En 2016, des chercheurs ont démontré que l’huile essentielle d’origan pourrait détruire la bactérie la plus redoutée par tous les hôpitaux : le terrible staphylocoque doré⁶. Mais elle serait aussi efficace contre d’autres bactéries virulentes comme Escherichia Coli et la salmonelle.
 
Et contrairement aux antibiotiques, la plupart des huiles essentielles n’agressent pas votre flore intestinale.

Mais quel médecin pense aujourd’hui à vous prescrire une huile essentielle…
  
… Que ce soit pour éliminer une infection, un virus, ou un germe ?
 
Heureusement, vous n’avez pas besoin de compter sur la bonne volonté de votre médecin pour commencer à les utiliser.
 
Car les huiles essentielles sont presque toutes en vente libre, elles ne coûtent pas cher et vous pouvez facilement vous en servir à condition d’être bien formé et bien conseillé.
 
Certains ont déjà franchi le pas. Ils ont donné un grand coup de balai dans leur armoire à pharmacie. Ils prennent soin de leur santé sans dépendre des médicaments.
 
Ils ont sous la main des remèdes simples, naturels qu’ils savent utiliser sans se poser mille questions.
 
Ils savent, par exemple, que :
 
Contre les maux de tête, une goutte d’huile essentielle de menthe poivrée appliquée sur les tempes peut parfois aider à soulager plus rapidement que du paracétamol ;

En cas de douleurs articulaires, la gaulthérie couchée agirait comme un anti-inflammatoire grâce à sa composition naturelle en salicylate de méthyle ;

Deux gouttes d’huile essentielle de romarin prises avec un peu de gel d’aloe vera peuvent parfois remplacer les médicaments anti-acide en cas de reflux gastrique

Pour calmer les règles douloureuses, il serait conseillé de masser le bas-ventre avec 3 gouttes d’huile essentielle de camomille ;

On peut espérer combattre la grippe rapidement en associant une huile essentielle antivirale (le tea tree), une autre expectorante (le ravintsara) et une dernière anti-inflammatoire (le gingembre) ;

En à peine quelques jours, les symptômes d’une inflammation des sinus pourraient disparaître en prenant quotidiennement 6 gouttes de ravintsara.
 
Et toute cette pharmacie naturelle tient dans quelques flacons.
 
Il n’appartient qu’à vous de suivre la même voie.
 
Car il n’y a aucune raison que vous continuiez d’être privé de ce trésor naturel.
 
En apprenant à vous servir des huiles essentielles, vous pourrez espérer venir à bout de nombreux problèmes de santé. Et pour cela, vous n’aurez pas besoin d’investir dans un énorme stock de flacons.
 
Le plus souvent, une à deux gouttes suffisent pour calmer une douleur, agir sur une infection ou une inflammation.

On les utilise aussi en cancérologie
 
Quelques hôpitaux d’avant-garde à Rennes, à La Rochelle⁷ intègrent désormais les huiles essentielles dans leur suivi des patients atteints du cancer.
 
Aux Hôpitaux Civils de Colmar⁸, le service d’oncologie utilise l’aromathérapie pour soulager les nausées, les troubles du sommeil et l’anxiété des malades.
 
Le personnel de ce service explique que les patients concernés ont vu une réelle amélioration de leur état : soulagement des douleurs, mieux-être, endormissement…
 
De plus en plus d’hôpitaux en France utilisent les huiles essentielles en accompagnement des traitements conventionnels du cancer.
 
Au CHU de Poitiers, la médecin-chef du service hématologie a été littéralement estomaquée : chez un de ses patients, elle aurait vu un énorme hématome se résorber de manière spectaculaire après l’application d’huile essentielle d’hélichryse italienne⁹.
 
En cancérologie, les huiles essentielles contribuent chaque jour à des petits miracles de bien-être :
 
En cas de radiothérapie, l’huile essentielle de niaouli aide à protéger la peau de graves brûlures.

Pour aider à calmer nausées et vomissements causés par la chimiothérapie, on fait appel à l’huile essentielle de citron ;

Après l’intervention chirurgicale, l’huile essentielle de lavande officinale contribue à accélérer le processus de cicatrisation ;

Pour lutter contre la fatigue physique, les patients peuvent inhaler de l’huile essentielle de romarin officinal à alterner avec l’huile essentielle de pin sylvestre en cas de fatigue psychique.
 
Certains pensent que les huiles essentielles sont un effet de mode. Que ça va passer. Qu’on va finir par s’en lasser.
 
Je suis convaincu du contraire.
 
Elles sont d’ailleurs très prometteuses contre un autre problème de santé encore plus répandu que le cancer : l’arthrose.

Arthrose : évitez l’overdose d’antidouleurs !
   
L’arthrose est la maladie chronique la plus répandue en France¹⁰.
 
Les témoignages reçus font parfois frémir.
 
Ils me disent que leurs douleurs sont comme une pointe d’acier qui s’enfonce dans leur chair.
 
Cela peut être pire encore ! En cas d’arthrose de la hanche, vous ressentez une douleur type « rage de dents », qui peut vous irradier des genoux jusqu’au milieu du dos !
 
Contre ces tortures, les huiles essentielles sont très puissantes
 
La gaulthérie couchée, par exemple, fournit une huile essentielle exceptionnelle contre les douleurs rhumatiques. Elle doit cette efficacité à sa composition presque exclusive en salicylate de méthyle, une molécule naturelle précurseur de l’aspirine.
 
Les huiles essentielles de camomille romaine (Chamaemelum nobile), de laurier noble et d’ylangylang sont elles aussi de grandes antalgiques grâce à la présence d’esters. Celle de laurier lutte contre le vieillissement des cartilages. Les huiles essentielles d’eucalyptus citronné, de citronnelle et de katafray sont de puissantes anti-inflammatoires. La citronnelle permet aussi un drainage au niveau de l’articulation, très intéressant en cas d’arthrose.
 
Bref… pourquoi passer à côté de  ces remèdes sûrs et efficaces ?!
Vous pouvez quasiment TOUT soulager
  
La réalité c’est que les huiles essentielles peuvent agir sur presque tous les problèmes de santé :
 
    déprime ;
    choc émotionnel ;
    le sommeil ;
    les tendinites ;
    l’hypertension ;
    la thyroïde ;
    stress ;
    les troubles de la ménopause ;
    la prostate ;
    les courbatures ;
    les maux de gorge ;
    les abcès ;
    et j’en passe.
 
Certaines personnes ont presque arrêté les médicaments. Chez elles, tout se traite avec quelques gouttes d’huiles essentielles.
 
Elles savent par exemple que :
 
L’huile essentielle de Laurier Noble est recommandée en cas d’affections de la sphère ORL ;
 
L’huile essentielle de Calophylle Inophyle aide à la cicatrisation grâce à ses propriétés anti-infectieuses en application cutanée ;
 
L’huile essentielle de Tea Tree « gomme » les boutons d’acné, simplement avec quelques gouttes appliquées directement sur la peau ;
 
Ces personnes sont des initiées.
 
Et comme toute personne initiée, elles savent une chose très importante, que vous ne savez pas (encore)…

1 mg de trop, et c’est la catastrophe !
 
L’usage des huiles essentielles est plein de promesses… si vous suivez la bonne méthode.
 
Malheureusement, certaines personnes ne savent absolument pas comment procéder, choisissent mal leurs huiles essentielles…
 
Elles confondent par exemple l’huile essentielle de Lavande Aspic – dont je vous parlais plus haut – avec celle de Lavande à Toupet.
 
Ce qu’elles ne savent pas, c’est que l’huile essentielle de Lavande à Toupet est neurotoxique, c’est-à-dire qu’elle est dangereuse pour le système nerveux.
 
Et puis il y a l’effet dermocaustique de certaines huiles essentielles, comme celles à base de cannelle.
 
Celles-là doivent absolument être mélangées à de l’huile végétale avant d’être appliquées. Sinon elles attaquent votre peau.
 
Il y a aussi les huiles essentielles hépatotoxiques, qui peuvent abîmer votre foie.
 
Bref… Si vous souhaitez commencer à utiliser les huiles essentielles, je vous recommande fortement de vous former avec un VRAI professionnel.
 
Un guide, capable de vous « prendre par la main » et de vous expliquer, étapes par étape, comment exploiter toute la puissance de ces huiles extraordinaires.
 

Vous pouvez visiter la page : https://www.aroma-zone.com/info/guide-des-huiles-essentielles/tous

Sources :
2 https://www.revmed.ch/RMS/2012/RMS-338/Carbapenemases-implications-cliniques-et-epidemiologiques-pour-la-Suisse
 
3« L’antibiorésistance : pourquoi est-ce si grave ? », Ministère des Solidarités et de la Santé, 12 septembre 2019
 
4 Ibid.
 
5 https://www.epo.org/learning-events/european-inventor/finalists/2017/remmal_fr.html
 
6 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5206475/
 
7 Santé en Charente-Maritime : l’aromathérapie fait son nid, Pauline Blanc – sudouest.fr, Janvier 2019
 
8 L’aromathérapie au coeur de l’hôpital, Véronique Berkani – lalsace.fr, Janvier 2019
 
9 Vidéo : Emission Envoyé Spécial France 2 « Les HE au CHU de POITIERS, pôle cancérologie » – alexia-blondel.fr
 
10 L’arthrose en chiffres, Marie – stop-arthrose.org, Mai 2014
 
11 Prix & conditions, Ecole-era.ch, 2020.
 
12  Huiles essentielles pendant la grossesse : attention danger !, Karine Touboul – Doctissimo.fr, Juin 2019.
 
13 Tout savoir sur les huiles essentielles, Le Guide huiles-et-sens.com, Juin 2017.
 
14 Physiological effect of olfactory stimulation by Hinoki cypress (Chamaecyparis obtusa) leaf oil, Harumi Ikei, Chorong Song & Yoshifumi Miyazaki, Décembre 2015.



Lu 213 fois




Le courrier des Lecteurs | Naturopathie et Medecine Naturelle


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest