Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Marxisme-Léninisme et idéologies politiques

Extrême gauche " Unité d'action " avec les islamistes ?


A l'origine de l'Islamo-gauchisme, les trotskistes du SNP
Une possible " unité d'action " entre anticapitalistes et islamistes ?

Cette idée saugrenue, qu'on pourrait croire extraite d'un édito du Figaro ou de Marianne, nous vient du SWP britannique et influence une partie de la LCR. Elle pourrait avoir des répercussions préoccupantes pour le mouvement social en général.

Les islamistes peuvent-ils être associés aux révolutionnaires dans un même front anti-impérialiste ? Ce débat, qui existe depuis une quinzaine d'années, aurait pu rester strictement interne au courant trotskiste international ; mais le fait que cette thèse soit portée par un de ses principaux partis, le Socialist Workers Party (SWP) britannique, et soit désormais défendue par plusieurs tendances de la LCR française, lui donne une répercussion préoccupante.

Si la piste a été explorée dès la fin des années 80, c'est en septembre 1994 qu'un des dirigeants du SWP, Chris Harman, a donné corps à cette théorie dans un article, " Le Prophète et le Prolétariat ", publié dans un trimestriel du parti.

Traduit en français, il a été reproduit dans un ouvrage, Islamisme et Révolution, par le groupe Socialisme par en bas, devenu en janvier dernier une tendance de la LCR. Cet article contient une longue analyse sur la nature de l'islamisme, et établit quelle attitude les révolutionnaires devraient avoir à son égard.

" Par le passé, écrit Chris Harman, la gauche a commis deux erreurs face aux islamistes. La première a été de les considérer comme fascistes, avec lesquels rien de commun n'était possible. La seconde a été de les considérer comme des "progressistes" qu'il ne fallait pas critiquer. "

Harman propose de considérer la montée de l'islamisme pour ce qu'elle est : une réaction politique, sociale, et anti-impérialiste, davantage qu'un succès ex-nihilo des idées intégristes.

Sans le dire ouvertement, le SWP considère que la gauche et l'extrême gauche laïques ont été battues dans les pays arabes, et que désormais la contestation sociale y est véhiculée par les " partis islamistes de masse " que sont par exemple le FIS (Front islamique du salut) en Algérie (en 1994, quand Harman écrit) et les Frères musulmans en Egypte. " Loin d'être les agents directs de l'impérialisme, ces mouvements ont repris à leur compte des slogans anti-impérialistes qui ont considérablement gêné de très importants intérêts capitalistes nationaux et internationaux ", explique-t-il.

Une théorie erronée

Cette thèse présente pourtant de graves travers, extrêmement dangereux pour les mouvements sociaux.

En premier lieu, l'idée que le mouvement ouvrier puisse rééditer à son avantage aujourd'hui, avec certains islamistes, les axes d'alliance des années 50-60 avec les cathos de gauche, est obsolète. À l'époque les idées socialistes étaient montantes, et le catholicisme une puissance sur le déclin ; aujourd'hui le mouvement ouvrier, avec la crise du projet anticapitaliste, n'est plus dans ce rapport de force avec le prosélytisme conquérant des islamistes.

En deuxième lieu, l'unité d'action que théorise le SWP ne se fait même pas prioritairement avec d'éventuelles versions musulmanes des " cathos de gauche ". Elle se fait avec des islamistes qui présentent un caractère anti-impérialiste radical, et cela même s'ils sont réactionnaires, sexistes et anti-ouvriers (" la lutte des classes n'existe pas en islam " déclarait en 1990 le Syndicat islamique du travail, un syndicat jaune créé par le FIS algérien et aujourd'hui dissous).

En troisième lieu, cette théorie est lourde de menaces contre le caractère laïc du mouvement social. Il est positif que des croyants participent à des luttes sociales, que des femmes voilées se syndiquent. Ils et elles agissent alors non pas en tant que croyant(e)s, mais en tant qu'exploité(e)s amené(e)s à en prendre conscience. C'est par ce biais que le mouvement ouvrier a toujours fait reculer l'influence des religions. Mais associer aux luttes sociales des organisations religieuses en tant que telles, c'est une dérive grave. C'est leur abdiquer la légitimité de représenter les gens non seulement en tant que croyants, mais y compris en tant qu'exploité(e)s.

Les conséquences pratiques

Non seulement cette théorie souffre de graves travers, mais l'expérience montre que le SWP n'arrive pas réellement à la mettre en œuvre, et qu'au bout du compte, il n'en reste que les aspects nuisibles.

Ainsi le SWP a-t-il, en vue des élections locales et européennes, formé en janvier une coalition électorale nommée Respect pour " Respect, égalité, socialisme, paix, environnement, communauté, trade-unions (syndicats) ", intégrant des syndicalistes, des écologistes, des travaillistes en rupture de ban et la Muslim Association of Britain (Mab, Association des musulmans de Grande-Bretagne), affiliée aux Frères musulmans.

Cette association islamiste, approchée via la coalition antiguerre Stop the War est censée " représenter la communauté musulmane immigrée ". En fait, la Mab est toute petite et essentiellement implantée dans l'immigration arabe, c'est-à-dire marginale dans une immigration dont l'énorme majorité, en Grande-Bretagne, est indo-pakistanaise.

On subodore qu'avec cette thèse, le SWP et certaines tendances de la LCR cherchent un biais pour s'adresser à l'immigration arabe et pakistanaise, qui forme une fraction importante du prolétariat, mais reste marginalisée dans le mouvement ouvrier. Une volonté qui serait louable si elle n'était entachée de l'imaginaire colonial qui assimile globalement musulmans, arabes et immigrés. Pour toucher les travailleur(se)s immigré(e)s, il faudrait donc militer davantage en direction des mosquées qu'en direction des entreprises ? Étrange politique.

En espérant que la LCR ne suive pas l'exemple des trotskystes de Grande-Bretagne du SWP

Voila la brochure du PCF sur la question de la laïcité
laicite_pcf.pdf laicite-pcf.pdf  (449.51 Ko)

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

i[Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile