Perspective Com
Le pétrolier ExxonMobil connaissait depuis les années 1970 les risques d'une crise climatique

Nicolas Maury

"Donc, ils savaient !" Le géant pétrolier étasunien ExxonMobil, hardent défenseur du lobby climato-sceptique, savait très bien en 1970 ce qu'il allait se passer en 2019. Les capitalistes démontrent qu'ils sont les plus grands assassins du monde - article et traduction Nico Maury



Les Démocrates de la Chambre des représentant.e.s ont prouvé mercredi que le géant pétrolier ExxonMobil connaissait depuis les années 1970 les risques d'une crise climatique et ont délibérément semé le doute.

Martin Hoffert, consultant scientifique chez Exxon Research and Engineering dans les années 1980, était l’un des témoins appelé devant la Chambre des représentant.e.s.

En réponse à Alexandria Ocasio-Cortez, Hoffert a témoigné qu'en 1982, les scientifiques d'ExxonMobil avaient prédit comment les niveaux de dioxyde de carbone augmenteraient et entraîneraient le réchaufferaient la planète dans un contexte de forte hausse des combustibles fossiles.

Voilà ce que l'on peut entendre dans la vidéo :

Alexandria Ocasio-Cortez : « Dr Hoffert, votre travail chez Exxon était focalisé sur le cycle du carbone et la modélisation du climat. Connaissez-vous ce graphique, établi en 1982 ? Pouvez-vous nous expliquer brièvement ce que cela montre ? »

Martin Hoffert : « Bien sûr. Cela montre une projection des niveaux futurs de dioxyde de carbone [CO2], et le changement de température associé à l’évolution de cette concentration, répond le géochimiste, cheveux gris et front plissé. Et c’est une représentation très précise de ce que le climat est effectivement devenu aujourd’hui. »

Alexandria Ocasio-Cortez : « Il s’agit donc de projections datant de 1982, prévoyant de manière étonnamment précise ce qui se passe aujourd’hui. Donc en 1982, Exxon – 1982, c’est sept ans avant même que je sois née ! – avait précisément prévu qu’en 2019 la Terre atteindrait une concentration atmosphérique de CO2 de 415 ppm (parties par million) et que la température moyenne aurait augmenté de 1°C. »

« Donc, ils savaient », conclut l’élue américaine.

Martin Hoffert : « Nous étions d’excellents scientifiques ».

Leader du lobby climato-sceptique

Exxon sera pendant de nombreuses années le grand argentier des think tanks climatosceptiques qui mèneront campagne pour alimenter le doute sur la réalité du changement climatique anthropique. « Un déni historique qui a grandement entravé le traitement de la question du réchauffement dans le monde », selon Martin Hoffert, qui n’a pas de mots assez durs pour son ancien employeur.


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :