Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Marxisme-Léninisme et idéologies politiques

La situation internationale et l'expérience des communistes 20 ans après la contre-révolution en URSS. Les tâches pour le développement de la lutte des classes dans les conditions de crise du capitaliste, les guerres impérialistes, les luttes et les soulèvements populaires actuels, pour la classe ouvrière, pour les droits du peuple, le renforcement de l'internationalisme prolétarien et le front anti-impérialiste, pour le renversement du capitalisme et la construction du socialisme - traduction Nico Maury


13ème rencontre internationale des Partis Communistes et Ouvriers : « Socialisme est l'avenir ! »
La réunion a rassemblé des représentants de 78 Partis issus de 59 pays. Un certain nombre de partis qui n'ont pas réussi à prendre part à la rencontre pour des raisons indépendantes de leur volonté et ont envoyé des messages écrits. Nous saluons depuis Athènes les luttes populaires de plus en plus énormes libérant le potentiel émancipateur contre l'impérialisme, contre l'exploitation capitaliste et l'oppression, pour les droits sociaux, le travail et la sécurité sociale des travailleurs partout dans le monde.

La réunion a eu lieu dans des conditions spécifiques dans lesquelles la crise profonde et prolongée du capitalisme continue de prévaloir dans la situation internationale, qui est celle de l'escalade de l'agressivité de l'impérialisme qui est exprimé dans les décisions du Sommet de Lisbonne pour la nouvelle stratégie de l'OTAN. Cette réalité confirme les analyses décrites dans les déclarations de la 10ème, 11ème, 12ème, rencontres internationales qui ont eu lieu au Brésil (Sao Paolo) en 2008, l'Inde (New Delhi) en 2009 et l'Afrique du Sud (Tshwane) en 2010.

Il devient plus évident pour des millions de personnes qui travaillent que la crise est une crise du système. Il ne s'agit pas d'une failles dans le système mais bien le système lui-même qui est défectueux, générant des crises régulières comme périodiques. Il en résulte l'aggravation de la contradiction principale du capitalisme entre le caractère social de la production et l'appropriation privée capitaliste et non pas de n'importe quelle version de la politique de gestion du système ou de toute aberration basée sur la cupidité de certains banquiers ou autres capitalistes ou à partir du manque de mécanismes efficaces de régulation. Il souligne les limites historiques du capitalisme et la nécessité de renforcer les luttes anti-monopole anti-capitaliste de ruptures pour le renversement révolutionnaire du capitalisme.

Aux États-Unis, au Japon, dans l'UE, et dans d'autres économies capitalistes les impasses des différentes versions de la gestion bourgeoise en sont la démonstration. D'une part la ligne politique restrictive conduit à une récession prolongée et profonde, de l'autre, la gestion politique expansionniste, avec de grands plans publics de renflouement des groupes monopolistes, du capital financier et des banques, fait grimper l'inflation et conduit à gonfler la dette publique. Le capitalisme transforme les faillites d'entreprises en cas d'insolvabilité souveraine. Le capitalisme n'a pas d'autre réponse à la crise que de la destruction massive des forces productives, des ressources, des licenciements massifs, des fermetures d'usine, et par l'attaque globale sur les travailleurs et les droits syndicaux, sur les salaires, les pensions, la sécurité sociale, la réduction du revenu des travailleurs, et par l'énorme augmentation du chômage et de pauvreté.

L'offensive contre le peuple est le renforcement de cette crise qui se manifeste avec une intensité particulière dans certaines régions. La concentration et la centralisation du capital monopoliste intensifie le caractère réactionnaire du pouvoir économique et politique. La restructuration capitaliste et les privatisations sont promues, visant la compétitivité et la maximisation du profit du capital, à assurer une main-d'œuvre moins coûteuse et la régression des droits sociaux et du travail de plusieurs décennies

L'intensité de la crise, sa synchronisation globale, la perspective de la lente et faible reprise intensifie les difficultés des forces bourgeoises dans la gestion de la crise, conduisant à l'aiguisement des contradictions inter-impérialistes et des rivalités tandis que le danger de guerres impérialistes est renforcée.

Les attaques contre les droits démocratiques et la souveraineté s'intensifie dans de nombreux pays. Les systèmes politiques deviennent plus réactionnaire. L'anti-communisme est renforcée. Il existe des mesures généralisées contre l'activité des partis communistes et ouvriers, contre le syndicat, les libertés politiques et démocratiques Les classes dirigeantes développent des tentatives multiples pour piéger le mécontentement du peuple par des changements dans les systèmes politiques, grâce a des changements internes au système politique, en utilisant une série d'ONG et autres organisations, par des tentatives de canaliser le mécontentement du peuple vers des mouvements soi-disant sans affiliation politique mais avec des caractéristiques réactionnaires.

Nous saluons le peuple, les luttes ouvrières et les soulèvements vaste, pour les droits démocratiques, sociaux et politiques contre les régimes anti-populaires au Moyen-Orient et Afrique du Nord, à savoir en Tunisie et en Egypte. Malgré les contradictions qui se manifestent, elles constituent une expérience significative que le mouvement communiste doit étudier et utiliser. Parallèlement, nous condamnons fermement la guerre impérialiste de l'OTAN et l'UE contre le peuple libyen et les menaces ainsi que l'ingérence dans les affaires intérieures de la Syrie et l'Iran, ainsi que de tout autre pays. Nous considérons que toute intervention étrangère contre l'Iran sous quelque prétexte que se soit est une attaques contre les intérêts des travailleurs iraniens et leurs luttes pour les libertés démocratiques de justice sociale et contre leurs droits sociaux.

Ces évolutions confirment la nécessité de renforcer les partis communistes et ouvriers afin de jouer leur rôle historique, de renforcer davantage les travailleurs et la lutte du peuple dans la défense de leurs droits et de leurs aspirations, à utiliser les contradictions du système et les contradictions inter-impérialistes afin de provoquer une rupture au niveau du pouvoir et de l'économie, qui aille dans le sens de la satisfaction des besoins populaires. Le premier rôle des partis communistes et ouvriers est d'être l'avant-garde de la classe ouvrière, les peuples seront vulnérables à la confusion, à l'assimilation et à la manipulation des forces politiques qui représentent les monopoles, le capital financier et l'impérialisme.

Des réalignements importants des forces internationales sont en cours. L'affaiblissement relatif de la position des Etats-Unis, la stagnation générale productive des économies capitalistes les plus avancés et l'émergence de nouvelles puissances économiques mondiales, notamment la Chine. La tendance est à l'augmentation des contradictions entre les centres impérialistes avec les économies dites émergentes.

L'agressivité impérialiste s'intensifie. Il y a déjà plusieurs points régionaux de tension et de guerres et ils se multiplient : en Asie et en Afrique, au Moyen-Orient avec l'agressivité croissante d'Israël en particulier contre le peuple palestinien. Dans le même temps on note la montée des forces néo-nazies et xénophobes en Europe, les interventions multiformes, les menaces et offensives contre les mouvements du peuple et contre les forces politiques progressistes en Amérique latine. La militarisation est actuellement renforcée. Le risque d'un embrasement est général au niveau régional et devient encore plus grand. En ce sens l'élargissement et le renforcement du front anti-impérialiste sociale et politique des luttes pour la paix et pour éradiquer les causes des guerres impérialistes sont fondamentales.

Il ya deux voies de développement:

- La voie capitaliste, le chemin de l'exploitation des peuples qui crée de grands dangers, des guerres impérialistes, pour les travailleurs, les droits démocratiques du peuple

- Et le chemin de la libération d'immenses possibilités pour la promotion des intérêts des travailleurs et des peuples, pour la réalisation de la justice sociale, la souveraineté du peuple, la paix et de progrès. Le chemin luttes populaires et ouvrières, la voie du socialisme et du communisme, qui est historiquement nécessaire.

Merci à la contribution décisive des communistes, du mouvement syndical et des luttes ouvrières en Europe et partout dans le monde, elles ont encore été renforcées. L'agressivité impérialiste continue à répondre résolument à la résistance populaire au Moyen-Orient, en Asie, en Afrique et en Amérique Latine. Ce fait, combiné à l'expérience accumulée jusqu'à présent surtout en Amérique Latine, les luttes et les processus qui ont lieu pour démontrer les possibilités de résistance, de lutte de classe, pour que les peuples de faire un pas en avant, infligeant des défaites à l'impérialisme comme objectif le renversement de la barbarie impérialiste.

Nous saluons les luttes ouvrières et populaires, nous notons la nécessité de les renforcer davantage. Les conditions de la demande de l'intensification de la lutte des classes, idéologique, politique, massive dans le but d'entraver les mesures anti-populaires et promouvoir les objectifs de lutte qui répondent aux besoins du peuple contemporain; la situation exige une contre-attaque organisée des travailleurs pour une rupture anti-monopoliste et anti-impérialiste, pour la rupture avec le capitalisme en mettant fin à l'exploitation de l'homme par l'homme.

Aujourd'hui les conditions sont mûres pour la construction de larges alliances sociales anti-monopole et anti-impérialiste, capable de vaincre l'offensive impérialiste et multiformes par la lutte pour le pouvoir et la promotion profonde, radicale, des changements révolutionnaires. Travailler l'unité de classe, l'organisation et l'orientation de classe du mouvement ouvrier sont des facteurs fondamentaux pour assurer la construction d'alliances sociales efficaces avec la paysannerie, la classe moyenne urbaine, le mouvement des femmes et du mouvement de la jeunesse.

Dans cette lutte le rôle de partis communistes et ouvriers, au niveau national, régional et international et le renforcement de leur coopération sont indispensables. L'activité conjointe et coordonnée des Partis communistes et ouvriers , des organisations de jeunesse communiste et les organisations anti-impérialistes dans laquelle les communistes ont une contribution importante constitue un des éléments les plus fiables pour l'expansion de la lutte anti-impérialiste et le renforcement du front anti-impérialiste.

La lutte idéologique du mouvement communiste est d'une importance vitale pour défendre et développer le socialisme scientifique, pour repousser l'anti-communisme actuel, pour affronter l'idéologie bourgeoise, anti-scientifique, les théories et les courants opportunistes qui rejettent la lutte des classes; lutter contre le rôle social des forces démocratiques qui défendent et mettent en œuvre des politiques impérialistes et anti-populaire en soutenant la stratégie du capital et l'impérialisme. La compréhension du caractère unique des fonctions de la lutte pour l'émancipation sociale, nationale des classes, pour la promotion distincte de l'alternative socialiste qui exige la contre-offensive idéologique du mouvement communiste.

Le renversement du capitalisme et la construction du socialisme constitue une nécessité impérieuse pour les peuples. Compte tenu de la crise capitaliste et ses conséquences les expériences internationales et la pratique de la construction socialiste prouver la supériorité du socialisme. Nous soulignons notre solidarité avec les peuples qui luttent pour le socialisme et sont impliqués dans la construction du socialisme.

Seul le socialisme peut créer les conditions pour l'éradication des guerres, du chômage, de la faim, de la misère, de l'analphabétisme, de l'incertitude de centaines de millions de personnes, de la destruction de l'environnement. Seul le socialisme crée les conditions d'un développement qui répond aux besoins contemporains des travailleurs.

Les travailleurs, les agriculteurs, les urbains et les ruraux, les femmes, les jeunes, nous vous appelons à lutter ensemble pour mettre un terme à cette barbarie capitaliste. Il y a de l'espoir, il y a une perspective. L'avenir appartient au socialisme.





Ont participé à la 13ème rencontre des Partis Communistes et Ouvriers :

Parti communiste d’Azerbaïdjan
Parti communiste d'Albanie
Parti Algérien pour la démocratie et le socialisme
Parti communiste d'Australie
Parti ouvrier du Bangladesh
Parti communiste du Bangladesh
Parti populaire progressiste de Guyane
Parti du travail de Belgique
Parti communiste du Brésil (PCdoB)
Parti communiste Brésilien ;
Parti communiste de Grande-Bretagne
Nouveau Parti communiste de Grande-Bretagne
Parti communiste de Bulgarie
Parti des communistes bulgares
Parti communiste du Canada
Parti socialiste ouvrier de Croatie
Parti communiste de Cuba
AKEL (Chypre)
Parti communiste de Bohême-Moravie (République tchèque)
Parti communiste au Danemark
Parti communiste du Danemark
Parti communiste d’Égypte
Parti communiste de Finlande
Parti communiste de Macédoine
Parti communiste français
Parti communiste allemand
Parti communiste unifié de Géorgie
Parti communiste de Grèce
Parti communiste ouvrier de Hongrie
Parti communiste d'Inde
Parti communiste d'Inde (Marxiste)
Parti Tudeh d'Iran
Parti communiste d'Irlande
Parti ouvrier d'Irlande
Parti des communistes italiens (PdCI)
Parti de la Refondation Communiste (Italie)
Parti communiste jordanien
Parti du travail de Corée
Parti révolutionnaire populaire du Laos
Parti socialiste de Lettonie
Parti communiste Libanais
Front populaire socialiste de Lituanie
Parti communiste du Luxembourg
Parti communiste de Malte
Parti communiste du Mexique
Union des Partis communistes - Parti Communiste d'Union soviétique (UPC-PCUS)
Nouveau parti communiste des Pays-Bas
Parti communiste de Norvège
Parti du peuple Palestinien
Parti communiste Palestinien
Parti communiste du Pakistan
Parti communiste paraguayen
Parti communiste péruvien
Parti communiste du Pérou (Patria Roja)
Parti communiste de Pologne
Parti communiste Portugais
Parti communiste Roumain
Parti communiste de la Fédération de Russie ;
Parti communiste ouvrier de Russie/Parti des communistes révolutionnaires
Parti communiste d'Union soviétique
Nouveau parti communiste de Yougoslavie
Parti des communistes de Serbie
Parti communiste du Sri Lanka
Parti communiste Soudanais
Parti communiste syrien
Parti communiste syrien (unifié)
Parti communiste Sud-africain
Parti communiste d'Espagne
Parti communiste des peuples d'Espagne
Parti des communistes de Catalogne
Parti communiste de Suède
Parti communiste de Turquie
Parti du travail (EMEP) de Turquie
Parti communiste des Etats-unis
Parti communiste d'Ukraine
Union des communistes d'Ukraine
Parti communiste du Vénézuela
Parti communiste du Vietnam

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

i[Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile