Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Histoire du mouvement social et communiste

Samedi 4 Août 2007

Dans la nuit du 4 août 1789, les députés de l'Assemblée nationale constituante, dans un bel élan d'unanimité, proclament l'abolition des droits féodaux. Ce mois de juillet 2007, les députés de droite parlementaire font l'inverse. Dans une France riche ou 7 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, ou le pouvoir d'achat s'effondre, et les droits individuels et collectifs sont niés... Ils ont rétabli les privilèges fiscaux pour les plus riches, rompu le pacte social.


La Noblesse (le patronat), le Clergé (l'UMP) et le Tiers Etat (Nous)
La Noblesse (le patronat), le Clergé (l'UMP) et le Tiers Etat (Nous)
La prise de la Bastille et la crainte d'une réaction nobiliaire ont provoqué dans les campagnes une Grande Peur. En de nombreux endroits, les paysans s'arment sur la foi de fausses rumeurs qui font état d'attaques de brigands ou de gens d'armes à la solde des «aristocrates». Le tocsin sonne aux églises des villages, propageant la panique.

Chauffés à blanc, les paysans en de nombreux endroits, en viennent à se jeter sur les châteaux des seigneurs honnis... tout en proclamant leur fidélité à la personne du roi.
Ils brûlent les archives, en particulier les «terriers» qui fixent les droits et les propriétés seigneuriales.

Ces soulèvements de paysans inquiètent les privilégiés, au premier rang desquels les députés qui siègent à Versailles. Contre les bourgeois qui en appellent à la répression, les nobles, plus au courant de la situation, préfèrent renoncer aux privilèges.

À la faveur de cette grande séance parlementaire, tous les citoyens deviennent égaux devant la loi. Les députés tireront les conséquences de leur vote en préparant une solennelle Déclaration des droits.

A posteriori, la nuit du 4 août n'apparaît pas seulement comme une splendide victoire de l'égalité. C'est aussi une nouvelle avancée du centralisme administratif sur les us et coutumes locaux : en-dehors de la norme reconnue à Paris, il n'y a plus de légitimité.

Mais en 2007, les descendants des aristocrates, la droite fait chemin inverse: elle rétablit les privilèges et crée une nouvelle noblesse.

- La restauration des privilèges pour les plus riches: Taille, Dîme et Gabelle pour la plèbe

Les promesses et réformes de Sarkozy sentent la naphtaline, la Monarchie de Juillet et l'idéologie de Louis Philippe (1830-1848), le paquet fiscal est une attaque contre la progressivité de l'impôt, qui faisait payer les plus riches en fonction des revenus, au nom de l'égalité devant l'impôt (cf la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen).
Le "bouclier fiscal" à 50% désintègre l'impôt sur la fortune (renforcé par des abattements sur les résidences, par la réduction des tranches d'impositions...). CSG et CRDS figurent dans le "bouclier fiscal", plus de nombreux cadeaux sur les transmissions de biens, dons en numéraire, exonérations en tout genre...

- Le retour des maîtres de forges: Germinal en vrai bientôt dans votre entreprise

Derrière le fameux "travaillez plus, pour gagner plus" se cache un appel a la surexploitation des salariés, en mettant un terme a la baisse du temps de travail et du financement de la protection sociale.
En effet l'amerloque du gouvernement Christine Lagarde (ministre de l'économie et des finances) propose pour rémunérer le "travail" de ne pas augmenter le SMIC, mais de défiscaliser les heures sup de toutes cotisations sociales allant à la sécurité sociale, et d'impôt sur le revenu. Pour le gouvernement le but est réellement celui de renforcer la domination du patronat sur les travailleurs.
Mais que constatons nous? 60% des français décrivent le travail comme du "stress", les suicides en entreprises explosent (expl de PSA) et il faudrait travailler plus? En tout cas travailler plus servira a payer la TVA -anti-sociale.

- La fin de l'Egalité à l'école: le retour à l'école du Moyen Âge

Loi pour faire exploser le système université français, mise à mort du caractère national et égalitaire de l'enseignement, mise en concurrence des universités, mise au ban des filières non rentables de la recherche universitaire au profit de filières adaptées aux "besoins du marché", suppression massive de postes dans l'éducation nationale (17.000 postes) dans le but de financer les cadeaux fiscaux accordés aux plus riches.

- La paix sociale passera par la répression et la prison: a quand le rétablissement des Sénéchaussée ?

Loi contre la récidive adopté le 26 juillet qui remet en cause les acquis de la Résistance, c'est un véritable bon en arrière sur la question du traitement de récidive. Mise en danger les droits des mineurs, pas réelle politique réinsertion. Même aux USA ils reviennent sur ces lois, et la France s'engouffre dans cet abîme inhumain et contre productif du tout répressif. Le virage sécuritaire provoquera davantage de violence.

- La casse du droit de grève pour briser toute idée de résistance: le retour des dragonnades

Le projet de loi sur le "service minimum" est fait contre le droit de grève, sous prétexte de services "aux usagers" il y a une remise en cause d'un droit fondamentale pour se défendre face aux appétits des actionnaires. La droite par cette casse du droit de grève prépare des casses sociales plus grandes et c'est pour cela qu'elle tente de museler la voix de la rue.

- Le pouvoir personnel contre la légitimité populaire: Rex Lex Lex Rex

Sarkozy applique une pédagogie de l'acceptation du pouvoir personnel, son ennemi: le régime parlementaire, responsable selon lui de toutes les défaillances (1914-1917) mais aussi la défaite de 1940 en oubliant que les antiparlementaires comme Pétain, Weygand, Darlan seront les premiers a collaborer .
Réécriture de l'histoire en faisant table rase de la révolution française et son héritage jacobin, pour ce faire Sarkozy veut se tailler une constitution sur mesure qui renforce le pouvoir personnel du président au dépend du parlement et des acquis sociaux inscrit sur la constitution de la V° République.
Ainsi comme Pétain et Napoléon III, le régime parlementaire est pour Sarkozy la cause de tous les maux.

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF). Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin.

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF). Ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin.

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile