Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



E.Macron : Le libéralisme et la finance toujours au pouvoir (2017-)

Selon les informations de France Inter, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a été mis au courant dès le 2 mai des images montrant Alexandre Benalla frappant un manifestant la veille


Affaire Benalla : le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, savait dès le lendemain des faits
Depuis mercredi 18 juillet, date des premières révélations sur l'affaire Benalla, l’Elysée connaît sa première vraie situation de crise, depuis le début du quinquennat. Mais depuis les faits montrant un chargé de mission de l'Elysée frappant un manifestant, le 1er mai dernier, une succession de ratés est mise au jour. L'histoire, retracée par France Inter montre que l'information est très vite remontée au ministère de l'Intérieur.

Les faits dont Alexandre Benalla est soupçonné datent du 1er mai, à Paris. Dès le 2 mai, place Beauvau, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb est mis au courant. Il ne connaît pas Alexandre Benalla, selon France Inter. Même pendant la campagne, cet historique de la "Macronie" a rarement eu affaire à lui. Les services du ministère font parvenir l’information sur le trottoir d’en face, au plus haut sommet de l'État, c'est-à-dire à l’Elysée. Des sanctions sont prises le 3 mai par le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron. Après, Gérard Collomb pense que tout est réglé. Il ne redécouvre l’affaire que mercredi dernier, avec les premières révélations du quotidien Le Monde.

L'espoir que l'affaire ne sorte pas

Début mai, dans les jours qui suivent, l’Elysée commence à s’inquiéter. En réunion de cabinet, le nom d'Alexandre Benalla est évoqué. Certains autour de la table considèrent que si dans les 15 jours qui viennent, l’affaire ne sort pas, elle ne sortira jamais. Pendant plusieurs semaines, les conseillers du président font le dos rond. Ils espèrent, sans trop y croire, que l’affaire tombera dans l’oubli. Quand certains sont interrogés sur Alexandre Benalla, ils ne parviennent pas à masquer leur effroi. La sortie de l'affaire par des journalistes a presque été vécue comme un soulagement. En pensant étouffer cette affaire, on connaissait les conséquences en cas de révélation, confie l’un d’eux. Il n’y a que des mauvaises solutions…

France Info

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

i[Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




Classement de sites - Inscrivez le vôtre!


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile