Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 


Espace post-soviétique (URSS)

Le Comité central du Komsomol de Russie a publié une note sur les manifestations massive du samedi 23 janvier, et qui font suite à l'arrestation de Navalny et de la vidéo révélant le "palais de Poutine".

Le Komsomol met dos à dos Navalny et Poutine, deux serviteurs de la bourgeoisie russe, qui utilisent la colère légitime du peuple pour maintenir un système économique, politique et social à bout.

Traduction Nico Maury


Analyse du Komsomol après les manifestations de samedi en Russie
Des manifestations non autorisées, qui ont eu lieu le samedi 23 janvier, étaient sans aucun doute les plus importantes depuis le début de la pandémie de Covid-19 et l'interdiction de facto de tous les événements de masse de l'opposition. Des manifestations ont eu lieu dans presque toutes les grandes villes de Russie, des dizaines de milliers de personnes y ont pris part. Les manifestant.e.s ont bloqué les rues, grimpé aux arbres et aux lampadaires, et sont même entrés dans une violente confrontation avec la police. Ce dernier n'est pas resté les bras croisés - environ sept mille manifestants ont été arrêtés et conduits dans les services territoriaux du ministère de l'Intérieur.

La raison officielle des manifestations vient de l'arrestation du blogueur Alexei Navalny, qui est rentré en Russie le 17 janvier 2021 après un traitement prolongé en Allemagne: des policiers ont arrêté Navalny au contrôle des passeports à l'aéroport. La sortie d'une vidéo, dans laquelle Navalny parle d'un palais dans le territoire de Krasnodar, prétendument détenu par le président russe Vladimir Poutine, a également contribué à la croissance des protestations. Cependant, même une analyse superficielle des manifestations du 23 janvier nous permet d'affirmer avec certitude que les partisans du bloggeur ont participé, mais aussi des milliers de citoyen.ne.s aux opinions complètement différentes.

Alors, qu'est-ce qui a amené les gens à descendre dans la rue et quelles conséquences pourrait avoir une nouvelle vague de protestations? Découvrons-le ensemble!

Il faut noter que, comme dans le cas des émeutes en Biélorussie, il n'y avait pas de coordinateur clair des actions de protestation du 23 janvier - les citoyen.ne.s ont échangé des informations via des messagers et ont eux-mêmes construit des actions futures. Il n'y avait aucune tribune, orateur, résolution, comme lors des manifestations classiques. Cependant, cela ne signifie pas du tout que les événements qui ont eu lieu n'étaient pas contrôlables.

Analyse du Komsomol après les manifestations de samedi en Russie
Laissant de côté les émotions et analysons en détail les événements de la semaine précédant les manifestations de masse. Nous pourrions avoir le sentiment de lire le scénario d'une campagne publicitaire bien pensée. Le retour de Navalny en Russie, marqué par son arrestation, a été la préparation idéale pour mobiliser le grand public pour la sortie de l'autre vidéo "révélatrice", qui, comme on pouvait s'y attendre, a été suivie d'un appel à manifester.

Le final de la production est évident - les citoyen.ne.s, en quête d'aspirations face aux restrictions, inondent les rues, où des coups de matraque et des arrestations les attendent. Le calcul des auteurs des manifestations de samedi était pleinement remplis.

Malgré les tentatives des médias nationaux et étrangers de présenter les événements comme un mouvement exclusivement des partisans de Navalny, la réalité s'avère beaucoup plus compliquée. Oui, les actions de Navalny et de ses assistants sont largement devenues un catalyseur de la contestation, mais ses véritables raisons sont de nature purement sociale. Vous pouvez le comprendre à partir des revendications des participants aux événements - les gens sont ouvertement scandalisés par la baisse du niveau de vie, la hausse des prix du logement et des services, des transports publics, la crise du système de santé et le manque de soutien approprié de l'État face à la pandémie. Au lieu d'un combat pour des «libertés» abstraites, la plupart des manifestants exigent des changements socio-économiques et politiques.

Néanmoins, Navalny lui-même ne formule pas de telles demandes. Dans ses discours et vidéos, vous ne trouverez pas un mot sur la nationalisation des moyens de production, la création d'un système de soins de santé et d'éducation gratuits. Il n'y a pas non plus d'analyse du capitalisme moderne - pour tous ces troubles qu'il ne blâme que Poutine et ses plus proches partisans, il dit qu'il suffit de changer la première personne dans l'État, et la vie se passera immédiatement sans heurts.

Cependant, cette position ne l'empêche pas de récolter les fruits du mécontentement social. Spéculant sur le thème de la corruption et proposant un changement dans l'élite dirigeante comme la solution à tous les troubles, Navalny et ses proches, non sans succès, tentent de «surfer» sur la vague de protestation et de la diriger dans la bonne direction. Le moment est presque idéal - la crise économique de 2020, combinée à la pandémie de coronavirus, a exacerbé au maximum les contradictions sociales dans la société russe.

Alors, qui est derrière les manifestations du samedi et qui en seront les principaux bénéficiaires?

Paradoxalement, le rôle de directeur de Navalny n'a pas plus joué que ça, ni même celui des «agents d'influence étrangère», mais par l'État bourgeois russe. La détention et le procès prévisibles dans le département de police sous le portrait de Guenrikh Iagoda semblaient si délibérément ridicules, comme s'il s'agissait des actions du principal méchant dans une production théâtrale désagréable. Un intérêt supplémentaire pour le sujet a été alimenté par les déclarations de responsables en relation avec la publication de la vidéo sur le "Palais de Poutine". Leurs tentatives peu convaincantes pour se justifier et d'accuser les services spéciaux occidentaux les ont largement assuré d'être bien noté pour la prochaine «enquête». Après cela, la manifestation de rue n'est plus qu'une question de temps - surtout après de nombreuses menaces des autorités et des administrations des établissements d'enseignement contre des participant.e.s potentiels à des actions et après le blocage des réseaux sociaux. En un mot, l'État a fait littéralement tout pour assurer une participation maximale aux événements du samedi.

Pourquoi est-ce fait? Pour le régime bourgeois, Navalny est un outil idéal pour «se défouler». Malgré la rhétorique radicale, Alexei Navalny est absolument sans danger pour le système capitaliste: toute la protestation sera exclusivement personnifiée, et ne portera pas de propositions spécifiques pour «la belle Russie du futur». Navalny n'empiète pas sur le marché libre ou la propriété privée, il ne les menace ni de nationalisation, ni de contrôle populaire sur les principaux instruments financiers de l'État. Par conséquent, les autorités n'ont pas peur de flirter avec lui: dans le pire des cas, son succès ne fera qu'entraîner une nouvelle redistribution des biens et le remplacement de plusieurs personnes dans l'élite dirigeante.

Un autre rôle pour Navalny est d'être un épouvantail constant pour les cercles conservateurs de la population et de les consolider autour du gouvernement actuel. Se cachant derrière la nécessité de se protéger de ses partisans à travers le slogan «voulez-vous que ça se passe comme en Ukraine / Biélorussie!?», les propagandistes officiels justifient aisément les répressions contre les vrais opposants et l'adoption de projets de loi réactionnaires. Dans le même temps, Navalny lui-même évite de graves persécutions politiques - contrairement à Vladimir Bessonov, Pavel Grudinin, Andrey Levchenko, Sergei Udaltsov et de nombreux autres militants qui ont souffert pour leurs activités politiques.

Quel que soit l'objectif fixé par les organisateurs des manifestations du 23 janvier, une chose est claire: il est très loin des besoins réels des citoyen.ne.s russes. Une tentative artificielle de personnifier le mécontentement et d'imposer le modèle «Poutine contre Navalny» indique que le résultat final de la protestation n'est pas des changements positifs, mais la réception de dividendes par des politicien.ne.s. C'est pour cette raison que les citoyen.ne.s sont emmenés dans la rue et embarqués sous les coups de matraque, leur sort n'a pas d'importance, mais c'est une belle image.

Une personne honnête, vraiment inquiète du sort du pays, ne peut pas supporter Navalny - sinon son sort sera d'être réduit à un consommable dans la lutte des élites bourgeoises. La vidéo du "Palais de Poutine" n'est pas basée sur le désir de justice sociale, mais sur une envie banale. Vaut-il la peine de passer sa vie à faire de ce palais le "Palais de Navalny"? La réponse est évidente.

Ni la démission de Poutine ni le remplacement de certains ministres capitalistes par d'autres ne sont capables de résoudre les problèmes auxquels la Russie moderne est confrontée ou d'améliorer de manière significative la situation de la population. La seule recette qui fonctionne est le démantèlement complet du système capitaliste et la transition vers un développement socialiste.

Comité central du Komsomol de Russie

Perspective communiste
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Perspective communiste
Nicolas Maury
[Fr] Perspective communiste, blog francophone ayant pour vocation le partage d’informations nationales et internationales. De proposer des analyses marxistes de l’actualité et du débat d’idée. Ainsi que de parler de l’actualité du Parti Communiste Français et du Mouvement des Jeunes Communistes de France.

[Cat] Perspectiva comunista, bloc francòfon dedicat a compartir informació nacional i internacional. Oferir anàlisis marxistes d’actualitat i debat d’idees. A més de parlar de les notícies del Partit Comunista Francès i del Moviment de Joves Comunistes de França.

[Esp] Perspectiva comunista, blog francófono dedicado a compartir información nacional e internacional. Ofrecer análisis marxistas de los asuntos actuales y el debate de ideas. Además de hablar sobre las noticias del Partido Comunista Francés y el Movimiento de Jóvenes Comunistas de Francia.

[Eng] Communist perspective, French-speaking blog dedicated to sharing national and international informations. To offer Marxist analyzes of current affairs and the debate of ideas. As well as talking about the news of the French Communist Party and the Movement of Young Communists of France.

[All] Kommunistische Perspektive, französischsprachiger Blog zum Austausch nationaler und internationaler Informationen. Marxistische Analysen der aktuellen Angelegenheiten und der Debatte über Ideen anbieten. Sowie über die Nachrichten der Kommunistischen Partei Frankreichs und die Bewegung der jungen Kommunisten Frankreichs.

[RUS] Коммунистическая перспектива, франкоязычный блог, посвященный обмену национальной и международной информацией. Предложить марксистские анализы текущих дел и дебаты идей. А также говорить о новостях французской коммунистической партии и движения молодых коммунистов Франции.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile