Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Présidentielles 2012 : Jean Luc Mélenchon Front de Gauche

En cinq ans, la France compte un million de chômeurs de plus. Le président-candidat minimise la poursuite de la hausse de demandeurs d’emploi en février


Dès hier matin, plusieurs heures avant leur publication, le candidat président Nicolas Sarkozy se livrait à une utilisation des statistiques de février sur le chômage, les dernières avant le premier tour de la présidentielle. « Les chiffres de ce soir manifesteront une amélioration de la situation avec une baisse tendancielle de l’augmentation du nombre de chômeurs. Cette augmentation sera assez modérée », affirmait-il sur France Info. Qu’en est-il ? En février, selon Pôle emploi, le nombre de demandeurs d’emploi (catégorie A) a augmenté de 6 200, soit 0,2 %, pour atteindre le total de 2 867 900. En incluant les chômeurs ayant exercé une activité réduire (catégories B et C), Pôle emploi recense un total de 4 278 600 inscrits, en hausse de 0,5 % (+ 20 400) en février, et de 5,8 % sur un an.

Sarkozy est le seul à percevoir une reprise

À en croire Nicolas Sarkozy, le léger ralentissement de la hausse du chômage le mois dernier serait la traduction «d’une reprise économique sensible». Reprise qu’il est, au demeurant, à peu près le seul à percevoir : l’Insee prévoit toujours une stabilité de la production au premier trimestre, et un très timide redémarrage (+ 0,2 %), au deuxième… Du coup, dans sa dernière note de conjoncture, l’Institut de la statistique annonce, pour 2012, une poursuite de la dégradation de la situation du marché du travail, avec un taux de chômage qui s’établirait à 9,7% en France métropolitaine à la mi-2012 (10,1%, y compris les DOM).

En réalité, nombre d’économistes attribuent plutôt la décélération du fléau du chômage en février à une montée en charge des emplois aidés, ces emplois subventionnés par l’État pour faciliter l’insertion de certains chômeurs. Xavier Timbeau, de l’Observatoire français des conjonctures économiques, pointe ainsi « un gros effort de réentrées dans le dispositif des emplois aidés début 2012 », et observe qu’il s’agit là d’une «utilisation extrêmement conjoncturelle et classique des politiques de l’emploi». Le ministre du Travail a fixé à ses services l’objectif de réaliser sur la première moitié de 2012 les deux tiers des 340 000 contrats budgétés pour l’année.

Pour le moins abusif, et provoquant envers les demandeurs d’emploi, le discours d’autosatisfaction du candidat président vise à dissimuler son bilan accablant en matière d’emploi. Fin janvier, le chômage avait atteint un niveau inégalé depuis douze ans. Sur la durée du quinquennat, la hausse était de 35%, avec 724 000 demandeurs supplémentaires. Si l’on prend en compte les inscrits à Pôle emploi exerçant une activité réduite (catégories A + B et C), le chômage frappe, en mars 2012, un million de personnes de plus qu’en mai 2007. «C’est le naufrage de ce quinquennat», relève Benoît Hamon, pour le PS, ironisant sur «une baisse tendancielle de la crédibilité de Nicolas Sarkozy depuis 2007» sur ce sujet.

Flagrant délit d’abus de pouvoir

« Une fois de plus, Nicolas Sarkozy prend des libertés avec les principes de notre République et utilise sa position de président 
de la République à des fins électorales », constate Alain Vidalies, 
de l’équipe de campagne de François Hollande. « L’égalité d’accès de tous les citoyens à l’information veut que le pouvoir ne diffuse pas les chiffres officiels, tels que le nombre de demandeurs d’emploi, avant leur sortie officielle », rappelle-t-il. De son côté, Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF et codirecteur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, dénonce « un sommet de langue de bois présidentielle : une baisse tendancielle de l’augmentation du nombre de chômeurs, ça fait toujours au final plus de chômeurs ».

Yves Housson
http://www.humanite.fr/social-eco/chomage-langue-de-bois-et-vrai-bilan-493260

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération des Bouches Rhône (13) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Boques del Roine (13) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile