Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



La France n'est pas aux travailleurs, elle est à 500 familles qui la pillent

La hausse moyenne de 3 % de l'électricité souhaitée par le gouvernement cacherait de grosses disparités dont une hausse de 9 % pour 500 000 clients.


EDF : 9 % de hausse pour 500 000 clients
Les hausses de tarifs d'électricité annoncées par le gouvernement jeudi dernier ne seront pas les mêmes pour tout le monde le 15 août. En effet, d'après un document provenant du ministère du Développement durable, le site internet du quotidien économique La Tribune, a révélé hier que si la hausse moyenne sera bien de 3 %, elle atteindrait 9 % pour 500 000 clients d'EDF.

Une information démentie par le gouvernement qui parle d'une hausse « inférieure à 3 % » et d'« écarts assez limités par rapport à l'augmentation moyenne de 3 % annoncée la semaine dernière. » Prochaine étape demain mercredi, date à laquelle la Commission de régulation de l'énergie (CRE) doit donner son avis - purement consultatif - sur ce projet de hausses des tarifs de l'électricité : +3 % pour les particuliers en moyenne ; +4 % pour les artisans et les professions libérales ; +4,5 % pour les PME-PMI et +5 % pour les grandes entreprises.

La hausse de très exactement 9,2 % de l'abonnement et du kilowatt-heure dévoilée hier s'expliquerait par l'existence de différents types de tarifs proposés par EDF. Les tarifs « bleus » comprennent, en effet, plusieurs options : base, heures pleines et heures creuses, Tempo et Effacement jours de pointe (EJP). C'est cette dernière option, souscrite par quelque 500 000 clients, qui devrait subir la plus forte hausse. Paradoxalement, cette option ainsi pénalisée est celle qui incite à une gestion de la consommation plus respectueuse de l'environnement. « Cette formule est plus écologique puisqu'elle incite à consommer moins en heure de pointe. En hiver par exemple, cela permet, lors des pics de consommation, de limiter le recours à des centrales thermiques ou gazières, plus polluantes », observe une association de consommateurs citée par La Tribune.

Concernant les autres tarifs d'EDF, des disparités existent là aussi par rapport aux 3 % de hausse annoncés. Ainsi le prix de l'abonnement Heures creuses/heures pleines baissera de 25 % à 90,96 € pour une puissance inférieure à 9 kVA, tandis que le prix du kilowatt-heure augmentera de 7,3 %. Pour l'option « Tempo », le coût de l'abonnement et du kWh augmenteront de 3 %. Enfin pour l'option « Base », le prix de l'abonnement augmentera de 4,4 % à 8,4 % et celui de l'énergie de 1,5 % à 1,8 % pour les installations inférieures à 6 kVA.

L'an dernier, de fortes disparités avaient aussi vu le jour. 1,5 million de clients avaient vu leur facture augmenter de 15 % alors que la hausse moyenne était de 1,9 %

Si la hausse annoncée des tarifs de l'électricité a fait le bonheur d'EDF dont l'action a grimpé de 5,48 % à 35,13 € à la Bourse de Paris mercredi dernier, elle désole les associations de consommateurs et l'opposition de gauche qui ont par ailleurs dans le collimateur la future loi NOME (Nouvelle organisation du marché de l'électricité). Ce projet de loi, qui sera examiné en seconde lecture à l'Assemblée nationale à la rentrée, prévoit entre autres que le prix de l'électricité doit couvrir « les coûts complets de production du parc électronucléaire » et souhaite imposer à EDF de vendre 25 % de son électricité nucléaire jusqu'en 2025 à ses concurrents (GDF Suez, Poweo, Direct Énergie, etc.) « La loi NOME, en l'état actuel du texte, va faire flamber le niveau des tarifs réglementés d'ici 2015. Elle va bénéficier aux fournisseurs d'énergie au détriment des consommateurs », prévient l'association de consommateurs UFC-Que Choisir. La hausse qui va intervenir ce 15 août est « destinée à anticiper les effets » de la loi NOME, prévient de son côté le député PS François Brottes, qui estime que cette augmentation « aggravera la précarité énergétique qui touche un nombre croissant de ménages. » « Rien ne justifie une telle hausse », analyse le PCF tandis que la CGT a dénoncé « une nouvelle ponction sur le pouvoir d'achat des Français. Les Verts fustigent la hausse mais aussi la stratégie d'acquisitions à l'étranger d'EDF.

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération des Bouches Rhône (13) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Boques del Roine (13) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile