Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Communisme en Europe centrale et orientale (anciennes Républiques socialistes)

Viktor Orbán fait face à une importante mobilisation sociale contre sa loi sur la justice et le travail. Les manifestant.e.s et l'opposition accuse le Président et sa majorité de créer un "droit à l'esclavage". Le verni du modèle nationaliste hongrois de Viktor Orbán craque sous les coups portés aux travailleuses et aux travailleurs




Budapest était en ébullition le mercredi 12 décembre au soir jusque dans la nuit. Plus milliers de manifestant.e.s ont occupé le devant du parlement hongrois à la suite de l'adoption de lois controversées sur la justice et le travail.

La nouvelle loi sur le travail a particulièrement mobilisé les manifestant.e.s puisqu'elle double pratiquement le temps de travail autorisé sur un an, allongeant aussi à trois ans le délai de paiement de ces heures, contre un an maximum actuellement. La modification du temps de travail fait passer de 250 à 400 heures le volume d'heures supplémentaires auxquelles peuvent recourir les employeurs chaque année.

Les capitalistes allemands réclament plus de flexibilité

Les opposant.e.s à la loi ont dénoncé la pression des géants allemands de l'automobile, piliers de l'économie hongroise, pour flexibiliser le temps de travail dans un contexte de pénurie criante de main-d'oeuvre dans un contexte de bas salaires. Pour continuer à bénéficier d'une main d'oeuvre bon marché, les capitalistes allemands ont obtenu du gouvernement nationaliste une réforme du temps de travail qui leur permettra de faire plus de bénéfice à moindre coût.

Le projet suscite depuis plusieurs semaines une vive contestation sociale.

Manifestant.e.s et opposition dénoncent la création du "droit à l'esclavage." L'hémicycle du parlement hongrois a entendu résonner cris, sifflets et sons de sirènes pendant plusieurs heures.
En Hongrie, des milliers de manifestants paralysent le parlement contre le "droit à l'esclavage"

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

i[Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile