Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



La tête de liste du Parti communiste aux européennes, Ian Brossat, répond à l'Insoumis en chef, Jean-Luc Mélenchon, qui veut une "fédération populiste" après le scrutin du 26 mai : "Pas sur la base d'une hégémonie."


Ian Brossat répond à Jean-Luc Mélenchon : "Personne ne peut jouer les gros bras à gauche"
Le frémissement sondagier, autour de 2,5-3%, que connaît la liste communiste aux européennes donne de l'espoir à leur tête de liste, Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris. Lequel rêve d'atteindre les 5%, seuil nécessaire pour envoyer des eurodéputés à Strasbourg, de reconstruire son parti et même de rassembler la gauche, après le scrutin du 26 mai. Vaste programme. L'ancien professeur de 39 ans répond au passage à l'Insoumis en chef, Jean-Luc Mélenchon, qui veut une "fédération populiste" : "Pas sur la base d'une hégémonie." "Le chemin du dialogue et du rassemblement"… Mais à ses conditions.

On observe un frémissement dans les sondages : comment l'expliquez-vous?

Il y a clairement un avant et un après débat [entre les têtes de liste, le 4 avril]. Il m'a permis d'avancer des propositions, que je portais depuis longtemps mais qui étaient peu connues.

Est-ce que votre stratégie de campagne évolue?

On va multiplier les réunions publiques dans le grandes métropoles et dans les territoires populaires, comme au Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis. Et nous avons d'autres atouts dans notre manche encore trop peu connus, comme la composition de notre liste, que nous avons voulue à l'image de la société française : Marie-Hélène Bourlard, la numéro 2, est une ouvrière retraitée. Dans une période où les Français ne se reconnaissent plus dans les institutions politiques parce qu'elles ne les représentent plus, cette liste arrive à point nommé.

A quoi ça sert de voter pour une liste créditée de 3% au maximum d'intentions de vote, alors que les nationalistes gagnent du terrain en Europe?

Je refuse l'idée selon laquelle le débat politique se limiterait à un affrontement entre l'extrême-droite et les libéraux. Plus les jours passent, plus on s'aperçoit que le rempart que constituerait En marche est en carton pâte. Ce serait quand même absurde de voter pour une ancienne militante d'extrême-droite comme Nathalie Loiseau! [Mediapart a révélé cette semaine que la tête de liste En marche apparaissait en 1984 sur une liste d'extrême-droite étudiante, NDLR] L'élection européenne est le dernier scrutin national proportionnel : profitez-en pour voter pour vos convictions! Le bulletin de vote rouge donne aux électeurs la possibilité d'envoyer au Parlement européen la première femme ouvrière depuis 30 ans. Quand on sait à quel point cette institution est un repaire de lobbyistes et de financiers, je me dis que ça ferait du bien.

Quel électorat pouvez-vous encore mobiliser pour atteindre ces 5%?

Le principal ennemi, c'est l'abstention. Cela suppose de convaincre qu'il y a un lien entre les politiques menées en France et l'échelle européenne. En juillet, la Commission européenne recommandait de mener une réforme des retraites : ce qui se dit à Bruxelles, c'est ce que fait le gouvernement. Et les eurodéputés prennent des décisions qui ont un impact sur votre vie quotidienne. Le vote au Parlement européen qui a conduit à la réforme de la SNCF en France a été adopté à 24 voix près. Si le rapport de force nous avait été plus favorable…

Vous appelez à un pacte de non-agression au sein de cette famille politique. N'est-ce pas risquer de laisser filer des voix potentielles vers Génération.s ou La France insoumise?

La gauche aujourd'hui est trop divisée, trop dispersée, je le regrette. Nous ne sommes pas parvenus à travailler ensemble. Mais une fois les européennes passées, il va falloir que la gauche retrouve le chemin du dialogue et du rassemblement. Donc évitons d'insulter l'avenir. Je n'aurai pas un mot de travers, et si j'ai eu des mots blessants, je le regrette. On peut avoir des débats, mais ça ne veut pas dire qu'on doit s'insulter. Quand Raphaël Glucksmann [tête de liste PS-Place publique] traite Jean-Luc Mélenchon de "Tchatcher de gauche", je ne pense pas nous en sortions grandis.

Pourquoi avoir refusé la main tendue de Glucksmann qui prônait le rassemblement?

Parce que le sujet, c'est l'Europe : on ne peut pas avoir sur une même liste des gens pour les traités européens ou pour les politiques d'austérité, et des gens contre. Il y a un impératif de clarté.

Mélenchon appelle à une "fédération populaire". Ça vous convainc?

L'unité est possible. J'y mets deux conditions : la rupture avec le libéralisme, je m'adresse là surtout au PS. On ne pourra pas se rassembler sur une politique semblable à celle du quinquennat de François Hollande, vécu à raison comme une trahison. L'union ne pourra pas non plus se faire sur la base d'une hégémonie d'une force, ça n'a pas marché et ça ne marchera pas. Je m'adresse là plutôt à Mélenchon : nul ne doit imposer ses vues aux autres. Personne ne peut jouer les gros bras à gauche, la situation doit nous pousser à l'humilité.

Le Journal du Dimanche

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

i[Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile