Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Histoire du mouvement social et communiste

Mardi 15 Août 2006

Les Jeux Olympiques de Berlin, opération de prestige au service des nazis


JO Août 1936
Les onzièmes Jeux Olympiques marquèrent l’histoire. Pas simplement celle du sport. Car ils se tinrent à Berlin, début août 1936, trois ans après l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Les moyens mis en œuvre par les nazis pour leur réussite furent sans commune mesure avec ceux utilisés précédemment. Pour Hitler, il s’agissait de réussir une opération de prestige, de promotion et de banalisation du régime. Il y réussit avec la complaisance du mouvement olympique, de Pierre de Coubertin et des dirigeants des États dits démocratiques.

L’attribution des Jeux à la ville de Berlin en 1931 avait pour but, expliquaient les officiels des grandes nations, de signifier le retour de l’Allemagne de la république de Weimar (c’est ainsi que l’on désignait le régime mis en place en 1919) dans le cercle des États démocratiques. Mais l’arrivée d`Hitler au pouvoir en janvier 1933 ne remit nullement en cause ce choix. Les dirigeants olympiques acceptèrent pour argent comptant les déclarations d’Hitler sur l’égalité présidant aux sélections des athlètes, quelles que soient leurs origines ou confessions religieuses, et oublièrent que, pour Hitler, «le sport allemand est fait pour les Aryens». La politique ouvertement antisémite menée par les nazis dès leur arrivée au pouvoir et amplifiée à travers les lois racistes dites de Nuremberg de septembre 1935 - moins d’un an avant les Jeux - ne les gêna pas davantage.

Les dirigeants du mouvement olympique d’alors étaient à l’image de toutes ces élites des puissances dites démocratiques, qui regardaient alors avec une certaine sympathie Hitler, qui avait détruit le puissant mouvement ouvrier allemand.

À l’issue des Jeux, Pierre de Coubertin allait féliciter personnellement Hitler de la réussite exemplaire de cette manifestation. Il est vrai que les théories élitistes du baron puisaient finalement au même tonneau que les discours nationalistes et racistes du dictateur. Dans l’olympisme, de Coubertin prônait la vertu de l’honneur du «drapeau et de la race». Des formules illustrent sa pensée, telles que: «À la race blanche d’essence supérieure, toutes les autres doivent faire allégeance» ou: «Le drapeau national, symbole du moderne patriotisme montant au mât de la victoire.. voilà ce qui continuerait le culte près du foyer rallumé.»

Malgré tout, un vaste mouvement d’appel au boycott se développa contre le maintien de l’attribution à la capitale nazie des Jeux de 1936, en particulier aux États-Unis.

La contestation des Jeux de Berlin vint essentiellement du mouvement ouvrier et communiste, qui militait à l’époque pour une organisation sportive liée au monde ouvrier, face à l’élitisme prôné par les dirigeants des fédérations sportives. Aux Jeux des nazis à Berlin, il opposa le projet d’Olympiades populaires qui devaient se tenir à Barcelone du 22 au 26juillet 1936. Mais le 18juillet, la veille du jour prévu pour la cérémonie inaugurale de ces Olympiades, le soulèvement militaire franquiste se déclenchait. Ces Jeux parallèles allaient en conséquence être annulés. Certains sportifs venus concourir à Barcelone restèrent en Espagne pour d’autres combats.

En France, la question du soutien ou pas aux Jeux de Berlin fut posée de manière indirecte aux dirigeants du gouvernement de Front Populaire. Si officiellement ils n’avaient pas à se prononcer sur la participation du pays, puisque cette décision relevait du Comité Olympique français, ils pouvaient au moins prendre position à l’occasion du vote des crédits pour les délégations, qui eut lieu pour les députés le 9juillet 1936. Si une subvention fut accordée pour les Olympiades de Barcelone, une autre, plus importante, fut votée pour les Jeux de Berlin. Les députés de Front Populaire n’eurent pas le courage, sauf un, le jeune député radical Pierre Mendès-France, de refuser ces crédits et de dire non, ne serait-ce que d’une façon symbolique, à la mise en scène nazie. Ils s’abstinrent, laissant la droite voter la subvention. Pour illustrer également la participation française à ces Jeux, il faut ajouter la façon dont la délégation française défila en faisant un «salut olympique», qui ressemblait fort au salut nazi, en défilant devant Hitler lors de la cérémonie inaugurale, ce qui lui valut une ovation de la part des nazis présents.

Il y eut bien quelques imprévus, comme la victoire sans précédent du Noir Jesse Owens dans quatre épreuves d’athlétisme, qui rafla donc quatre médailles d’or, pour la plus grande rage d’Hitler qui préféra quitter le stade plutôt que d’assister à la remise des médailles.

Mais, pour les dirigeants nazis, ces Jeux de Berlin furent néanmoins une réussite en tant qu’opération de «relations publiques».

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

i[Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile