Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Luttes et communisme en Scandinavie (Islande, Danemark, Norvège, Suède et Finlande)

L'Islande a annoncé, jeudi 12 mars, avoir retiré sa candidature à l'Union européenne (UE), deux ans après l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement eurosceptique de centre droit, qui promettait de mettre un terme au processus lancé en 2009


L'Islande annonce le retrait de sa candidature à l'Union européenne
Le ministre des affaires étrangères, Gunnar Bragi Sveinsson, a déclaré dans un communiqué avoir fait part de cette décision à la Lettonie, qui préside l'UE et qui en a informé la Commission européenne. « Les intérêts de l'Islande sont mieux servis en dehors de l'Union européenne », a écrit le ministère sur son site internet.

La question des quotas de pêche en suspend

Un gouvernement de gauche avait déposé sa candidature à une époque où une grave crise financière avait ébranlé la confiance des citoyens dans leurs institutions, et suscité l'envie de rejoindre la zone euro au vu de la chute de la valeur de la couronne.

Mais une question reste en suspens : comment combler le fossé entre Bruxelles et Reykjavik sur les quotas de pêche, pilier de l'économie islandaise. Ce sujet épineux n'a jamais été abordé lors des négociations entre juin 2011 et janvier 2013. Dès son accession au pouvoir en avril 2013, le parti de centre droit avait mis un terme aux discussions.

Maintenir une coopération étroite

Le Parti du progrès (centriste) du premier ministre, Sigmundur David Gunnlaugsson, est farouchement opposé à l'Union européenne, tandis que le Parti de l'indépendance (conservateur), plus divisé, a tenté d'imposer l'idée d'un référendum qui n'aura pas lieu.

Lire l'entretien avec le premier ministre islandais : « Intégrer l'UE serait incompatible avec certains intérêts de l'Islande »

L'Islande a dit vouloir maintenir « des relations et une coopération étroites » avec l'UE, avec laquelle le pays est lié via l'Association européenne de libre-échange (AELE) et la convention de Schengen qui permet la libre-circulation des personnes.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/03/12/l-islande-annonce-le-retrait-de-sa-candidature-a-l-union-europeenne_4592749_3214.html?xtref=http%3A%2F%2Ft.co%2FyQ6brWEdHD&utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Les publications sur ce blog n'engagent pas la responsabilité de la section de Vaulx-en-Velin du PCF, mais uniquement de son auteur.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Les publicacions en aquest bloc no comprometen la responsabilitat de la secció de Vaulx-en-Velin, però només el seu autor.

Rubriques

Recherche




Classement de sites - Inscrivez le vôtre!


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile