Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 


Actualités et informations

Mercredi 21 Juillet 2021

Reportage de Marcel Cartier, artiste hip-hop, journaliste et auteur de deux livres sur le mouvement de libération kurde, sur le Parti communiste du Kurdistan irakien.

Traduction Nico Maury


L'étoile rouge sur le Kurdistan irakien
Pour ceux qui ont suivi le développement du gouvernement régional du Kurdistan (GRK) dans le nord de l'Irak depuis sa formation après la rébellion kurde de 1991, les noms Jalal Talabani et Massoud Barzani sont inextricablement liés à la politique de la région.

Leurs partis respectifs, l'Union patriotique du Kurdistan (UPK) et le Parti démocratique du Kurdistan (PDK), ont longtemps dominé le paysage politique, se partageant le territoire de la région autonome après une période de guerre interne kurde intense dans les années 1990. Aujourd'hui, ils maintiennent chacun leurs propres formations militaires peshmergas , et le GRK semble souvent fonctionner comme un État à parti unique, bien que paradoxalement, il y en ait deux.

Compte tenu de la toute-puissance des familles Talabani et Barzani au Kurdistan irakien aujourd'hui, quelle est alors la signification des autres formations politiques ? L'ampleur de la corruption et du népotisme des deux grands partis, ainsi que leur monopole du pouvoir, ont conduit à l'émergence du Mouvement Gorran en 2009. Bien qu'ils aient réussi à obtenir un certain succès électoral, la perception publique faisant d'eux un véritable parti d'opposition qui peut s'attaquer à la mauvaise gestion de la région semble s'être émoussée. Certains partis islamistes mineurs ont des sièges au parlement, ainsi que le Mouvement de la nouvelle génération qui a remporté huit sièges aux élections de 2018.

Ensuite, il y a le plus ancien parti de la région du Kurdistan, le Parti communiste du Kurdistan. Avec un seul député seul, on pourrait avoir l'impression que les communistes sont une force marginale. Cependant, l'influence et l'importance du parti dans la région dépassent de loin ses performances électorales.

La riche histoire du Parti Communiste Irakien/Kurdistan

Le Parti communiste du Kurdistan a été techniquement fondé en 1993, bien qu'en réalité il est simplement que la branche du Parti communiste irakien (PCI) dans ce qui était devenu la région du Kurdistan désormais seule responsable de ses propres affaires dans une nouvelle zone indépendante de facto .

Le parti irakien remonte à 1934. Il a joué un rôle vital dans la formation des organisations ouvrières du pays, y compris la création de syndicats. Le parti a connu des périodes de légalité et d'illégalité tout au long de son existence et a eu des relations conflictuelle avec le parti Baas qui a gouverné le pays pendant près de quatre décennies.

En 1963, le coup d'État baasiste, soutenu par les États-Unis, a renversé Abd al-Karim Qasim, entraînant le massacre de milliers de membres du Parti communiste dans les jours suivants, le chef du parti Salam Adil faisait parti des personnes exécutées. Cependant, au milieu des années 1970, les relations entre le Parti communiste et les baasistes se sont quelque peu réchauffées, les communistes considérant initialement Saddam Hussein de manière positive lorsqu'il est arrivé au pouvoir, le qualifiant même en termes élogieux, une propre variante irakienne de Fidel Castro au lendemain des campagnes de nationalisation. Cela a conduit à leur inclusion dans le Front national progressiste en 1975, ce qui signifiait accepter la domination du parti Baas sur la vie politique irakienne.

Cependant, certaines contradictions ont rapidement commencé à apparaître inconciliables. Les communistes étaient fiers de leur héritage en tant que parti multinational et prônaient un État irakien avec tous les droits pour ses deux nations dominantes, les Arabes et les Kurdes. Telle avait été initialement la ligne du gouvernement Qasim qui avait pris le pouvoir en 1958, que les communistes soutenaient. En revanche, l'idéologie baasiste ne pouvait faire aucune place aux Kurdes dans son orientation nationaliste arabe à moins qu'ils n'acceptent une position d'asservissement et de citoyenneté de seconde classe.

Le PCI a été interdit en 1979, passant dans la clandestinité et menant une lutte armée depuis les montagnes du Kurdistan contre le régime de Saddam Hussein. Bien que le parti irakien, ainsi que son parti frère kurde créé en 1993, se soient opposés à l'invasion américaine de 2003, la démocratisation de la politique qui a eu lieu depuis a permis au PCI de prendre une nouvelle importance en Irak. Ils ont rejoint l'Alliance Saiirun en 2018, qui est devenue le plus grand bloc du parlement de Bagdad.

Mais avec l'Irak effectivement divisé en deux, étant donné le niveau de contrôle dont le GRK exerce sur ses propres affaires (même à la lumière de l'intervention fédérale irakienne après le référendum d'indépendance bâclé de 2017), je voulais savoir dans quelle mesure le Parti communiste du Kurdistan reste pertinent.

À Sulaymaniyah, où l'Union patriotique du Kurdistan (UPK) est la force politique dominante, j'ai pu m'entretenir avec le secrétaire général adjoint du Parti communiste du gouvernorat, Hawre Gorran.

Sur le droit des nations à l'autodétermination

Gorran commence par préciser que le GRK doit être uni, et non divisé en deux camps qui sont chacun sous le contrôle du PDK ou de l'UPK. Il rappelle son opposition aux vastes privatisations qui ont eu lieu dans les domaines de la santé, de l'éducation et de l'électricité, mais aussi parfaitement conscient que la division entre les cliques Talabani et Barzani a été catastrophique.

« Le Parti communiste du Kurdistan a joué un rôle très important dans la médiation entre le PDK et l'UPK pendant la guerre civile qui a eu lieu entre 1994 et 1997. Notre chef à l'époque, Aziz Muhammad, a aidé à les réunir pour mettre fin au conflit », dit-il.

Muhammad, décédé en 2017, était une figure légendaire de la gauche kurde et irakienne et symbolisait l'approche du Parti communiste de l'unité entre Arabes et Kurdes, exerçant la direction du parti irakien de 1964 à 1993, puis du parti indépendant kurde après ça.

Bien que la fraternité entre les nations ait longtemps été l'objectif du Parti communiste et l'un de ses cris de ralliement importants, le PCKI soutient aujourd'hui l'indépendance du Kurdistan - et pas seulement la partie irakienne, mais aussi les parties de la patrie kurde qui se trouvent à l'intérieur des frontières de Turquie, Syrie et Iran.

Comme l'explique Gorran : « Chaque partie du Kurdistan a ses propres conditions particulières. Nous ne pouvons pas leur dire comment mener leur lutte en Turquie, par exemple. Mais le même droit à l'autodétermination et à la sécession qui existe en Catalogne ou en Irlande existe certainement aussi ici au Kurdistan. C'est un droit, pas quelque chose qui doit nous être donné. »

Interrogé sur les relations du PCKI avec d'autres partis communistes de la région qui pourraient s'opposer à l'indépendance kurde, Gorran tente de suivre une ligne diplomatique, disant qu'il serait probablement préférable que je demande à ces partis pourquoi ils prennent une telle position. En fin de compte, cependant, il dit: «C'est clairement lié au chauvinisme. Ce n'est pas une position communiste. Cela n'a rien à voir avec la conception de Lénine du droit d'une nation à l'autodétermination ».

Sur le rôle réactionnaire des États-Unis au Kurdistan

Cette question se résumait à un autre point extrêmement important qui devait être clarifié, à savoir la relation entre le Kurdistan en tant que nation opprimée et le rôle des États-Unis dans la région.

Une grande partie de l'appréhension que j'ai souvent rencontrée en ce qui concerne la question kurde de la part des gauchistes et de ceux qui se disent communistes est que les Kurdes ne sont que des auxiliaires de l'impérialisme américain dans la région, et donc leur lutte de libération nationale n'est pas digne d'être soutenue. Mais le PCKI indique clairement qu'ils sont des opposants à l'impérialisme américain, et le parti n'a pas peur de dénoncer les machinations de Washington dans la région ou de critiquer certaines décisions prises par des partis ou des organisations avec lesquels ils entretiennent par ailleurs des relations amicales.

Hawre Gorran déclare : « Les États-Unis travaillent pour leurs propres intérêts dans tout le Moyen-Orient. Il ne se soucie pas du peuple kurde. Par exemple, ils se sont opposés au référendum sur l'indépendance de 2017, et lorsque le gouvernement irakien a capturé Kirkouk, un accord a été signé pour l'extraction de pétrole là-bas, ce qui profite clairement à l'impérialisme» .

En ce qui concerne le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui mène la guerre contre le colonialisme turc à la fois à l'intérieur de la Turquie et dans la région kurde d'Irak, Gorran déclare : « Nous avons de bonnes relations. Nous ne nous impliquons pas dans la critique de leur lutte, car c'est à eux de la mener. Nous avons quelques différences idéologiques, mais nous voulons entretenir de bonnes relations, et c'est ce qui est important. »

Mais qu'en est-il des alliés du PKK dans le nord de la Syrie, qui ont continué à entretenir des relations avec les États-Unis même après la défaite militaire de l' État islamique ? Je pose des questions sur cette orientation stratégique, étant donné qu'à l'été 2020, un accord pétrolier a été conclu entre l'Administration autonome du nord et de l'est de la Syrie (AANES) et une compagnie pétrolière américaine, Delta Crescent.

Gorran répond : « Tout accord conclu doit tenir compte des besoins des gens. Cet accord n'offre aucune protection à la population. Les États-Unis et la Russie jouent un rôle dans le contrôle des ressources au Moyen-Orient. Toute force au Rojava devrait prioritairement protéger les intérêts des gens. »

L'étoile rouge sur le Kurdistan irakien
Sur la libération des femmes

L'élément peut-être le plus impressionnant et le plus progressiste de cette lutte dans le nord de la Syrie, ainsi que sa réalisation la plus concrète, a été le rôle central que les femmes y ont joué. En effet, l'image de la combattante kurde intrépide s'est imposée dans le monde ces dernières années.

Cependant, il n'y a rien de nécessairement nouveau dans le fait que les femmes jouent des rôles égaux aux hommes dans le mouvement de gauche au Kurdistan. Selon Hawre Gorran, l'égalité des femmes est « extrêmement importante » pour le PCIK. Il précise en disant : « Il est essentiel que les femmes ne soient pas seulement membres du parti, mais qu'elles soient capables de s'élever au rang de cadre dirigeant. Dans notre Comité central, c'est une règle qu'au moins 25% des membres doivent être des femmes. »

Le PCIK a également une organisation dédiée à la libération des femmes, appelée simplement la Ligue des femmes du Kurdistan. En 2008, son leader Nahla Hussain al-Shaly a été décapité à Kirkouk, signe de la dangerosité d'un tel travail dans la région.

Gorran explique : « La loi ne fonctionne pas. Nous avons recueilli des milliers de signatures pour un système laïc. Dans l'état actuel des choses, si une femme est maltraitée et essaie de fuir vers un refuge, n'importe quel homme de sa famille peut aller la chercher et la ramener chez elle. Légalement, l'homme a un droit sur elle. La femme n'a aucun droit.»

Je demande ce qui empêche de changer ces relations rétrogrades et patriarcales. « La mentalité des gens est un gros obstacle. Souvent, c'est leur interprétation de la religion qui fait croire aux gens que les choses sont naturellement censées être ainsi. »

L'étoile rouge sur le Kurdistan irakien
Sur la lutte pour la démocratie au Kurdistan

Si les droits des femmes dans la région du Kurdistan d'Irak continuent d'être bloqués et que seuls des progrès progressifs ont été réalisés, alors qu'est-ce que cela dit sur l'état de la démocratie en général dans la région ?

Gorran dit : « Si nous regardons l'histoire de n'importe quel pays, nous pouvons voir que la lutte démocratique prend beaucoup de temps. Nous avons eu la lutte contre les chauvins baasistes, puis la guerre inter-kurde. La démocratie n'a pas encore atteint un niveau supérieur. Par exemple, Massoud Barzani n'a pas de poste officiel, mais il reste toujours le principal point de contact pour tout au GRK. Par conséquent, il gère efficacement tout.

Il tient également à souligner que si des partis tels que le UPK et le KDP maintiennent la domination de la famille régnante dans les postes de direction, le PCKI a une idée différente des normes démocratiques. « Nous avons changé quatre fois de secrétaire général depuis la création de notre parti en 1993. C'est très différent des autres partis. »

Ce genre de gestion non démocratique des grands partis a aussi pour effet de brouiller les frontières entre le gouvernement et ce que devraient être les organisations de lutte de la classe ouvrière, les syndicats. Gorran dit que « De nombreux syndicats ont été créés ici après 1991. Certains ne sont pas contrôlés par le UKP ou le KDP, mais certains le sont. Par exemple, ils contrôlent le Syndicat des journalistes. »

Ce fut toute une révélation. Il ne semble certainement pas exagéré de croire que les familles Barzani et Talabani ayant ce degré d'influence sur le syndicat des travailleurs de la presse de la région se traduiraient ou contribueraient à renforcer leur contrôle sur les médias et la diffusion de l'information.

Gorran dit que la force de combat de nombreux syndicats est compromise par ces relations, contribuant ainsi à maintenir l'impression qu'il y a plus de démocratie qu'il n'y en a souvent. « Un syndicat, par exemple, a organisé une manifestation dans un bureau du gouvernement. Mais cette union est alliée à l'UPK. Cela devient donc une sorte d'opposition contrôlée. »

Selon Gorran, « Auparavant, vous ne pouviez obtenir des emplois dans le secteur public qu'en étant membre de l'un des deux principaux partis. Aujourd'hui, cela s'applique également au secteur privé. »

En décembre 2020, la colère et la frustration face à la corruption du gouvernement, au népotisme, au chômage de masse et au non-paiement des salaires des travailleurs du secteur public pendant plusieurs mois ont conduit à une série de manifestations à Sulaymaniyah. Dans la répression déclenchée par les forces de sécurité, dix personnes ont été tuées.

Pour le Parti communiste, ces manifestations étaient certainement dignes d'être soutenues, et elles ont joué un rôle clé en amplifiant la voix des manifestants et en se ralliant à leurs côtés, tout en mettant en garde contre l'utilisation de la violence comme tactique. Au bout de neuf jours, cependant, le mouvement semble s'essouffler, notamment à cause de la dure répression déchaînée par les autorités.

« Après ces manifestations, seuls un ou deux politiciens ont démissionné. Cela montre que nous avons un long chemin à parcourir. »

Vers un horizon communiste au Kurdistan

Loin d'être un parti politique qui peut se résumer comme opérant en marge de la vie sociale du Kurdistan irakien, j'ai découvert qu'en réalité, le Parti communiste du Kurdistan continue de s'appuyer sur sa riche histoire de lutte militante de la classe ouvrière. Sa nécessité semble sûrement validée par la situation actuelle dans la région, une situation dans laquelle la lutte démocratique se sent étouffée, et dans laquelle les forces d'opposition émergentes de ces dernières années ont décliné en popularité.

Partout où je voyageais dans la région, il me semblait apercevoir un bureau du PCKI et, plus important peut-être, il semblait toujours y avoir un immense respect et une grande révérence envers les hauts communistes lorsqu'ils apparaissaient dans les espaces publics.

Quelques années avant sa mort en 2017, le légendaire ancien chef du parti, Aziz Muhammad, a reçu la Médaille Immortelle Barzani des mains de Massoud Barzani, alors encore président du gouvernement régional du Kurdistan. Malgré leurs perspectives politiques souvent très différentes, il était clair que Muhammad, tout comme le parti, était respecté en tant qu'élément essentiel du tissu de cette région. À la mort de Muhammad, le responsable des relations étrangères de la région du Kurdistan, Falah Mustafa, a fait référence à sa « vie humble, au service des valeurs et des principes ».

Je me souviens à ce stade de quelque chose que Hawre Gorran a dit alors que nous terminions l'interview. Parlant de l'importance de maintenir une perspective marxiste au 21e siècle, il a déclaré : « Il est essentiel que nous restions fidèles à nos principes. Nous savons que seul le socialisme est la réponse non seulement aux problèmes du Kurdistan mais à ceux du monde entier.

Marcel Cartier
People's world

Perspective communiste
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Perspective communiste
Nicolas Maury
[Fr] Perspective communiste, blog francophone ayant pour vocation le partage d’informations nationales et internationales. De proposer des analyses marxistes de l’actualité et du débat d’idée. Ainsi que de parler de l’actualité du Parti Communiste Français et du Mouvement des Jeunes Communistes de France.

[Cat] Perspectiva comunista, bloc francòfon dedicat a compartir informació nacional i internacional. Oferir anàlisis marxistes d’actualitat i debat d’idees. A més de parlar de les notícies del Partit Comunista Francès i del Moviment de Joves Comunistes de França.

[Esp] Perspectiva comunista, blog francófono dedicado a compartir información nacional e internacional. Ofrecer análisis marxistas de los asuntos actuales y el debate de ideas. Además de hablar sobre las noticias del Partido Comunista Francés y el Movimiento de Jóvenes Comunistas de Francia.

[Eng] Communist perspective, French-speaking blog dedicated to sharing national and international informations. To offer Marxist analyzes of current affairs and the debate of ideas. As well as talking about the news of the French Communist Party and the Movement of Young Communists of France.

[All] Kommunistische Perspektive, französischsprachiger Blog zum Austausch nationaler und internationaler Informationen. Marxistische Analysen der aktuellen Angelegenheiten und der Debatte über Ideen anbieten. Sowie über die Nachrichten der Kommunistischen Partei Frankreichs und die Bewegung der jungen Kommunisten Frankreichs.

[RUS] Коммунистическая перспектива, франкоязычный блог, посвященный обмену национальной и международной информацией. Предложить марксистские анализы текущих дел и дебаты идей. А также говорить о новостях французской коммунистической партии и движения молодых коммунистов Франции.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile