Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Marxisme-Léninisme et idéologies politiques

« Maintenant le peuple » est une coalition de partis et de mouvements politiques européens rassemblant trois formations de gauche radicale française, espagnole et portugaise. Cet accord présente deux aspects politiques importants : L'abandon du fameux "plan B" de la France insoumise et l'explosion du Parti de la Gauche Européenne


La France insoumise renonce à son "plan B" pour les élections européennes
La France insoumise, Podemos et le Bloco de Esquerda ont annoncé à Lisbonne le lancement d'un mouvement européen commun : «Maintenant le Peuple ! Pour une révolution citoyenne en Europe». Et cette signature d'accord présente deux aspects importants :

1- La France insoumise renonce à son "plan B"

Toutes la stratégie européenne de la France Insoumise est remise en question par cet accord politique avec deux formations "pro-UE". Il s'agit du fameux diptyque « plan A, plan B » développé dans l'Avenir en Commun pour les élections présidentielles et législatives (et qui fait toute la crédibilité de la France insoumise sur la stratégie à adopter face à l'UE et ses institutions).

Et le protocole d'accord est assez clair : Rompre avec l'Europe de l'austérité et construire un nouveau projet. On se croirait revenu au slogan du front de gauche des européennes de 2014 "Rompre et refonder l'Europe".

"Nous mettons la main à l'ouvrage pour construire un nouveau projet d'organisation pour l'Europe. Une organisation démocratique, juste et équitable qui respecte la souveraineté des peuples. Une organisation à la hauteur de nos aspirations et de nos besoins. Une organisation nouvelle, au service du peuple."

Cette situation est la conséquence des positions politiques de Podemos et du Bloco. Pour ces deux formations, il n'est pas question de sortir de l'UE. Les populations d'Espagne et du Portugal n'étant pas en faveur d'une sortie de l'Union européenne.

Quoi que puisse dire Bompard, le populisme a ses limites, celle des réalités politiques nationales. Le populisme ne peut développer de stratégie hors de son champ géographique d'action, c'est pourquoi les formations qui s'en revendiquent ne peuvent avoir de positions lisibles sur des espaces extérieures (le dernier exemple étant l'échec de Podemos en Catalogne).

2- Le Parti de la Gauche Européenne en difficulté

Trois brèches se sont ouvertes dans cette coquille vide qu'est le Parti de la Gauche Européenne.

La première est organisationnelle, c'est un conglomérat de formations politiques, c'est une structure européenne vide, sans ligne, sans stratégie, sans avenir. Le PGE est donc disqualifié car, il ne vise pas la prise du pouvoir, il ne permet pas l'organisation de campagne trans-nationales, il ne permet pas de réimplanter des forces de gauche dans des pays où, par exemple, le communisme est illégal (Hongrie, Pologne, Pays Baltes), où les forces progressistes sont groupusculaires. C'est une structure opaque, on ne sait pas comment il fonctionne (comment fonctionnent les directions, qui choisit les délégué.e.s lors des congrès, les ordres du jours, le financement ...).

La seconde c'est son alignement sur la politique d'Alexis Tsipras en Grèce. Aucune critique, aucun bilan et surtout aucune autocritique sur les limites des stratégies proposées. Cette volonté de défendre le sinistre bilan de Syriza a clairement fait perdre le peu de crédibilité qu'à le PGE et les sorties du Parti de gauche (sous-marin de la France insoumise) montrant clairement cette situation.

La troisième vient des formations qui se détournent du PGE. Le Bloco de Esquerda a fait le choix de se rallier «Maintenant le Peuple ! Pour une révolution citoyenne en Europe», sans attendre les éventuelles discussions du PGE pour proposer une stratégie européenne à ses partis adhérents. Depuis quelques jour, c'est le "Potere al Popolo" italien qui a fait savoir son souhait de rallier « Maintenant le Peuple ! ». En soit PaP n'est pas adhérent du PGE, mais plusieurs formations constitutives, comme la Rifondazione comunista, le sont. Même situation en France avec le Parti de gauche et Ensemble! qui sont des structures de la France insoumise.

Quelle solution pour dépasser cette situation ? Reconstruire le Parti communiste et sa stratégie pour l'Europe

Nicolas Maury
Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Les publications sur ce blog n'engagent pas la responsabilité de la section de Vaulx-en-Velin du PCF, mais uniquement de son auteur.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Les publicacions en aquest bloc no comprometen la responsabilitat de la secció de Vaulx-en-Velin, però només el seu autor.

Rubriques

Recherche




Classement de sites - Inscrivez le vôtre!


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile