Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Marxisme-Léninisme et idéologies politiques

Le Vietnam et Cuba, deux pays souvent critiqués dans la presse mainstream (en particulier en ce qui concerne les droits de l'homme et les libertés politiques) ont récemment progressé vers l'égalité LGBTQ. Un article de nos camarades des Etats Unis - traduction Nico Maury


La nouvelle révolution du socialisme: Les droits LGBTQ au Vietnam et à Cuba
Comme la plupart des sociétés modernes, le Vietnam et Cuba ont des histoires régressives inégales en ce qui concerne les questions LGBTQ. Mais en tant que pays qui veulent construire le socialisme et s'engager à mettre fin aux oppressions sous toutes ses formes, ils fournissent des cas intéressants de gouvernements et de peuples qui évoluent ensemble vers un monde qui change rapidement.

Homosexualité au Vietnam: Sans nom et sans mention

Bien que le Vietnam moderne ait eu peu de restrictions légales explicites sur l'activité sexuelle de même sexe ou de règlements imposant un statut inégal aux minorités sexuelles, il n'a pas non plus eu de protection légale pour ces groupes persécutés. Comme beaucoup de sociétés asiatiques, l'adhésion officielle aux valeurs conservatrices et aux notions traditionnelles de la famille ont régi les expressions du genre et de l'identité sexuelle.

Avec le développement du VIH au cours des dernières décennies du XXe siècle, le gouvernement a vite fait de l'attribuer cette situation à de mauvais choix moraux. Dans cette perspective, l'État a concentré ses efforts de prévention sur les jeunes toxicomanes mais n'a pas mentionné la manière dont l'épidémie ravageait le groupe d'hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (homosexuels, hétérosexuels ou non). Un état semi-officiel de négligence et d'ignorance volontaire a prévalu.

La nouvelle révolution du socialisme: Les droits LGBTQ au Vietnam et à Cuba
Les tentatives de célébration des mariages homosexuels non officiels à la fin des années 1990 ont également suscité des réactions mitigées de la part de l'État. Un couple d'hommes a organisé une cérémonie à Hô Chi Minh-Ville en 1997 à la consternation des administrateurs locales. Un fonctionnaire de la ville a déclaré: «Que cela devrait être publiquement condamné.» Cependant, lorsque les agences de presse ont communiqué avec elle, la police a répondu qu'il n'existait aucun cadre juridique permettant de les accuser.

Une tentative similaire l'année suivante, par un couple de lesbiennes, dans la province de Vinh Long, a cependant, a été la cible d'une sanction officielle. Dans ce cas, le ministère de la Justice est intervenu et a ordonné l'annulation du mariage, disant qu'il était "illégal et contraire à la morale et aux coutumes traditionnelles de la nation vietnamienne". Une loi a été votée trois mois après le mariage.

Même en 2002, un rapport publié dans un journal gouvernemental déclarait que l'homosexualité était un «mal social». Publié par le ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales, il déplorait le fait que les homosexuels, avec leur "comportement excentrique", "Avait infiltré des industries telles que le tourisme, les restaurants et les bars. La couverture médiatique du rapport a noté que ce «mal social» était à égalité avec des maladies telles que la toxicomanie, la prostitution et la propagation des maladies.

La nouvelle révolution du socialisme: Les droits LGBTQ au Vietnam et à Cuba
Un volte-face rapide

Il était clair que la déclaration ne représentait cependant pas une opinion consensuelle. Selon des informations, le journal de la Ligue de la jeunesse communiste a réagi de manière critique à la perspective du gouvernement, déclarant que "certaines personnes naissent gays, tout comme certaines personnes naissent gauchères".

Ce n'est qu'en 2006, lorsque le taux de VIH chez les hommes homosexuels à Hanoi a atteint 20%, que l'Assemblée nationale a réagit pour ajouter les homosexuels à sa liste de groupes ciblés pour l'éducation et la prévention du VIH. Ce changement de politique gouvernementale a en réalité contribué à susciter un mouvement LGBTQ plus cohérent dans le pays. Les programmes d'éducation au VIH sont devenus des lieux où les hommes gays et les personnes transgenres ont commencé à nouer des contacts à l'extérieur des bars ou des clubs clandestins. Ils sont devenus les pionniers de l'actuel mouvement LGBTQ du Vietnam.

Depuis ces négligence officielle et les condamnations occasionnelles dans les années 1990 et au début des années 2000, le pays a connu un revirement rapide sur les questions LGBTQ. L'étincelle de ce changement est permise par une confusion des tribunaux. Lorsque le pouvoir judiciaire vietnamien n'a aucune idée de la manière dont il doit se prononcer dans les affaires de garde d'enfants, de propriété et d'héritage après la séparation des couples de même sexe, il se tourne vers le gouvernement pour obtenir des directives légales.

Le ministère de la Santé a procédé à un examen de la loi sur le mariage et la famille en 2012, mais les législateurs n'ont pas réussi à parvenir à un consensus sur la solution de une situation juridiquement ambiguë. Le ministre de la Justice de l'époque, Ha Hung Cuong, a cependant exprimé l'opinion qu'il était «inacceptable de créer des préjugés sociaux contre la communauté homosexuelle».

À la fin de 2014, un compromis a été adoptée, et il aboli la loi interdisant les mariages entre conjoints de même sexe, laissant les couples libres d'organiser des cérémonies de mariage. Cependant, il n'accordait pas les mêmes droits juridiques et la même reconnaissance matrimoniale qu'aux couples hétérosexuels.

Nguyen Anh Tuan, directeur d'une agence de tourisme gay à Hanoï, a déclaré à NBC News: "Ce n'est pas parfait .... Ce n'est pas tout à fait là, mais c'est un grand pas dans la bonne direction. » Il a ajouté: « Le Vietnam s'est toujours adapté et, en apprenant, nous devenons des individus, des familles et des pays plus forts.» Son industrie sera certainement plus forte si le pays est capable d'avoir une image plus hospitalière au niveau international.

À la fin de 2015, l'Assemblée nationale a franchi une autre étape importante en votant la Loi 282-84, qui permet aux personnes qui ont subi une opération de changement de sexe d'enregistrer leur identité juridique selon le sexe de leur choix. C'est considéré comme une étape vers la légalisation des procédures de changement de sexe au Vietnam. Car avant il fallait se rendre dans d'autres pays, tels que la Thaïlande. Un dirigeant LGBTQ, Nguyen Hai Yen, a salué la décision du gouvernement, déclarant: "Maintenant que les gens acceptent qu'il y ait une communauté transgenre, leurs droits légitimes seront garantis."

Le parlement a déclaré que ses actions «répondent aux demandes d'une partie de la société ... conformément à la pratique internationale, sans contrer les traditions de la nation». Cette déclaration était un symbole de l'évolution de la compréhension des questions LGBTQ au Vietnam.

Cuba après la révolution: pas de paradis pour les gays

Il y a une relation encore plus compliquée entre la communauté gay et le gouvernement socialiste à Cuba depuis la révolution de 1959. L'homophobie et l'hétérosexisme étaient déjà des normes dans la pré-révolutionnaire cubaine, comme en témoigne une dure loi de 1930 sur l'ostentation qui pénalisait les «actes homosexuels habituels», les «scandaleux comportements indécents» et les «manifestations ostentatoires de l'homosexualité en public».

L'application de cette loi a été intensifiée après le renversement du dictateur soutenu par les États-Unis, Fulgencio Batista. Tout au long des années 1960 et 1970, des vagues de persécutions officielles ont été infligées à la population homosexuelle de Cuba. Comme dans beaucoup d'autres pays socialistes, l'homosexualité était considérée comme un résidu dégénératif hérité de la société bourgeoise capitaliste.

"Le caractère social pathologique des déviations homosexuelles" a été ciblé pour l'élimination par le premier Congrès national sur l'éducation et la culture en 1971. La réunion, en présence de Fidel Castro, a déclaré que "toutes les manifestations de déviations homosexuelles doivent être fermement rejetées et empêchées". Les travailleurs du gouvernement se sont retrouvés au chômage s'ils étaient homosexuels, les artistes gays ont été soumis à la censure, et beaucoup d'autres ont été emprisonnés pour des actes sexuels homosexuels.

Pendant une période de trois ans (1965-1968), des hommes homosexuels ont été arrêtés et envoyés dans des camps de travail qui s'appelaient UMAP, ou Military Units to Aid Production. Conçus comme des alternatives à la conscription militaire pour ceux qui étaient objecteurs de conscience ou jugés inaptes à d'autres raisons, les UMAP sont devenus des prisons de facto pour la population gay de Cuba.

Les camps n'ont été fermés qu'après que Fidel Castro, lui-même, se soit infiltré avec les membres de l'Union des jeunes communistes (UJC), pour enquêter sur le traitement subi par les internés. Dans une interview avec l'auteur cubain Ignacio Ramonet en 2006, Castro dirait que les UMAP n'étaient pas destinés à être des lieux d'internement ou de punition, mais "après une visite j'ai découvert des horreurs dans certains endroits ... vous ne pouvez pas nier qu'il y avait des préjugés contre les homosexuels". Bien que ce soit à peine un mea culpa, une telle admission à contrecœur représentait un changement pour le dirigeant cubain, qui cédait rarement à la critique.

Même avec la fermeture des camps, l'homosexualité est restée interdite par la loi. Cependant, un lent dégel a commencé en 1975, lorsque la Cour suprême de Cuba a statué que la discrimination au travail contre les homosexuels ne serait plus autorisée. La dé-criminalisation (mais pas la légalisation) des relations entre personnes de même sexe a suivi peu après en 1979. Le Mariel Boatlift de 1980, cependant, était une autre tache sombre sur le traitement des homosexuels. Beaucoup d'homosexuels faisaient partie du petit nombre de soi-disant «déviants» mis à la porte cette année-là. La dernière partie de la décennie a été une période de progrès dans le domaine culturel, avec l'apparition progressive de la littérature et d'autres matériaux faisant référence aux sujets gays. En 1988, la Public Ostentation Act a finalement été abrogée.

Comme au Vietnam, ce sont les jeunes communistes qui ont ouvert la voie à des critiques plus profondes de la politique officielle. En 1992, l'UJC a adopté une résolution condamnant la discrimination fondée sur la sexualité. L'année suivante, des campagnes d'éducation publique contre l'homophobie ont été menées pour la première fois.

Fidel a déclaré qu'il ne considérait pas l'homosexualité comme un «phénomène de dégénérescence» et a déclaré son opposition absolue à «toute forme de répression, de mépris, de mépris ou de discrimination à l'égard des homosexuels». aucun homosexuel ne pourrait incarner «les conditions et les exigences d'un vrai révolutionnaire, un vrai militant communiste».

Aujourd'hui, un autre Castro ouvre la voie

La progression de Cuba est attestée par le fait qu'au cours des dernières années, Mariela Castro, fille de l'ancien président Raúl Castro et nièce de Fidel, a défilé dans les marches des fiertés LGBTQ de La Havane. Pendant plusieurs années, elle a dirigé le Centre national pour l'éducation sexuelle de Cuba (CENESEX), où elle a mené des campagnes pour les soins et la protection des droits des minorités sexuelles.
La nouvelle révolution du socialisme: Les droits LGBTQ au Vietnam et à Cuba

Une femme hétérosexuelle, elle est saluée par certains comme la fondatrice du mouvement moderne des droits des homosexuels à Cuba. Membre de l'Assemblée nationale, elle a proposé à plusieurs reprises une législation visant à instituer une reconnaissance juridique égale pour les couples de même sexe, avec le soutien de la Fédération des femmes cubaines et de la Fédération des juristes cubains.

Il y a quatre ans, devant un auditoire à San Francisco, Mariela Castro déclare : «Nous avons d'abord proposé le mariage, mais les juristes, et certains membres du Parti communiste, se sont révoltés. Afin de ne pas perdre le combat, nous avons proposé une reconnaissance égale des couples de même sexe. » La campagne pour adopter la loi n'a pas encore finie, mais Mariela Castro a annoncé des plans pour mettre le mariage de même sexe à l'ordre du jour amendement en juillet de cette année.

Cependant, des gains ont été réalisés dans d'autres domaines. En 2008, la chirurgie de changement de sexe a été incluse comme une procédure couverte par le système de santé publique de Cuba.

La rhétorique des plus hauts échelons du Parti communiste et de l'État a désormais officiellement adopté la cause de l'égalité des LGBTQ. Selon Mariela, son père Raúl soutient les programmes et les causes adoptés par CENESEX. Le nouveau président cubain Miguel Díaz-Canel n'a pas commenté les derniers efforts constitutionnels, mais il a un bilan progressiste sur les questions LGBTQ. Lorsqu'il était secrétaire du Parti communiste dans la province de Villa Clara, il a pris la décision de laisser ouverte la première discothèque gay de Cuba et a plaidé pour l'inclusion des protections LGBTQ dans les lois du travail du pays.

Mais peut-être le dernier tournant symbolique du passé est-il déjà arrivé il y a huit ans, lorsque Fidel Castro a publiquement accepté sa part de responsabilité dans la persécution précoce des homosexuels par la Révolution. S'adressant à un journaliste mexicain, il admit qu'il y avait eu de grandes injustices et annonça: «Si quelqu'un est responsable, c'est moi.» Deux ans plus tard, Adela Hernandez siégeant au gouvernement municipal de la ville de Cabarien à Villa Clara, est devenue la première personne transgenre de Cuba élue à une charge publique.

Révolutions dans les révolutions

Le Vietnam et Cuba ont chacun traversé des voies inégales pour l'égalité LGBTQ. De différentes manières, ils sont passés de sociétés qui ont persécuté ou négligé leurs minorités sexuelles à celles qui adoptent une législation de plus en plus progressiste en leur faveur.

De plus, les deux pays sont devenus des leaders sur le front LGBTQ dans leurs régions. Dans l'Asie du Sud-Est conservatrice et traditionnelle, le Vietnam est à la traîne de Taiwan, qui va bientôt légaliser les unions homosexuelles. Cuba, quant à elle, s'efforce de faire tomber les mentalités oppressives et les lois héritées de son propre passé pré-révolutionnaire et qui caractérisent encore trop de pays des Caraïbes.

Chacune de ces deux nations est au milieu d'une révolution au sein de la révolution, se rapprochant peut-être de la réalisation de leurs aspirations socialistes déclarées d'une société où l'exploitation et l'oppression de toute sorte sont reléguées au passé.

C.J. Atkins

Rédacteur en chef de People's World. Il est titulaire d'un doctorat en science politique de l'Université York à Toronto et issue d'une formation en recherche et enseignement en économie politique et des idées de la gauche américaine. En plus de son travail au People's World, C.J. est actuellement directeur exécutif adjoint de ProudPolitics.

People's World, journal du Parti Communiste des Etats-Unis (CPUSA) fondé en 1924

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

i[Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile