Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 


Europe centrale et orientale (anciennes Républiques socialistes)

Le Ministre de la justice et Procureur général de Pologne, Zbigniew Ziobro, annonçait le 6 décembre avoir saisi le Tribunal constitutionnel pour obtenir l'interdiction du Parti Communiste de Pologne.

Les communistes polonais ont répondu aux accusations.

Traduction Nico Maury


Le Parti Communiste de Pologne (KPP) répond aux menaces d'interdiction
Le 6 décembre, nous avons appris la demande, du procureur général Zbigniew Ziobro au Tribunal constitutionnel, d'interdiction de notre parti dans les médias. Nous ne connaissons pas encore la version complète de la demande soumise, nous ne pouvons donc maintenant nous référer qu'aux rapports transmis aux médias.

Des rumeurs selon lesquelles le bureau du procureur enquête sur les activités du Parti Communiste de Pologne nous parviennent depuis des années, également à la lumière du procès de membres de la rédaction de Brzask et du site Internet accusés de promotion du totalitarisme. Désormais, probablement en raison des piètres résultats du gouvernement, des manifestations de masse, de la détérioration de la situation des services de santé et du désordre juridique grandissant, le ministre Ziobro a décidé "d'améliorer" son image, conformément aux vœux de l'extrême droite. Il espère probablement réussir pour la première fois depuis longtemps. Il est convaincu que la composition du Tribunal constitutionnel nommé par le PiS répondra inconditionnellement à son souhait. Cela peut être vu dans la déclaration catégorique: "Doit être déclaré inconstitutionnel." Il oublie que cela ne peut être résolu qu’une fois la procédure terminée, en tenant compte des positions des deux parties.

On se souvient que tous les totalitarismes, qu'ils soient fascistes allemands, italiens ou espagnols, ont commencé par combattre les communistes et se sont terminés par la persécution de tous ceux qui ne se conformaient pas à la politique du régime, la liquidation de toute opposition et le génocide.

Nous traitons les accusations contre le programme KPP révélées par les médias comme bizarres et ne correspondant pas à la réalité. À titre de comparaison, le contenu du programme KPP est disponible sur https://kom-pol.org/program

L'allégation principale selon laquelle le KPP "ferait référence dans son programme et ses pratiques aux méthodes et pratiques totalitaires du communisme" est complètement absurde. En fait, le contraire est vrai. Le programme du parti est profondément démocratique. Nous considérons l'instauration d'un "régime démocratique populaire", comme notre programme le dit, comme un objectif fondamental de notre parti. L'un des sous-chapitres du programme KPP est largement intitulé "Socialisme ou démocratie".

Nous exigeons un approfondissement de la démocratie dans notre pays, car nous considérons ses formes actuelles comme imparfaites et insuffisantes dans les conditions de la société moderne. "La démocratie est plus que la possibilité de voter tous les 4 ans, dans un environnement où vous n'avez aucune influence réelle sur les politiques et les décisions. La démocratie doit être mise en œuvre au quotidien, notamment sur les lieux de travail, les collectivités locales et dans les environs immédiats, indique le programme de notre parti. Nous exigeons donc que l'institution de la démocratie représentative soit complétée par une autonomie démocratique sur le lieu de travail. "C'est pourquoi il est nécessaire de créer des comités de travailleurs sur les lieux de travail. Une institution démocratique du pouvoir populaire, organisée de la même manière que le processus de production lui-même", poursuit le programme.

Nous soulignons la nécessité de défendre les droits civils et les libertés: "Nous devons nous opposer à de nouvelles restrictions à la liberté d'expression, au droit de réunion et d'accès à l'information, et manifester et condamner publiquement les violations des droits civils, la corruption et l'arrogance des autorités. (…) Les droits à la liberté d'expression, d'expression, de dissemblance et de protestation doivent être défendus. Il est inacceptable que l’État interdise ou limite les activités des partis politiques pour des raisons idéologiques".

Les accusations selon lesquelles le but du KPP était "la nationalisation et la collectivisation menées sous la contrainte" sont sans fondement. Oui, nous prêchons la nécessité d'une "nationalisation, c'est-à-dire la propriété de l'industrie capitaliste, du commerce, des banques et des ressources naturelles par l'État", tout en rejetant clairement toute tentative de le faire par des moyens non légaux. "Le pouvoir doit être saisi non pas pour changer la forme d'exploitation, mais pour finalement l'abolir. Cela ne signifie pas la prise du pouvoir par la force, mais une ingérence délibérée par des moyens politiques dans la sphère de la propriété privée des entreprises, qui est la base d'une société divisée de classe. Son essence est un changement fondamental dans les relations sociales, y compris le système politique et économique de l'État". De telles aspirations relèvent de l'art. 21 point 2 de la Constitution polonaise, qui permet la possibilité d'expropriation à des fins publiques («L'expropriation n'est autorisée que lorsqu'elle est effectuée à des fins publiques et moyennant une juste compensation»). La Constitution de la République de Pologne permet également la possibilité de changer le système politique et économique de l'État en modifiant la Constitution par le Sejm et le Sénat de la République de Pologne.

Le parti ne prône pas non plus la collectivisation. En ce qui concerne l'agriculture, le programme ne prévoit que "la prise de contrôle par l'Etat de grandes propriétés foncières, y compris les zones d'eau et de forêt et la création d'entreprises de production sur leur base" et "la création des conditions pour le développement de coopératives de production agricole et d'usines coopératives de transformation agricole". Nous postulons également "l'introduction de prix uniformes pour les moyens de production et les services pour l'agriculture et la création d'un système efficace de sous-traitance, de transport et de stockage des produits agricoles; limitation du chiffre d'affaires foncier et du courtage de l'Etat dans ce chiffre d'affaires".

Nos points de vue sont inclus non seulement dans le programme, mais aussi dans les positions émises au fil des années concernant la situation politique et les droits des citoyens en Pologne. Et nulle part nous n'avons prétendu nier d'autres vues ou systèmes que les nôtres.

Nous présentons et commentons quelques déclarations de la motion du ministre Ziobro. Nous nous référons à ses fragments connus. Le premier est: "Le programme KPP exprime l'admiration pour le système politique de l'Union soviétique."

Dans le programme du KPP, l'URSS n'est mentionnée qu'une seule fois, dans la partie concernant la situation mondiale: "La lutte de libération nationale a été favorisée par l'existence de l'Union soviétique et des pays de démocratie populaire, qui, indépendamment de la dégénérescence progressive de la construction socialiste, étaient des États de classe du prolétariat et jusqu'à la fin de leur existence constituaient un un adversaire des puissances impérialistes". Nous avons écrit plusieurs fois de manière critique sur les erreurs économiques du système socialiste, qui ont par conséquent conduit, entre autres, à son effondrement. Nous avons également souligné la nécessité de tirer des conclusions de l'histoire et de modifier les vues en réponse aux progrès de la science et de la technologie et à l'émergence de nouvelles branches de la connaissance qui n'existaient pas au XIXe siècle, lorsque l'idée du communisme émergeait.

Zbigniew Ziobro nous accuse: "Tout ce qui est soviétique est glorifié et justifié dans les activités du programme du KPP, y compris les commandants soviétiques devenus célèbres, entre autres, pour avoir combattu l'indépendance de la Pologne clandestinement, l'attaque de l'URSS contre la Pologne le 17 septembre 1939, ou les actions de l'Armée rouge en pendant la guerre polono-bolchevique en 1920".

Dans son activité de programme, le KPP ne s'occupe pas d'évaluer les événements historiques ni de justifier "tout ce qui est soviétique". Nous la traitons comme une tâche d'historiens et de journalistes traitant de l'histoire et non d'un parti politique. D'autre part, Ziobro et PiS imposent leur récit historique et postulent la vie et l'action dans le passé, enchevêtrés dans des conflits aujourd'hui anachroniques.

Dans l'application de Z. Ziobro, nous lisons que: "Les membres du Parti indiquent la supériorité du système au pouvoir en URSS à l'époque de la terreur rouge, de la grande faim et de la terreur stalinienne sur le système démocratique du libre marché. Ils louent également le degré de démocratisation de la vie publique en URSS, la promotion de la culture par les bolcheviks et la consolidation de la prospérité universelle."

Nous n'avons trouvé aucun éloge de la terreur dans nos documents. Les communistes polonais en URSS en ont également été victimes, y compris la quasi-totalité des dirigeants du KPP d'avant-guerre. Nous avons écrit qu'en Union soviétique, la culture était soutenue, y compris la culture régionale, comme en témoignent des centaines de philharmoniques, théâtres, cinémas, musées et centres communautaires gérés par l'État et accessibles à tous. Dans toutes les républiques, les "artistes folkloriques" ont été encouragés et maintenus. Les moyens de subsistance des citoyens ont été pris en charge, il n'y a pas eu de chômage, des logements ont été construits, ils ont été répartis en fonction des besoins, etc.

Le ministre Ziobro nous accuse que: "Les criminels communistes tels que Józef Staline et Feliks Dzerzhinsky sont également glorifiés. Le KPP écrit à propos de ce dernier dans le journal officiel: + Le prolétariat du monde entier a incliné la tête devant l'infatigable révolutionnaire, dont Joseph Staline a appelé la vie la Flamme éternelle. Feliks Dzerzhinsky - un continuateur des plus belles traditions de la fraternité du prolétariat polonais et russe - a compris qu'en luttant pour la victoire de la Révolution d'octobre, en défendant ses acquis, puis en construisant le socialisme au Pays des Soviets, il se bat aussi pour l'avenir et le bonheur de la nation polonaise + ".

Les citations de textes sources "glorifiant" Staline ou Dzerjinsky ne peuvent pas être considérées comme la preuve que nous voulons introduire un système totalitaire. Ils reflètent l'atmosphère et le style de la propagande officielle de ces années. Il est tout aussi farfelu que d'attacher un panégyrique historique en l'honneur des empereurs ou des rois et d'attribuer des intentions d'introduire le féodalisme.

Nous sommes accusés non seulement de ce que, selon le ministre Ziobro, le KPP ferait. Il nous accuse également de ce que nous ne faisons pas: de l'avis du parquet national, "le KPP ne condamne même pas des événements traumatisants pour la nation polonaise tels que le massacre de Katyn".

Le KPP condamne tous les crimes, tout comme l'assassinat d'officiers polonais à Katyn. En ce qui concerne la position du parti, seuls ses documents de programmation sont d'une importance fondamentale et contraignante. Nous n'avons pas adopté de résolutions sur l'histoire. Nous avons évoqué les événements actuels.

Les partis politiques ont-ils l'obligation de condamner le passé historique? D'autres partis, dont Solidarity Poland, ont-ils adopté des résolutions condamnant le fascisme, le génocide des Indiens d'Amérique, le meurtre du peuple congolais, les camps de concentration anglais pendant les guerres des Boers, ou le massacre de villes entières par les Mongols, ou des dizaines d'autres crimes, énumérés ici à titre d'exemple et par hasard? Non! Le KPP n'a donc pas une telle obligation.

site du KPP

Perspective communiste
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Perspective communiste
Nicolas Maury
[Fr] Perspective communiste, blog francophone ayant pour vocation le partage d’informations nationales et internationales. De proposer des analyses marxistes de l’actualité et du débat d’idée. Ainsi que de parler de l’actualité du Parti Communiste Français et du Mouvement des Jeunes Communistes de France.

[Cat] Perspectiva comunista, bloc francòfon dedicat a compartir informació nacional i internacional. Oferir anàlisis marxistes d’actualitat i debat d’idees. A més de parlar de les notícies del Partit Comunista Francès i del Moviment de Joves Comunistes de França.

[Esp] Perspectiva comunista, blog francófono dedicado a compartir información nacional e internacional. Ofrecer análisis marxistas de los asuntos actuales y el debate de ideas. Además de hablar sobre las noticias del Partido Comunista Francés y el Movimiento de Jóvenes Comunistas de Francia.

[Eng] Communist perspective, French-speaking blog dedicated to sharing national and international informations. To offer Marxist analyzes of current affairs and the debate of ideas. As well as talking about the news of the French Communist Party and the Movement of Young Communists of France.

[All] Kommunistische Perspektive, französischsprachiger Blog zum Austausch nationaler und internationaler Informationen. Marxistische Analysen der aktuellen Angelegenheiten und der Debatte über Ideen anbieten. Sowie über die Nachrichten der Kommunistischen Partei Frankreichs und die Bewegung der jungen Kommunisten Frankreichs.

[RUS] Коммунистическая перспектива, франкоязычный блог, посвященный обмену национальной и международной информацией. Предложить марксистские анализы текущих дел и дебаты идей. А также говорить о новостях французской коммунистической партии и движения молодых коммунистов Франции.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile