Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 


Retour sur le congrès du Parti communiste sud-africain (SACP) et les tensions existantes au sein de l'alliance tripartite ANC-COSATU-SACP - traduction Nico Maury


Le Parti communiste sud-africain (SACP) veut reconstruire son alliance avec l'ANC
Le Parti communiste sud-africain (SACP) a fourni au Congrès national africain (ANC) un soutien clé pendant la lutte pour mettre fin à l'apartheid. En tant que membre de l'Alliance tripartite, avec l'ANC et le syndicat COSATU, il est partenaire de l'ANC pour gouverner l'Afrique du Sud depuis 1994. Et avec quelque 319.000 membres organisés en 7300 branches, le SACP est une force politique puissante non seulement en Afrique du Sud, mais aussi parmi les Partis communistes du monde. Mais tout ne va pas bien dans le partenariat ANC-SACP-COSATU.

La question en litige est le maintien de la direction de la classe ouvrière que le SACP fournit à des masses de citoyens économiquement opprimés d'Afrique du Sud. Beaucoup repose sur les efforts actuels du parti pour régler les problèmes de longue date de ses relations avec l'ANC. Du 9 au 12 décembre, la SACP a tenu son 4e Congrès national spécial (SNC) à Ekurhuleni, à la périphérie de Johannesburg. Un regard sur les travaux de ce congrès peut être révélateur quant aux relations troublées du parti avec l'ANC et mettre en lumière ses bases stratégiques et ses perspectives d'avenir.

Le 14e Congrès national du Parti de juillet 2017, avait autorisé la mise en œuvre des recommandations pour restaurer le rôle du Parti au sein de l'Alliance tripartite. Dans le cadre de l'Alliance, les membres de la SACP se présentent aux élections, mais seulement s'ils appartiennent également à l'ANC. L'ANC est censé demander l'approbation du SACP avant de nommer ses propres candidats à un poste. Les membres du SACP ont même dirigé un certain nombre de ministères au fil des années.

Le Parti communiste sud-africain (SACP) veut reconstruire son alliance avec l'ANC
Ces dernières années, les dirigeants provinciaux du SACP se sont plaints du fonctionnement et ont annoncé que la collaboration avec l'ANC était défectueuse. L'ANC sélectionne lui-même les candidats aux élections ou que certains de ces candidats ne sont pas qualifiés ou corrompus. Les dirigeants des sections du SACP ont fait pression sur la direction nationale pour permettre au parti d'entreprendre des activités électorales indépendantes. Ils ont proposé que les membres du SACP se présentent comme candidats au nom du parti ou sous les auspices de nouvelles coalitions électorales.

Empêcher la révolution de caler

La réponse du parti aux difficultés avec l'ANC apparaît dans quelques-unes des dizaines de résolutions approuvées lors du Congrès de 2017. Parmi les principales :

- «… le Parti doit établir sa propre présence indépendante parmi les travailleurs et les masses en général, à la fois organisés et non organisés.»

- «… le SACP doit participer activement aux élections. La modalité par laquelle nous contestons les élections peut, ou non, être sous l'égide d'une Alliance reconfigurée. »

- «… le SACP a un rôle de leader dans la lutte pour construire une alliance reconfigurée.»

- «… tant à des fins électorales que pour défendre, approfondir et faire avancer une deuxième phase radicale de la Révolution démocratique nationale, le SACP doit jouer un rôle actif et leader dans la consolidation d'un front populaire de gauche de la classe ouvrière et des forces progressistes.»

Dans le numéro de décembre de la publication du SACP, Umsebenzi, le membre du Comité central, Alex Mashilo, a examiné les implications de ces résolutions. Il suggère que, stratégiquement, l'Alliance représente un front révolutionnaire démocratique national et qu'une «reconfiguration de l'Alliance» est nécessaire «pour lui donner une expression pratique». Il voit également une ouverture permettant au parti de sortir du cadre de l'Alliance de participer aux élections, surtout si l'Alliance n'a pas encore été réparée.

«La Révolution démocratique nationale», selon le SACP, a historiquement fait référence à «la libération nationale du peuple africain en particulier, et du peuple noir en général». Considéré comme englobant à la fois la destruction de l'apartheid et l'instauration d'un État démocratique où la classe ouvrière est dominante, elle est considérée comme une étape sur la voie d'une société socialiste, évoluant «sans interruption vers l'émancipation sociale et l'abolition totale de l'exploitation de l'homme par l'homme».

Mashilo envisage un «Front de gauche populaire» comme entraînant «la révolution démocratique nationale… dans une deuxième phase radicale visant à faire avancer, approfondir et défendre la révolution». Il cite «le danger de jeter l'avant-garde dans des batailles décisives seules, avant que les masses, et en particulier la classe ouvrière, ne soient prêtes. » Mashilo voit le front de gauche « comme un modèle possible de participation aux futures élections » qui fournirait les moyens de préparer les masses et les travailleurs aux luttes futures.

L'incertitude politique alliée aux difficultés économiques

Au sein de ses propres conseils, comme le Congrès national spécial ce mois-ci, le SACP est chargé de déterminer son efficacité et de façonner son propre avenir, mais il y a aussi des influences extérieures.

L'ANC elle-même, par exemple, fait face à des difficultés. elle ne bénéficie plus du soutien politique écrasant dont elle bénéficiait auparavant comme héritage de la lutte contre l'apartheid. Lors des élections générales du 8 mai 2019, l'ANC a gagné avec 57,5% des voix, contre 66% en 2014. Les divisions factuelles ont entaché la campagne de l'ANC en mai dernier et le taux de participation a été de 65,99%, le plus bas depuis 1994.

Les accusations de corruption se sont multipliées, notamment contre l'ancien président sud-africain et chef de l'ANC, Jacob Zuma. En octobre 2017, les liens du SCAP avec l'ANC s'étaient suffisamment effacés pour que Zuma puisse destituer le Secrétaire général du SACP, Blade Nzimande, d'un poste au sein du cabinet. Le SACP a critiqué le programme Black Economic Empowerment de l'ANC, qui a aggravé les inégalités de revenus .

Selon un reportage citant un document de discussion préparé pour le congrès spécial, le SACP est pessimiste quant à l'avenir de l'ANC. Le segment déclare: «Les élections locales et nationales 2021 et locales 2021 ne donneront pas mandat à l'ANC pour rester au gouvernement. "

Le SACP considère désormais certaines organisations progressistes comme problématiques. Quelques porte-parole de la COSATU sont favorables à la privatisation des propriétés appartenant à l'État. Des syndicats ont quitté le COSATU pour former la Fédération sud-africaine des syndicats, qui a créé un nouveau parti politique socialiste, le Socialist Revolutionary Workers 'Party. Pendant ce temps, les Economic Freedom Fighters, un parti politique populiste formé en 2013, ont obtenu 10,8% des voix lors des élections nationales de 2019. Ce parti appelle à une nationalisation non compensée des «centres économiques stratégiques» tels que les terres, les mines et les usines.

Le SACP est confronté au défi permanent d'une grave oppression économique pesant sur la population majoritaire de l'Afrique du Sud. Le chômage en Afrique du Sud est de 29,1 % ( 46% pour les travailleurs noirs); plus de la moitié des Sud-Africains vivent avec moins de 2,84 $ par jour, et 64% de tous les Noirs et près de 74% des enfants noirs vivent dans la pauvreté. Un rapport de la Banque mondiale indique que «le premier pour cent des Sud-Africains détient 70,9 % des richesses du pays». Une étude de cette année a montré que «près de 8 enfants sud-africains sur 10 en 4e année ne savent pas lire».

Le Congrès spécial répond

L'ANC a critiqué les recommandations du SACP du 14e congrès du parti sur la reconfiguration de l'Alliance. Le SACP a négocié avec l'ANC sous les auspices du Conseil politique de l'Alliance. Réuni les 10 et 11 novembre, cet organisme a annoncé un accord sur un «document commun» sur la reconfiguration de l'Alliance.

Armé de l'accord du Conseil, le congrès spécial du SACP ce mois-ci cherchait, comme l'a dit un observateur, «un nouveau mandat sur la façon de traiter la patate chaude de la reconfiguration». Il a approuvé l'accord du Conseil et a également réaffirmé la déclaration du SACP sur les critiques qu'ils avaient formulées il y a deux ans.

La déclaration officielle du congrès spécial a été publiée le 12 décembre. Elle détaille les problèmes, parmi eux: la privatisation des entreprises publiques, le pillage des ressources publiques et la mauvaise gestion d'Eskom, le service public d'électricité. Le document décrit les étapes vers la transformation du secteur financier, la création d'une «politique industrielle globale», la redistribution des terres, le renforcement de la propriété de South African Airlines et la fourniture d'une «protection sociale adéquate».

Pour une raison quelconque, la discussion sur la transformation de l'Alliance tripartite est apparue à la fin du document et était brève.

Le congrès a cependant proposé des directives sur la participation du SACP aux élections. Il a décidé que les «structures inférieures» du parti soumettraient des rapports et des recommandations au Comité central concernant les problèmes qui se présentaient avant les élections locales de 2021. Il s'agirait d'infractions aux lignes directrices établies par l'accord conclu par le Conseil politique de l'Alliance.

Les chefs des partis provinciaux rendraient compte au Comité central de l'absence de «consultation consensuelle», de «l'inclusivité de l'Alliance» ou du mépris d'une «stratégie de lutte commune». Ils seraient à l'affût des candidats corrompus, manquent de soutien communautaire ou ont été imposées sans consultation ou «par les factions».

Le Comité central du parti, dit-il, "évaluera les rapports et adoptera une voie à suivre". Il permettrait une activité électorale "dans le cadre de la (des) résolution (s) du 14e Congrès national du SACP" et basée "sur des critères à finaliser."

Résumant pour un journaliste, le Secrétaire général du SACP, Blade Nzimande, a indiqué: «Nous pensons que l'alliance est toujours d'actualité. Ce qui est le mieux pour notre pays, c'est que l'alliance reste unie. Nous nous engageons à établir des listes électorales uniques dirigées par l'ANC. Mais ces listes doivent être établies dans le cadre de l'alliance reconfigurée. »

Changer l'Alliance tripartite est clairement un projet à long terme. Ce processus tortueux est limité par la caution du SACP, et pourquoi pas? En tant que membre de l'Alliance tripartite, le parti est assuré de jouer un rôle plus important sur la scène politique. Actuellement, les quelques partis communistes qui partagent un peu de pouvoir politique sont dans des positions précaires, et plus encore en Afrique du Sud. Et la lutte pour la simple survie peut submerger les aspirations à l'autonomisation collective.


WT Whitney Jr.
People's World, journal communiste Étasunien fondé en 1938

Perspective communiste
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Perspective communiste
Nicolas Maury
[Fr] Perspective communiste, blog francophone ayant pour vocation le partage d’informations nationales et internationales. De proposer des analyses marxistes de l’actualité et du débat d’idée. Ainsi que de parler de l’actualité du Parti Communiste Français et du Mouvement des Jeunes Communistes de France.

[Cat] Perspectiva comunista, bloc francòfon dedicat a compartir informació nacional i internacional. Oferir anàlisis marxistes d’actualitat i debat d’idees. A més de parlar de les notícies del Partit Comunista Francès i del Moviment de Joves Comunistes de França.

[Esp] Perspectiva comunista, blog francófono dedicado a compartir información nacional e internacional. Ofrecer análisis marxistas de los asuntos actuales y el debate de ideas. Además de hablar sobre las noticias del Partido Comunista Francés y el Movimiento de Jóvenes Comunistas de Francia.

[Eng] Communist perspective, French-speaking blog dedicated to sharing national and international informations. To offer Marxist analyzes of current affairs and the debate of ideas. As well as talking about the news of the French Communist Party and the Movement of Young Communists of France.

[All] Kommunistische Perspektive, französischsprachiger Blog zum Austausch nationaler und internationaler Informationen. Marxistische Analysen der aktuellen Angelegenheiten und der Debatte über Ideen anbieten. Sowie über die Nachrichten der Kommunistischen Partei Frankreichs und die Bewegung der jungen Kommunisten Frankreichs.

[RUS] Коммунистическая перспектива, франкоязычный блог, посвященный обмену национальной и международной информацией. Предложить марксистские анализы текущих дел и дебаты идей. А также говорить о новостях французской коммунистической партии и движения молодых коммунистов Франции.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile