Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Révolution bolivarienne et socialisme en Amérique Latine

Lundi 31 Décembre 2007

Le Commandant Juan Leonel (commandant des FARC-EP) démonte les calomnies, il parle de la guerre et de l’idéologie des FARC lors d'une interview du 7 décembre à Ana Catarina Almeida (journaliste portugaise)


Les FARC-EP et la Colombie
Ana Catarina - Le débat sur la question de l'échange humanitaire de prisonniers en Colombie est un sujet très actuel en Europe depuis laquelle le président Sarkozy a obtenu qu’Alvaro Uribe libère al commandant Rodrigo Granda. Comment voit-il l’échange humanitaire ?

Commandant Juan Leonel - Nous faisons face à la question sous une perspective optimiste, mais un royaliste. Optimiste parce que la participation de Sarkozy dans la libération de Rodrigo Granda a ouvert une porte pour que d’autres pays, d’autres organisations et d’autres personnalités soutiennent l’échange humanitaire. L’appui du président Chávez a imprimé une nouvelle dynamique. Nous avons déjà obtenu l’appui de Lula au Brésil, d’Evo Morales en Bolivie, de Rafaël il Corroie en Équateur, de Daniel Gélinotte au Nicaragua, et l’appui, très positif, des autre pays non alignés et d’organisations qui, de manières différentes, donnent leur appui à l’échange. C’est pourquoi nous sommes optimistes. Mais, au temps lui-même, nous devons être réalistes. Dans ses deux mandats, Uribe a systématiquement refusé d’ouvrir des canaux pour un dialogue sur l’échange. Au lieu de cela il a brûlé ce qui en ce sens avait été précédemment fait par différentes personnalités, par l’Église Catholique, Carlos Lozano, et pays amicaux comme la France, l’Espagne et la Suisse. Nous il préoccupe qu’à un moment comme cet Uribe il ait extradé aux USA à notre compagnon Iván Vargas.

Les FARC-EP et la Colombie
Ana Catarina - Quel est le rôle joué par le sénateur Piété Cordoue ?

Juan Leonel
- Piété Cordoue a accompli un rôle très important. Uribe a essayé de faire avec elle la même chose qu’il a fait avant avec d’autres fournisseurs. Il leur a donné le feu vert, mais à peine pour qu’ils ne puissent rien faire . Piété Cordoue a eu l’idée intelligente de contacter au président Hugo Chávez, qui l’a été ce qui a fait possible que la question de l’échange humanitaire sorte des frontières de la Colombie. Son attitude a été très courageuse. Elle a même décidé d’être disloquée envers les Etats-Unis pour été là avec nos camarades Sonia et Simón Trinité, emprisonnés dans presidios de l’Empire. Cette initiative digne a reçu l’appui de beaucoup de personnalités politiques et de différentes organisations en Colombie et dans l’extérieur. Il a contribué à la renaissance de l’espoir dans des prisonniers des deux parties.

Ana Catarina - D’être résolu ce problème, quelle serait la perspective du FARC ?

Juan Leonel - nous Pensons que, si nous parvenons à obtenir l’appui national et international de vastes secteurs sociaux et politiques, il sera possible de concrétiser l’échange humanitaire. Et cela est très important parce qu’il pourrait rendre viable une solution politique du conflit armé que la Colombie vit il y a 60 ans.

Ana Catarina - les forces armées colombiennes, avec plus de 300.000 militaires, sont les plus nombreuses et bien équipées de l’Amérique latine. Le Haut Commando divulgue des statistiques selon lesquelles le FARC sont pratiquement détruit. Quel bilan faites-elles du Plan appelé Patriota ?

Juan Leonel -
en 1999 à nous travaillions pour la solution politique avec le président Andres Pastrana. La perspective était d’arriver à un accord qui disposait l’appui de la majorité du peuple colombien, de secteurs de l’État et de bonne partie de la Communauté internationale appelée. Les Etats-Unis voyaient avec beaucoup de préoccupation cette solution et, sans consulter au Parlement colombien et aux partis politiques, Washington il a élaboré le Plan Colombie. Ce Plan s’opposait à à ce qu’on examinait. Le Plan Colombie était un plan pour la guerre. Son coût a été évalué 7 milliards de dollars, une partie dont il était financé par les Etats-Unis, et une autre par le peuple colombien et les pays européennes. Initialement, comme prétexte, ils ont inventé la nécessité du combat au trafic de drogues, mais en réalité il a été conçu comme contre insurrectionnel. De ce plan plus tard naîtraient le Plan Patriota, le Plan Consolidation et autres plans plus petits. L’objectif de de tous était l’anéantissement total du FARC. La pratique a démontré que l’effet a été contraire à à celui conçu. Après avoir dépensé tout cet argent et avoir renversé le sang de de tant de colombiens, des soldats, guérillas et paysans, après tout cela le gouvernement ne peut pas présenter un triomphe militaire sur la guérilla. Il n’a obtenu abaisser ou capturer à aucun membre du Secrétariat du FARC. Il n’a pas obtenu capturer des guérillas en masse et n’est pas parvenu à réduire la capacité combative de farc-l’Armée du Peuple. Ont lieu actuellement 4 ou 5 combats quotidiens dans différents départements où l’armée souffre des défaites consécutives. Pour cela même tout petit succès de d’eux est agrandi dans la presse nationale et internationale. Le bilan que nous faisons aujourd’hui révèle une plus grande présence et un prestige de la guérilla à l’étranger. Essai de de cela est l’intervention du Président Chávez en défense de l’échange humanitaire.

- Ana Catarina - le FARC sont défini comme organisation politique. Qu’est-ce que signifie cela ?

Juan Leonel - les FARC ont une histoire dont le début nous pouvons situer durant l’année 1948, quand l’État a assassiné Jorge Eliecer Gaitán, et, jusqu’à 1953, il a ensuite assassiné approximativement 300.000 colombiens. Ce massacre a indigné à des gens communs et a contribué de manière décisive à ce que beaucoup de personnes, sans une idéologie définie, prennent les armes pour être défendues. Nous arrivons postérieurement à des accords, appelés de pacification. Mais, dans la pratique, les compromis assumés par le pouvoir n’ont pas été accomplis, et des centaines de guérillas ont été assassinées pour avoir fait face avant à l’establishment. Quand a triomphé la Révolution cubaine en 1959, l’Empire a ordonné à l’État colombien qui liquéfierait toutes les forces qui le combattaient avec les armes. En 1964 l’armée a attaqué Marquetália, le Canard, la Rivière Chiquito et Guayabero, en obligeant plus une fois aux paysans à recourir aux armes. Mais comme dans la mémoire étaient restée les expériences de du 48 et du 55, a été prise la décision de créer une organisation politique : les Forces Armées Révolutionnaires de la Colombie. Question Qu’est-ce que signifie cela ? Donc que nous optons pour un combat prolongé pour la prise del pouvoir, dans le quel la lutte armée joue, entre d’autres formes de lutte, un important rôle. - Nous sommes une organisation politique. Par fidélité à nos idéals nous combattons par les intérêts de tout le peuple colombien, pour l’émancipation sociale et économique des masses oprimidas, par la justice, l’égalité et la liberté. Le FARC sont assumé idéologiquement comme marxistes-leninistes ; ils combattent par un changement social profond, et par l’intégration de l’Amérique latine.

Ana Catarina - le FARC comptent beaucoup de femmes dans ses files. Quel est le rôle de la femme partisane dans la lutte du FARC ?

Juan Leonel -
Dans le FARC la femme a le même rôle que toute guérilla. Combat, l’étudie, et a même droit de monter dans la hiérarchie du commando : carré, guérilla, compagnie, colonne, Été Plus grand Avant et État Plus grand Central. Il n’a pas d’obligations domestiques envers les compagnons. Son rôle n’est pas de cuisiner et de laver, mais combattre. L’égalité est totale. Il y a approximativement 20 ans il y avait peu de présence de femmes dans la guérilla, entre 5 et 10%. Aujourd’hui, 35% des forces partisanes sont des femmes. Ils sont des combattants excellents.

- Ana Catarina - en Europe, le FARC sont présenté Particulièrement comme guérilla terroriste, et ses dirigeants accusés d’être insérés dans le trafic de drogues. Le sujet des kidnappings est très utilisé dans les campagnes contre vous. Et sa manipulation est tellement efficace qu’elle conduit au doute, inclusivement dans des personnes progressistes. Qui doit dire à ce sujet ?

Juan Leonel - Dans notre histoire il y a toujours eu des calomnies visant à deligitimer la guérilla. Ils nous ont d’abord appelées bandoleros et assassins. Ensuite, quand il existait le domaine socialiste, l’ambassadeur Louis Stamb nous a appelé narcoguérilla, ce qui a été ensuite utilisé par les moyens de communication. Comme nous ne disposons pratiquement pas de presse, celui-là est l’information qui est diffusée par le monde. Après le 11 septembre sont mises à nous appeler des terroristes. Et ce mensonge, mille fois répétée, a commencé à produire des effets, même entre des amis le nôtre qui croyaient que nous maintenons des relations avec le trafic de drogues. Je vais lvous compter un épisode qui aide à comprendre la fausseté de ces accusations. Le commandant Simón Trinité a été extradé aux Etats-Unis accusé terroriste et narco-trafiquant. Mais les deux jugements auxquels jusqu’à présent ils l’ont soumis ont été annulés. Sur base des accusations contre lui formulées, qui figurent dans la commande d’extradition, les jury n’ont pas pu arriver à un consensus en ce qui concerne la culpabilité de Simón. La justice américaine a souffert un échec estruendoso. Simón Trinité a démontré, de manière simple et courageuse, que tous les arguments de l’accusation formaient un assemblage contre le FARC. Dans ces deux jugements a été démasquée la falacia des gouvernements des Etats-Unis et de la Colombie, parce qu’elles n’ont obtenu donner crédibilité à aucune des accusations terrorisme et trafic de drogues formulés contre Sonia et Simón. Dans le point 10 de la Plate-forme pour un gouvernement reconstruction et réconciliation nationale, le FARC affirment que le trafic de drogues est un problème social ce pourquoi la solution devra être politique et non militaire. Le FARC ont présenté à 28 pays amicaux et le gouvernement colombien une proposition pour l’implantation d’un Plan de substitution de cultures. Mais ce plan n’a été assumé ni par la Communauté internationale ni par le gouvernement colombien. Le trafic de drogues est l’antithèse de tout mouvement révolutionnaire étant un moyen d’enrichissement rapide et illicite. Ce qui est révolutionnaires défendent la distribution de la richesse.

- Ana Catarina - Et quant aux kidnappings ?

Juan Leonel
- les FARC, par principe, condamnent les kidnappings comme façon de rendre politique. Cela figure dans nos documents. Pendant ce temps, se sont produits des événements qui, manipulés par la communication et par nos ennemis, ont contribué à ce que beaucoup de gens voient en nous des pirates professionnels. Nous faisons ce qui est à notre portée pour reconstituer la vérité. D’abord je veux rappeler que le FARC ont capturé des militaires en combat, ou policiers, ou membres des services d’intelligence. Jusqu’à 1997 ces militaires capturés étaient livrés par nous aux prêtres des populations, les présidents des mairies, ou à la Croix Rouge Internationale. Quand ils étaient des blessés, ils étaient traités, et seulement ensuite étaient livrés. Qui se produisait ? Les militaires étaient jugés par trahison et désobéissance par le pouvoir. En 1996 nous capturons 60 militaires et 10 policiers. Tous ont été livrés à des représentants de la Communauté internationale, de la Croix Rouge et à des personnalités nationales et internationales. En convenant ainsi, nous prétendions montrer au monde qu’en Colombie il existait un conflit social, politique et armé, conflit qui n’était pas reconnu par le gouvernement. Nous ne demandions absolument rien à changement. En les livrant dès que nous prétendions attirer l’attention de la Communauté internationale. Le gouvernement d’Ernesto Samper a retardé neuf mois en accepter de recevoir aux prisonniers de guerre et a entamé une campagne en affirmant qu’il s’agissait de militaires kidnappés, quand en réalité ils avaient été capturés en combat. Il s’est menti au monde et au pays en disant qu’ils avaient été enterrés jusqu’au col et torturés. Ces calomnies ont été seulement révélées quand les 70 militaires et les policiers emprisonnés ont été livrés finalement à la Croix Rouge dans la commune de Carthagène du Chairá. Mais à l’étranger, l’idée qu’ils avaient été kidnappés a été enregistrée dans l’esprit de beaucoup de personnes. Pendant les années de de 1997,.98 et 99 ont été capturés en combat par le FARC 500 militaires et policiers. Nous avons alors proposé un accord d’échange de prisonniers. Nous livrerions ces 500 prisonniers, et le gouvernement libérerait à toutes les guérillas emprisonnées dans ses prisons, quelque 450 ou 500. Nous ne demandions pas de l’argent. Nous demandions uniquement un échange de prisonniers. Le gouvernement de Andres Pastrana a alors refusé systématiquement d’accepter l’échange humanitaire. En 2000 la situation a changé. Un échange a été possible. Inégal. Nous libérons 43 prisonniers et à changement le gouvernement a à peine libéré à 14 guérillas. Mais on a fait clair qu’il était possible de retourner moins cruel la guerre. Postérieurement, le FARC, en geste unilatéral, ont libéré 350 soldats et policiers dans une démonstration de bonne volonté. Dans notre pouvoir ils sont restés seulement les fonctionnaires et les sous-officiers. La réponse du gouvernement a été une campagne de diffamation : il a affirmé que le FARC avaient libéré à à 350 kidnappés, et il a exigé qu’ils libèrent tous les autres encore dans leur pouvoir. Les moyens de communication se référaient toujours aux militaires emprisonnés comme kidnappés. Qu’est-ce que signifie cela ? Si nous sommes ceux que nous capturons, les soldats sont kidnappés ; s’ils sont ceux qu’ils capturent, les guérillas sont des terroristes. Seconde question. Devant l’impossibilité de concrétiser un accord, le FARC sont mis à prendre pour otages des politiciens : sénateurs, députés et une candidat à la présidence, Ingrid Betancourt. L’objectif était d’exercer une pression en vue d’un nouvel échange humanitaire. Cette situation n’est pas inconnue. Nous avons un précédent au Nicaragua pendant la lutte contre Somoza. Mais l’État colombien oublie à ses gens propres, et laisse que les prisonniers capturés restent dans la montagne pendant des années. Pendant ce temps il développe des campagnes calomnieuses, qui insistent sur le fait que les prisonniers ont été kidnappés, quand en réalité il s’est agi de otages. Aujourd’hui, comme hier, nous ne demandons pas de l’argent, mais à peine un échange de otages par des prisonniers révolutionnaires, comme il arrive dans toute guerre. Mais la cruauté ne s’arrête pas là. Le gouvernement d’Álvaro Uribe a ordonné qu’ils soient localisés et assassinent les otages attentivement. Cela s’est déjà produit avec 11 députés du département de Vallée qui étaient en pouvoir du FARC.

Le 18 juin un commando de troupes spéciales a localisé et a assassiné à ces députés dans le but d’accuser au FARC. Le même ordre a été émis en ce qui concerne d’autres otages, y compris à trois citoyens des Etats-Unis et à membres de la CIA, qui ont été capturé dans un avion abaissé par le FARC. En troisième lieu, je crée utile rappeler que depuis le gouvernement de César Gaviria l’État a établi l’appelé impôt de guerre. Il s’agit d’un impôt basé non le financement de la guerre mais sur le meurtre de mille dirigeants et politiciens de gauche, de syndicalistes, représentants du Pouvoir local, coopérateurs et paysans. Le FARC ont alors promulgué la Loi 002, à l’abri dont les citoyens qui obtient des profits supérieurs à à un million de dollars doivent payer un impôt de de 10% à la guérilla. La majorité le paye, mais certains, pressés par des militaires, au lieu de payer, organisent des groupes de paramilitaires pour de combattre à de l’insurgé et le tuer campagnards. Ces millionnaires faibles sont arrêtés et sont obligés de payer l’impôt rechargé et une amende. Il est évident que cette situation déplaît beaucoup à la bourgeoisie qui promeut contre le FARC des campagnes de diffamation au niveau international, qui affirme que le FARC sont consacré au kidnapping et le trafic de drogues. Fréquemment ils garantissent dans les 3000 les nombres de de kidnappés. Quelques auteurs parlent de de 6000. Imagine-t-il les moyens humains qui seraient nécessaires pour maintenir 6000 prisonniers dans les montagnes ? Il ne resterait personne pour combattre... En fin, je remercie pour sa question, parce que sa réponse permet de démonter les campagnes qui ont présenté au FARC dans le monde comme un côté de pirates de de civils.

Ana Catarina - en Suivant ce qu’il a dit sur la Loi 002, j’aimerais qu’il approfondisse dans la question du financement du FARC.

Juan Leonel - l’impôt sur les grandes fortunes fait à peine une partie des ressources dont le FARC ont besoin. Le plus important est l’autoproduction alimentaire. Tous les fronts partisans - ils sont 60 - doivent avoir des secteurs cultivés avec yucca, banane, riz, millo, taro, pomme de terre, etc., et, outre cela, élever des porcsS et bovins et des oiseaux pour garantir l’alimentation des guérillas, et inclusivement, de quelques paysans. Mais il y a encore d’autres sources, comme investissements et affaires liées à l’approvisionnement de la guérilla.

Ana Catarina - je Remercie pour son amabilité et d’avoir disposé de son temps pour cette entrevue. Aimerait-il laisser un certain message au peuple portugais ?

Juan Leonel - Oui. Je profite de l’occasion d’envoyer des salutations révolutionnaires à ce qui est portugais. À l’heure actuelle il existe une intervention militaire non déclarée en Colombie, par les Etats-Unis. Mille quatre cent fonctionnaires de l’armée des Etats-Unis dirigent, en Colombie, des opérations militaires cachées contre le FARC. La solidarité avec le peuple colombien, à travers la dénonciation de cette intervention, est une nécessité urgente. Par son intervalle, compagnon, je dirige une salutation bolivariano, communiste et fraternelle à tous les camarades portugais.

Nicolas Maury (source http://www.farcep.org)
Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Les publications sur ce blog n'engagent pas la responsabilité de la section de Vaulx-en-Velin du PCF, mais uniquement de son auteur.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Les publicacions en aquest bloc no comprometen la responsabilitat de la secció de Vaulx-en-Velin, però només el seu autor.

Rubriques

Recherche




Classement de sites - Inscrivez le vôtre!


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile