Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 


L'Orient rouge : Chine, Viêt Nam et Asie du Sud-Est

Le Parti communiste de Birmanie a rétabli son Armée populaire de libération. Dans une interview exclusive avec le Morning Star, un représentant du parti explique à KENNY COYLE pourquoi les communistes ont repris la lutte armée contre la junte birmane.

Traduction Nico Maury


Les communistes birmans renouent avec la lutte armée
Après 30 ans de pause, le Parti communiste de Birmanie (CPB) a rétabli son Armée populaire de libération pour lutter contre le régime militaire du Myanmar.

Le retour à la lutte armée se prépare depuis des années. Cependant, le processus a reçu un nouvel élan avec la révolution de printemps, les mobilisations massives à l'intérieur du pays qui ont éclaté après le coup d'État militaire du 1er février de cette année.

Ensuite, l'armée a évincé du gouvernement les partis civils, regroupés autour de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) d'Aung San Suu Kyi.

Alléguant une fraude électorale lors des élections générales de 2020 au Myanmar, le général Min Aung Hlaing a arrêté plusieurs dirigeants politiques civils, dont le président U Win Myint et la conseillère d'État Aung San Su Kyi, et a créé le Conseil d'administration de l'État (SAC).

Les manifestations pacifiques de masse contre le coup d'État, y compris des grèves et des manifestations, ont été violemment réprimées par l'armée. De nombreux groupes politiques et ethniques ont depuis créé ou relancé des groupes de résistance armée comme réponse.

Un représentant du Parti communiste a déclaré au Morning Star : « Il est vrai que le Parti communiste de Birmanie a commencé à organiser une force armée. Mais je dois souligner que nos tentatives pour reconstruire l'APL ont commencé bien avant les annonces médiatiques.

« Nous essayons de la rétablir depuis plusieurs années, mais elle a effectivement vu le jour maintenant grâce aux nouvelles possibilités qui ont émergé de la résistance du peuple contre le coup d'État de la junte.

Le porte-parole du Parti communiste déclare : « Dans un pays comme la Birmanie, où l'élite dirigeante à la gâchette facile, a recours aux armes contre des étudiant.e.s non armés sur les campus universitaires, nous avons tiré des leçons de l'histoire. Cela nous a appris à recourir aux armes pour lutter contre des démons entièrement armés. »

Cela ne minimise en aucun cas les luttes de masse pacifiques.

« Nous reconnaissons la valeur héroïque et les sacrifices des personnes qui mènent des luttes non armées. Ces mouvements sont remarquables, et nous les saluons, aussi bien ceux qui sont encore en vie que ceux qui ont donné leur vie », déclare le leader du CPB.

Cependant, il poursuit : « Nous savons très bien que les militaires ont assassiné nombre de nos camarades pour la simple raison qu'ils se sont dressés contre eux. Nous ne pensons pas que les généraux assoiffés de pouvoir, qui sont armés jusqu'aux dents, puissent être renversés par une quelconque forme de lutte en dehors des moyens armés.

Bien que le CPB ne soit pas opposé en principe à l'idée que l'opposition parle aux militaires, il est clair que les négociations ne peuvent à elles seules déloger le noyau du régime militaire.

Certains partisans de l'opposition ont suggéré qu'à un moment donné, le régime devra se retirer et rétablir à contrecœur le statu quo d'avant le coup d'État.

Cependant, les communistes ne se font aucune illusion ni sur la fiabilité de l'armée ni sur sa volonté de compromis.

Comme le CPB l'a clairement indiqué dans une précédente interview du Morning Star, la constitution birmane d'avant le coup d'État est tout à fait inadéquate en tant que cadre pour la démocratie populaire et le progrès social.

Il consacrait des postes privilégiés aux militaires, postes que les militaires ont ensuite utilisés pour évincer les politiciens civils.

« Nous avons nos propres réserves quant à la tenue de pourparlers avec la junte, bien que nous n'ayons pas fermé cette porte.

"Cependant, étant donné notre propre expérience de pourparlers avec les "hauts gradés" militaires dans le passé, nous pouvons dire que les chefs militaires n'ont jamais été sincères ou fiables lors des réunions et l'opposition a toujours dû payer un prix très élevé après chaque ronde de « pourparlers ».

Sur une longue période historique, le CPB a conclu que l'idée d'un compromis permanent entre la junte et les forces démocratiques est une illusion.

« Nous disons que Min Aung Hlaing et d'autres généraux ont recouru à leurs vieilles ruses, qu'ils connaissent très bien depuis 1958 et 1962 », les années issues du coup d'État du précédent dictateur militaire Ne Win.

« Tout ce qui a suivi le coup d'État du 1er février ne fait que répéter l'histoire », a déclaré le chef du CPB.

"Nous, qui avons eu affaire à des dictateurs militaires pendant des décennies dans ce pays, pensons qu'un véritable changement dans le groupe au pouvoir en Birmanie ne peut se faire que par les armes", insiste le représentant du parti.

La nature harcelée des forces anti-militaires est une grave faiblesse, de l'avis du CPB, tout comme la confiance dans des solutions qui ne reposent pas sur la force de la masse du peuple du Myanmar, que ce soit en courtisant l'influence étrangère ou les élites locales.

« Notre révolution armée n'a pas encore atteint son but. Mais ce n'est pas parce que la loi universelle selon laquelle « la rébellion contre les dictatures militaires est juste », n'est pas vraie ou a des exceptions.

« Le défaut le plus visible a été l'incapacité des forces d'opposition à s'unir. Ils sont habitués à s'appuyer sur d'autres personnes ou forces (tant nationales qu'à l'étranger) pour diverses ressources, y compris financières bien sûr. En termes très simples, les différences d'intérêt créent des différences de points de vue et d'objectifs.

En raison de leur manque de légitimité populaire et de leur chauvinisme ethnique birman, les régimes militaires successifs ont été incapables d'unir ce pays multiethnique, même sous la menace des armes.

Au fil des ans, de nombreuses organisations armées, voire des armées étatiques de facto, sont apparues dans les régions du Myanmar. Certaines de ces milices régionales et ethniques ont historiquement coopéré avec le CPB.

Cependant, le porte-parole du parti insiste sur le fait qu'à ce stade précoce, il est trop tôt pour parler d'alliances formelles, bien que cette étape puisse éventuellement arriver.

« L'APL n'a encore formé de coalition ou de coordination officielle avec un groupe de résistance armée existant. Cependant, nous n'avons jamais exclu des efforts conjoints avec les forces de résistance.

Le CPB a commencé sa lutte armée en 1948 et cela a continué jusqu'en 1989, lorsqu'une crise politique et militaire a conduit à l'effondrement dramatique de sa dernière zone de base dans le nord-est du Myanmar.

Aujourd'hui, le parti reconnaît qu'à la fin des années 1960, le CPB a mécaniquement importé non seulement les idées dogmatiques mais aussi les pratiques de la révolution culturelle chinoise dans ses rangs, y compris la persécution des cadres dirigeants, causant d'énormes dommages.

Néanmoins, bien qu'il ne soit en aucun cas le seul point de référence, le CPB continue de tenir en haute estime les stratégies militaires et politiques développées par Mao Zedong en Chine.

A titre d'illustration, justifiant le retour à la lutte armée, le porte-parole du CPB note dans une référence ironique à une citation célèbre de Mao : « Nous croyons fermement que l'armée a confirmé, encore et encore, la leçon que le pouvoir est au bout du fusil. Pourquoi ne devrions-nous pas saisir la même vérité qu'eux ?"

Néanmoins, fournir aux jeunes membres du parti et aux combattants de l'APL une éducation et une conscience politiques plutôt que de simples citations ou une formation militaire est considéré comme une tâche urgente, mais qui présente des défis considérables.

« Les cadres de l'APL sont formés au marxisme-léninisme de base et à la pensée de Mao Zedong ainsi qu'aux expériences révolutionnaires de tous les mouvements marxistes.

«Cependant, il n'y a eu qu'une très courte période depuis la formation de l'APL, et donc l'éducation politique dans les rangs a encore besoin de temps et de l'opportunité de l'appliquer dans la pratique. Comme vous pouvez l'imaginer, la capacité de chaque cadre individuel à saisir pleinement ces théories diffère de l'un à l'autre », concède le porte-parole du parti.

Il est beaucoup trop tôt pour juger si l'APL renaissante deviendra une force militaire importante dans la lutte contre la junte. Cependant, le fait que la réponse communiste à la junte militaire ne repose ni sur des idéologies libérales pro-occidentales ni sur des idéologies nationalistes ethniques ouvre la possibilité d'une issue très différente de la crise actuelle au Myanmar.

The Morning Star

Perspective communiste
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Perspective communiste
Nicolas Maury
[Fr] Perspective communiste, blog francophone ayant pour vocation le partage d’informations nationales et internationales. De proposer des analyses marxistes de l’actualité et du débat d’idée. Ainsi que de parler de l’actualité du Parti Communiste Français et du Mouvement des Jeunes Communistes de France.

[Cat] Perspectiva comunista, bloc francòfon dedicat a compartir informació nacional i internacional. Oferir anàlisis marxistes d’actualitat i debat d’idees. A més de parlar de les notícies del Partit Comunista Francès i del Moviment de Joves Comunistes de França.

[Esp] Perspectiva comunista, blog francófono dedicado a compartir información nacional e internacional. Ofrecer análisis marxistas de los asuntos actuales y el debate de ideas. Además de hablar sobre las noticias del Partido Comunista Francés y el Movimiento de Jóvenes Comunistas de Francia.

[Eng] Communist perspective, French-speaking blog dedicated to sharing national and international informations. To offer Marxist analyzes of current affairs and the debate of ideas. As well as talking about the news of the French Communist Party and the Movement of Young Communists of France.

[All] Kommunistische Perspektive, französischsprachiger Blog zum Austausch nationaler und internationaler Informationen. Marxistische Analysen der aktuellen Angelegenheiten und der Debatte über Ideen anbieten. Sowie über die Nachrichten der Kommunistischen Partei Frankreichs und die Bewegung der jungen Kommunisten Frankreichs.

[RUS] Коммунистическая перспектива, франкоязычный блог, посвященный обмену национальной и международной информацией. Предложить марксистские анализы текущих дел и дебаты идей. А также говорить о новостях французской коммунистической партии и движения молодых коммунистов Франции.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile