Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Marxisme-Léninisme et idéologies politiques

Lucien Sève avait l'honneur d'être interrogé par L'Humanité « OUI, LE COMMUNISME VIENT À MATURITÉ OBJECTIVE » et dans le cadre de sa tétralogie « Penser avec Marx aujourd’hui » qui devrait être finie pour 2019. Lucien Sève, grand penseur et philosophe nous expose une approche révisionniste et le tout noyé dans une autophobie communiste. Analyse


Lucien Sève, de l'antimarxisme à l'autophobie communiste
Lucien Sève n'est plus un penseur marxiste et il assume cette revendication. Il se qualifie de « marxien ». Se disent « marxiens » celles et ceux qui n'adhèrent pas au marxisme, mais qui se réclament de la méthode de Marx, une méthode qui permet de comprendre ce qui est au cœur du capitalisme, rejetant l'aspect politique et militant.

Pour Lucien Sève, cette approche idéologique s'est construite par le rejet du modèle politique socialiste (que les refondateurs/révisionnistes nomment « étapiste ») et des analyses construites autour du processus enclenché par la Révolution socialiste d'octobre 1917. Un processus qui remonte à 1984, lorsqu'il signe une tribune assez célèbre au PCF, le « Manifeste de la refondation ».

Pour revenir à l'interview dans l'Humanité du 9 novembre 2018, Lucien Sève est assez fidèle aux idées qu'il porte :

1- Une profonde autophobie et une peur irrationnelle du socialisme

Dès la première question, plutôt qu'apporte sa vision « marxienne » du communisme Lucien Sève passe son temps à s'opposer à l'Union soviétique, Staline, Polpot … et aux modèles issues des révolutions du Xxème siècle.

Pourquoi ? Une crainte, celle du Livre noir du communisme, un ouvrage collectif très décrié et surtout largement dépassé tant la fantaisie anticommuniste a largement dépassée l'étude historique des faits.

Tout tourne autour de ces modèles du Xxème siècle et le rejet est absolu tant le « stalinisme » caractérise ce dernier.

2- Un révisionniste et un illusionniste de la révolution

Les « marxien.ne.s » ne sont pas des politiques, elles/ils rejettent l'apport politique du socialisme scientifique. C'est pour cela que Lucien Sève va s'enfoncer dans une dangereuse illusion, celle du « communisme déjà présent».

Avec cette affirmation « Oui, le communisme vient à maturité objective », Lucien Sève s’appuie sur l'affirmation de Karl Marx et Friedrich Engels « Nous appelons communisme le mouvement réel qui abolit l'état actuel des choses. » (L'idéologie Allemande - 1845) qui veut que le communisme se construise sur les fondations de la société capitaliste et qu'il gagne par une construction permanente.

Mais cette affirmation qui représentait une analyse et une perspective politique a un temps donnée est largement dépassée, par Karl Marx lui-même, mais aussi par les faits historiques et la réalité de la lutte des classes, du rapport de force et de l'évolution de la conscience de classe. On se rend vite compte que le communisme ne peut être un mouvement.

Friedrich Engels lui même démontre que le communisme résulte d'un processus précédé par ce qu'il décrit dans l'Anti-Dühring (1878) : « Avec la prise de possession des moyens de production par la société, la production marchande est éliminée, et par suite, la domination du produit sur le producteur. L'anarchie à l'intérieur de la production sociale est remplacée par l'organisation planifiée consciente. La lutte pour l'existence individuelle cesse. Par là, pour la première fois, l'homme se sépare, dans un certain sens, définitivement du règne animal, passe de conditions animales d'existence à des conditions réellement humaines. Le cercle des conditions de vie entourant l'homme, qui jusqu'ici dominait l'homme, passe maintenant sous la domination et le contrôle des hommes qui, pour la première fois, deviennent des maîtres réels et conscients de la nature, parce que et en tant que maîtres de leur propre vie en société. » C'est à ce moment là que l'on peut parler de socialisme comme « cet acte libérateur du monde, voilà la mission historique du prolétariat moderne. En approfondir les conditions historiques et par là, la nature même, et ainsi donner à la classe qui a mission d'agir, classe aujourd'hui opprimée, la conscience des conditions et de la nature de sa propre action, voilà la tâche du socialisme scientifique, expression théorique du mouvement prolétarien. »

3- Le postcapitalisme

Pour Lucien Sève, face aux dangers du monde capitaliste et aux drames qui s'annoncent affirme l'urgence de « rendre hégémonique la visée postcapitaliste » et affirme que « le communisme vient à maturité objective ».

Jamais la conscience de classe n'a été si base dans le prolétariat, jamais la lutte des classe n'a été si féroce contre le prolétariat et il faudrait nous faire croire que « le communisme vient à maturité objective » et qu'il est temps de « changer complètement de braquet dans la lutte des idées. »

Je ne sais pas où était Lucien Sève ces dernières années, mais tout les indicateurs ne sont pas réuni pour que la conscience de classe (ce qu'il noie sous le terme « lutte des idées ») progresse dans le prolétariat. Le post-modernisme triomphe et s'impose comme un référentiel idéologique, notamment à gauche.

L'urgence est à retrouver un logiciel marxiste, qui allie analyse les contradictions du capitalisme, les rapports de production et qui soit en capacité de développer une orientation politique , une organisation politique et un objectif politique.

Le pire dans sa projection post-capitaliste c'est l'analyse (maigrelette) qu'il apporte dans l’émancipation des femmes. Depuis Friedrich Engels (L'origine de la famille, de la propriété privée et de l'Etat - 1884) on sait que le communisme ne sera pas une réalité concrète tant que les femmes seront enchaînées au système patriarcal et aux oppressions qui en découle.

Faire croire que le « communisme vient à maturité objective » est un non sens, tout comme développer l'idée, avec « les communs », que Karl Marx décrit comme « une conception imaginaire de la communauté qui fait de tous les individus, des travailleurs soumis à la domination du capital collectif et tous égaux dans la pauvreté partagée », ferait croire que le communisme serait déjà là. Illusion dangereuse.

4- l'antiléninisme

Bon depuis 1984 Lucien Sève est un refondateur (liquidateur) et aujourd'hui il reste inscrit dans le rejet du modèle léniniste du Parti.

Ce modèle original qui permet la conquête du pouvoir par le prolétariat et pour le prolétariat. Mais pour Lucien Sève, la prise du pouvoir révolutionnaire ne peut conduire qu'au stalinisme, il faut donc opter pour une horizontalité responsable. Soit en terme marxien à « une révolution d’aujourd’hui, non plus mythique conquête du pouvoir pour émanciper la société par voie étatique, ce qui a conduit au stalinisme, mais intense et constante bataille d’idées et d’initiatives pratiques pour rendre hégémonique l’exigence de réformes révolutionnaires changeant le rapport des forces jusqu’à rendre possibles les plus ambitieuses transformations. »

Plus besoin de conscientiser le prolétariat, plus besoin d'un parti communiste d'avant garde, plus besoin de révolution. Des groupes d'idées, des réseaux d'idées, horizontaux (donc anti-staliniens) peuvent enclencher le changement de société et le capitalisme se laissera faire.

Plus besoin de socialisme, cette étape « nocive » (qu'il avait dénoncé lorsque le MJCF faisait le choix du socialisme du XXIème siècle lors de son congrès en 2010) et qu'il dénonçait ces agents du stalinisme « gravement coupables d'avoir mis dans la tête des jeunes communistes d’aujourd’hui cette idée historiquement indéfendable ». Lucien Sève continue de jouer son rôle d'arrière garde et s'inscrit dans le désarmement idéologique du prolétariat et du Parti communiste.

Le post-modernisme doit beaucoup à ces gens là.

Pour lire l'interview de Lucien Sève

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Les publications sur ce blog n'engagent pas la responsabilité de la section de Vaulx-en-Velin du PCF, mais uniquement de son auteur.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Les publicacions en aquest bloc no comprometen la responsabilitat de la secció de Vaulx-en-Velin, però només el seu autor.

Rubriques

Recherche




Classement de sites - Inscrivez le vôtre!


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile