Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Marxisme-Léninisme et idéologies politiques

Dimanche 13 Août 2006

La dictature du prolétariat


Marx Engels et Lenine
Marx Engels et Lenine

I) qu'est ce que la dictature du prolétariat?

La dictature du prolétariat est employé par Karl Marx pour désigner la phase de la société étant selon lui appelée à remplacer les régimes oligarches et capitalistes que Marx qualifiait de "dictatures de la bourgeoisie".
Les courants politiques se revendiquant de l’héritage de Marx considèrent que la dictature du prolétariat serait une phase de transition nécessaire vers une société communiste.

Le terme "dictature" qui choque aujourd'hui fut choisi pour souligner que le capitalisme développe la dictature du profit, la dictature d'une seule classe sociale qui détient tout le pouvoir politique et économique (sous la forme de la démocratie parlementaire ou autre). Pour renverser cette classe, la classe des travailleurs - doit prendre dans un premier temps tout le pouvoir.

De façon concrète, la dictature du prolétariat se présenterait par un pouvoir détenu par l'ensemble des prolétaires, organisés de façon démocratique (avec des conseils, des élus mandatés et révocables, notamment). Le concept est ainsi présenté comme se rapprochant de la démocratie directe.

Il y a toutefois deux spécificités : la dictature du prolétariat nécessite une révolution prolétarienne préalable qui passe par la prise du pouvoir populaire. D'autre part, le pouvoir serait la propriété d'une seule classe sociale, d'où un problème de discrimination.

La Commune de Paris était selon Friedrich Engels la première application de la dictature du prolétariat.

II) URSS et dictature du prolétariat

La constitution de la Russie (future URSS), en 1918, s’est revendiquée comme étant une application pratique de la dictature du prolétariat. Toutefois, ce terme sera enlevé dans la constitution révisée de 1936.
Bien que les plus puissants des partis se réclamant du communisme l'aient longtemps présentée comme leur idéal (l'URSS, par ailleurs, les finançant), de nombreux marxistes ont affirmé que l'URSS n'était ni une dictature du prolétariat, ni un « état socialiste », mais une dictature sur le prolétariat, le terme capitalisme d'État étant également employé.


III) PCF et la dictature du prolétariat


LE 22e Congrès apparaît bien paradoxal avec le recul des ans. Congrès de la rupture avec le stalinisme, il aurait dû être le congrès d’un renouveau de confiance, d’adhésions et d’électeurs. Nous étions alors 700.000 adhérents, annoncions « le million » comme objectif, et nous représentions plus de 20% du corps électoral. Ce rappel suffit : le congrès de l’abandon des principes fondateurs du marxisme (la dictature du prolétariat) fut le prologue de notre déclin et de notre perte de crédibilité.

L’abandon de la dictature du prolétariat, opéré à l’aveugle, nous laissa sans théorie précise de l’Etat (le « capitalisme monopoliste d’Etat » fut très vite, et sans explication, enseveli) et, par conséquent, sans stratégie claire.

L'abondon de ce concept, a été orchestré par le comité central de l'époque. Pierre Juquin (ex PCF) raconte que le CC avait donné ordre a une cellule quelconque de poser la question de l'utilité de la dictature du prolétariat. La chose faite, la mise a mort de ce point théorie a commencé (via des grands philosophes comme Lucien Sève).

Les innovations se sont succédé, chacune recouverte par la suivante qui disparaissait à son tour. On a parlé de « socialisme autogestionnaire » avec conseils d’ateliers, de « crise avant tout nationale », de « pas à pas » vers un « avenir (qui) commence maintenant », de « rassemblement populaire majoritaire », de « nouveaux critères de gestion »... Chacun de ces thèmes, d’abord central, est devenu progressivement marginal.

En fait nous nous sommes trouvés incapables de caractériser la période de transition révolutionnaire (socialisme) et avons masqué cette vacuité sous un gradualisme réformiste teinté d’utopie maximaliste.

Alors OUI je suis favorable a la dictature du prolétariat.

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Les publications sur ce blog n'engagent pas la responsabilité de la section de Vaulx-en-Velin du PCF, mais uniquement de son auteur.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Les publicacions en aquest bloc no comprometen la responsabilitat de la secció de Vaulx-en-Velin, però només el seu autor.

Rubriques

Recherche




Classement de sites - Inscrivez le vôtre!


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile