Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Municipales/Cantonales 2008

Après les grosses pertes que le PC avait enregistrées en 1995 et en 2001, lors des municipales précédentes, il est fort possible que non seulement il conserve la plupart de ses municipalités mais qu'il en gagne ou regagne quelques-unes. On pense notamment à Dieppe, Vierzon, Romilly", analyse Sylvia Zappi, journaliste au "Monde


Municipales : 'Le PC a encore une implantation locale forte'
Alex75 : Est-il envisageable que le PCF progresse pour la première fois depuis 1983 aux municipales ?

Sylvia Zappi : Oui. Après les grosses pertes que le PC avait enregistrées en 1995 et en 2001, lors des municipales précédentes, il est fort possible que non seulement il conserve la plupart de ses municipalités mais qu'il en gagne ou regagne quelques-unes. On pense notamment à Dieppe, Vierzon, Romilly. Contrairement à ce que peut laisser penser le score de 1,9 % de Marie-George Buffet, le PC a encore une implantation locale forte et un potentiel militant non négligeable. C'est un peu vite oublié par certains.

Leshko : Pensez-vous que Le Havre ait des chances de rebasculer communiste ?

Sylvia Zappi : Oui. Un dernier sondage voici huit jours donnait Daniel Paul et Antoine Ruffenacht au coude-à-coude avec 50 % des intentions de vote chacun. Il ne faut pas oublier que Le Havre a été longtemps communiste et reste une ville ouvrière. Que la législative a été remportée par Christian Paul, et que l'implantation des communistes est encore forte sur la ville. Il y a également de la part de la population une vraie déception vis-à-vis du maire UMP, à qui il est reproché d'avoir rénové la ville en misant tout sur le tourisme et le logement privé, et de ne "rien faire" pour les gens modestes. Cela dit, c'est très tangent, et on verra dimanche soir ce qu'il en est du rapport de force du premier tour.

nessundorma : Quelle serait la signification nationale de la perte par le PC au profit du PS, du département de Seine-Saint-Denis ?

Sylvia Zappi : Le conseil général du 93 a effectivement de fortes chances de basculer et d'être pris par Claude Bartolone, député PS du département. Ce dernier a tout fait depuis quelques mois pour l'emporter, et les divisions du PCF l'ont aidé. C'est effectivement un gros point d'appui que les communistes vont perdre. Mais ils s'y sont préparés et s'attendent à le cogérer avec les socialistes. Ils espèrent, pour compenser cette perte, renforcer la communauté de communes Pleine Commune. Celle-ci a été conçue dès le départ comme un contrepouvoir au conseil général en prévision de son basculement au PS.

fafa : Pourquoi soutenez-vous qu'aucun soi-disant "bastion" PC ne peut basculer au PS dans les villes où il y a des primaires au premier tour ? Votre point de vue me paraît décalé par rapport à la réalité, voire orienté... J'habite Vitry-sur-Seine (94), et depuis une dizaine d'années, le rapport de force entre gauche non communiste et PC est de l'ordre de 35 %/20 % (dernières législatives : 33 % aux candidats PS, 18 % aux candidats PC)...

Sylvia Zappi : C'est faux. Pierrefitte risque fort ainsi de basculer et d'être perdue par les communistes. Pour les autres villes, que ce soit dans le 93 ou le 94, le rapport de force semble encore favorable au PCF. Le rapport de force que vous citez, c'est celui des législatives. Les municipales ont un autre contexte. Comme je l'ai dit, on ne peut pas calquer le résultat de Marie-George Buffet à la présidentielle ou celui du PCF aux législatives sur un scrutin local où le poids des élus est infiniment plus prégnant. Les maires communistes ont en général un bilan plutôt apprécié par les électeurs locaux, qui peuvent donner une majorité à Ségolène Royal mais voter communiste aux municipales.

GABIN : En Seine-Saint-Denis, l'objectif prioritaire du PS est d'affaiblir le PC, est-ce bien l'intérêt de la gauche ?

Sylvia Zappi : Claude Bartolone ne s'en est pas caché, il a d'emblée annoncé son objectif de reprendre le conseil général, et Bruno Leroux, le secrétaire national aux élections du PS, avait lui aussi expliqué que les primaires étaient légitimes pour tenir compte du nouvel équilibre électoral. L'un et l'autre n'ont cessé de stigmatiser la "gestion passée" des communistes ou d'afficher la nécessité "de faire entrer le 93 dans le XXIe siècle". Les socialistes locaux sont maintenant chauffés à blanc et entendent bien "écraser" le PCF. Il semble pourtant que les campagnes locales montrent un écho du PCF bien moins négatif que celui présenté par le PS.

dodoch : A votre avis le PS cherche-t-il plus ou moins à faire "exploser" le PC ?

Sylvia Zappi : Exploser n'est pas le bon terme. L'affaiblir et le marginaliser durablement, oui, pour toute une partie du PS. Il y eut longtemps à la direction du PS une génération, comme François Hollande, comme Lionel Jospin, très attachée à l'union de la gauche ou au rassemblement lors des élections. Avec l'arrivée de nouvelles générations ou d'adhérents sans antécédents politiques, cette ligne politique ne relève plus de l'évidence. Et l'affirmation de la volonté d'une hégémonie socialiste est clairement affichée. Les socialistes ont peut-être oublié, pour ces élections, que les communistes ont encore une implantation forte.

nessundorma : Quel est l'intérêt pour le PS d'avoir en face ou à côté de lui, un PC pas trop affaibli, ou même, éventuellement, renforcé ?

Sylvia Zappi : L'intérêt théorique du PS serait effectivement d'avoir un PC pas trop affaibli avec lequel il puisse construire des majorités locales et des alliances nationales. Cela lui éviterait d'aller chercher ailleurs, et notamment au MoDem, comme il l'a fait dans certaines villes comme Dijon. Cela dit, la division de la gauche entre une gauche attirée par le centre et une gauche plus radicale semble désormais installée. Et le PC a du mal à faire le grand écart entre une ligne clairement antilibérale et sa volonté d'alliance avec le PS. La preuve : son silence sur la présence de candidats du MoDem dans un certain nombre de listes socialistes avec lesquelles il s'est allié

Julien : Pensez-vous que dans certaines villes, comme à Lille, les communistes auraient gagné à présenter une liste au premier tour, au lieu de s'afficher d'emblée avec le PS ? Et d'autre part, l'alliance des communistes avec le MoDem comme à Roubaix ne risque-t-elle pas de brouiller leur image auprès des électeurs ?

Sylvia Zappi : Dans les villes où le PCF faisait partie de la majorité, il n'avait aucun intérêt à partir seul. L'enjeu pour lui est aussi d'avoir le maximum d'élus. Cela peut parfois le conduire à avaler quelques couleuvres, notamment, comme vous le soulignez, la présence du MoDem sur les listes de la gauche. C'est le cas, comme vous le dites, à Roubaix, mais aussi Dijon et Grenoble. Cela ne va pas sans protestations en interne. Les refondateurs ont alerté depuis un mois sur la confusion que cela entraîne dans le discours communiste et sur l'image du PCF.

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération des Bouches Rhône (13) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Boques del Roine (13) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile