Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



La France n'est pas aux travailleurs, elle est à 500 familles qui la pillent

Jeudi 7 Août 2008

Pour avoir dénoncé le Mur de Berlin pendant des années, les partisans du capitalisme et de sa pseudo démocratie, nous ont donné des leçons... aujourd'hui ils construisent des murs de ségrégations


Mur de l'apartheid en France
Construite dans le cadre de la « résidentialisation » du quartier, l’enceinte haute de 3 mètres provoque la colère des habitants

« Qu’est-ce qu’on fait ? Des travaux, vous voyez bien. » L’ouvrier ne comprend pas la question qu’on vient de lui poser : « Vous construisez un mur? » Il n’y voit pas même un possible sujet de conversation : « Oui, c’est ça. On construit un mur. » Epais, le mur. D’une hauteur de plus de 3 mètres par endroits, il longe les extrémités de la petite cité de la Fouilleuse à Rueil-Malmaison, dans les Hauts-de-Seine.

Dressé face aux immeubles HLM, cette centaine de mètres de béton gris en construction inquiète les habitants. Le dos contre la porte d’un immeuble aux tons rouges, de grands adolescents fulminent : « Ils veulent nous planquer, ils veulent cacher la misère. » Un plus bavard que les autres montre du doigt un bâtiment de l’autre côté de l’avenue, de l’autre côté du mur : un centre commercial E.Leclerc.

Mur de l'apartheid en France
Il raconte qu’à Noël, il y a des décorations là-bas. Aucune chez eux. Il raconte aussi qu’avec les vigiles du Leclerc, c’est la guerre :

« Ils nous détestent et nous aussi. Ils nous provoquent et même s’ils peuvent pas nous interdire de rentrer, ils s’arrangent pour nous faire sortir. Ils sont là… C’est une milice, les vigiles. Ils veulent nous casser… »

« C’est Leclerc qui veut nous cacher. Pour vendre tranquille aux bourgeois. »

Les autres acquiescent bruyamment et multiplient les anecdotes. Un adulte confirme : au mois de juin une bagarre a opposé un jeune du quartier à un vigile. La construction du mur a commencé quelques semaines après, déclenchant ainsi la rumeur chez les plus jeunes : « C’est Leclerc qui veut nous cacher, genre on est une tache. Pour vendre tranquille aux bourgeois. »

En face, l’enseigne se fait imposante. Installé là depuis une quinzaine d’années, E.Leclerc a racheté une grande partie des terrains l’avoisinant. Des travaux d’extension sont d’ailleurs en cours depuis des semaines. Au service voirie de la mairie, on déplie le plan d’aménagement, et on explique de façon précise et détaillée que le bloc de béton gris n’est pas un mur de séparation.

Un double projet, réfléchi depuis 2004, vise en effet à restructurer l’ensemble du quartier : l’élargissement de l’avenue de la Fouilleuse -liée à l’extension de E.Leclerc-, et la réhabilitation de la cité.

Et la paroi de béton ? La mairie explique qu’il s’agit simplement d’un mur de soutènement, la cité n’étant pas construite au même niveau que l’avenue. On assure qu’il n’a jamais été question de ghettoïser le quartier : « Au contraire, on travaille au désenclavement de ce ghetto. »

Mais comment espérer désenclaver en construisant un tel mur ? La mairie explique que cette cité est la seule qui pose problème dans la ville :

« Le bailleur, France Habitations a décidé de résidentialiser la cité. Il y aura plusieurs petits blocs, avec des grilles sécurisées, des digicodes, des places de parkings. C’est très bien. Là, les gamins préfèrent détériorer l’immeuble voisin plutôt que le leur, et il y a constamment des tensions liées aux places de parking. Avec les résidences, le ghetto, les dégradations, ce sera fini. »

Le projet est mené par la ville et le bailleur dans le cadre du plan global de réhabilitation mené par l’Agence nationale de rénovation urbaine (Anru). Depuis un an et demi, des travaux modifient la physionomie de la cité : un immeuble a été détruit, une grande voie cyclable et piétonne est en chantier, un centre administratif sera construit derrière…

« Résidentialisation », mode d’emploi

On découpe en petits lots des grands espaces pour bien séparer espace public et privé. Les habitants peuvent ainsi s’approprier leur habitat et sont amenés à se responsabiliser (respect des espaces communs).

Les urbanistes alertent sur les dérives sécuritaires dans certaines cités et parlent de « bunkerisation ». En gros, une résidentialisation réussie doit associer protection/sécurité et amélioration réelle de la qualité de vie.

Un mur végétal, un grillage : « Ce sera très classe. »

Le bloc de béton séparant la cité de l’avenue commerçante produit tout de même un drôle d’effet chez qui le regarde. Hostile, moche, imposant. « Mais ça va changer ! On est en travaux là ! », s’agace-t-on au service voirie de la ville. La fin du chantier est prévue pour l’automne. Là, on promet du changement.

Des talus seront placés en contrebas du mur, qui sera entièrement végétalisé. « Ce sera classe », affirme fièrement la mairie. France Habitations va même ajouter un « très beau » grillage au dessus du mur. Toujours dans le même but : « désenclaver, tout en sécurisant ».

Le mur végétal « très classe » et le « beau » grillage ne font pourtant pas l’unanimité dans la cité. Les uns regrettent les arbres qui ont été coupés avant l’engagement des travaux, d’autres ont peur de l’enfermement.

Les locataires des étages inférieurs souffrent d’un vis-à-vis désormais bétonné, et un habitant de la cité « depuis trente ans » jure que « c’était mieux avant ». A ces plaintes plutôt classiques de riverains en colère s’ajoute la même amertume que chez les jeunes. Un quinquagénaire rejette la résidentialisation et pointe la marginalisation du seul quartier difficile d’une ville bourgeoise :

« Il y a une différence nette entre le Rueil du haut et le Rueil du bas. On nous enferme là pour que des kékés jouent tranquillement avec leur bagnoles. C’est hypocrite de dire qu’on veut ouvrir notre quartier. Avec ces résidences, on va le fermer. »

Les architectes chargés du projet, les frères Jade et Sami Tabet, sont spécialisés dans la conception d’opérations de logements sociaux et d’équipements sociaux d’urgence à Paris et en région parisienne. Dans un article paru dans Les annales de la recherche urbaine, Jade Tabet s’interroge sur les objectifs sécuritaires de ces projets de résidentialisation.

Plusieurs projets de ce type sont réalisés depuis les années 90 dans les cités. Les réactions des riverains sont globalement les mêmes : crainte d’être enfermés, scepticisme face aux promesses, méfiance face au mot même de « résidence », connoté rupin.

Les expériences précédentes avaient une lacune : le manque d’information et de concertation avec les habitants. Alors que la mairie estime avoir été suffisamment à l’écoute des habitants, à la Fouilleuse, on parle de « mur de Berlin » ou de « paravent ». Aucun des riverains interrogés n’a été capable d’expliquer à quoi allait servir le mur.

Nicolas Maury
Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Les publications sur ce blog n'engagent pas la responsabilité de la section de Vaulx-en-Velin du PCF, mais uniquement de son auteur.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Les publicacions en aquest bloc no comprometen la responsabilitat de la secció de Vaulx-en-Velin, però només el seu autor.

Rubriques

Recherche




Classement de sites - Inscrivez le vôtre!


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile