Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Présidentielles 2012 : Jean Luc Mélenchon Front de Gauche

Après les interventions de Clémentine Autain (Fase) et Pierre Laurent (PCF), Jean-Luc Mélenchon a axé son discours sur la sortie de crise par la gauche et a lancé un appel aux salariés


« Notre colère porte un nom : l’Humain d’abord »
Le rassemblement populaire de Marseille était la troisième étape des marches pour la VIe République. Les caractéristiques de la cité phocéenne ont coloré l’intervention d’un message de « paix entre les deux rives de la Méditerranée » (lire page 2).
Mais Jean-Luc Mélenchon a souhaité poursuivre son message en direction du monde du travail, dont l’implication dans la campagne du Front de gauche est la bonne surprise. « Cela se sent, nous écrivons une nouvelle page de l’histoire de la gauche et nous sommes la renaissance de cette gauche », a-t-il lancé.

La priorité est affichée : « Nous avons besoin de la défaite de la droite extrême pour les futures victoires de notre peuple. Nous devons expédier à terre le pouvoir de la droite. »

« Nous sommes la gauche qui porte ses rêves assez haut pour qu’il en reste toujours quelque chose »

Alors que la crise sévit, « nous ne sommes pas une addition de colères, nous savons où nous allons : nous allons prendre le pouvoir par le peuple » au sein d’une VIe République sociale dans laquelle les salariés seraient aussi citoyens sur leur lieu de travail. Motif : « La peur commence au travail. Je pense à ces 564 morts au travail par an dont on ne parle jamais ! » Aujourd’hui, « le travail est étranglé par la chaîne de la finance et défiguré par la main de l’argent. Ils nous précipitent dans une impasse. S’il y a une sortie, c’est nous ! »

« L’Humain d’abord ! » entend donner de nouveaux droits aux salariés. « Nous sommes le seul programme à le proposer (…). Dans les entreprises, nous défendons la citoyenneté des travailleurs. La VIe République mettra fin à la monarchie du patronat. Ce collectif humain des travailleurs est la plus grande des ressources. »

Les mots sont forts mais parlent à la foule. « La classe ouvrière est celle de l’intérêt général et patriotique et il faut lui donner ces droits nouveaux » : « Veto des représentants du personnel sur les licenciements collectifs, droit de préemption des salariés en cas de cession et continuité du statut du salarié pour permettre une sécurité sociale professionnelle. » De plus, « la classe ouvrière est la première classe écologique du pays car la plus exposée au danger ». Tout en précisant que « notre discours parle à toute la société », au-delà des catégories ouvrières.

Dans son allocution, il a prôné la convergence entre le politique et le mouvement social. « Toutes nos conquêtes sociales sont venues de la lutte et de la loi » en citant 1936, 1968 et 1981. A ce propos, il a annoncé aux forces syndicales que le Front de gauche était « disponible pour participer aux défilés du 1er mai. Nous mettrons un point d’honneur à suivre les bannières des syndicats. »

Mais il a également appelé à la vigilance, quel que soit le résultat du 6 mai. « Dès le 7 mai, la finance attaquera la France. Si je suis appelé à occuper des responsabilités, j’organiserai la lutte implacable pour rendre tous les coups. Nous ne sommes pas des moutons, la France ne cèdera pas ! Ne baissez pas les yeux », s’est-il exclamé.

En augurant en conclusion, selon les mots de Ferrat, que le « printemps » dont rêve la gauche soit un « printemps ininterrompu ».

Avant l’intervention du candidat du Front de gauche, Clémentine Autain de la Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase), a ouvert le meeting. Elle a appelé la foule à se saisir du bulletin Front de gauche pour, en même temps, « chasser Sarkozy, mettre une claque à Marine Le Pen et voter pour une gauche digne de ce nom. » Critique sur le positionnement du candidat Hollande, la co-directrice du mensuel Regards s’est écriée : « Cette droite mérite une bonne gauche ! (…) Nous, nous sommes candidats à rendre possible le souhaitable ! »

« Le vote utile nous casse les urnes ! Le vote de conviction c’est le plus utile à nos vies et à nos luttes », a-t-elle poursuivi, avant de conclure « soyons confiants : nous sommes le peuple ! »

C’est ensuite Pierre Laurent qui a pris la parole. Saluant le « vent de liberté » qui souffle sur Marseille, le secrétaire national du PCF n’a pas manqué de rendre hommage à Raymond Aubrac. « N’allez pas croire aux sornettes selon lesquelles nous serions ici par le talent de je ne sais quel gourou. Notre peuple a repris le chemin de son histoire. Avec le Front de gauche, la gauche a repris le chemin qu’elle n’aurait jamais dû quitter ! », a-t-il lancé, l’assistance clamant en écho « résistance ! résistance ! ».

« Bien plus qu’une étincelle »

« Et voilà Mme Parisot qui attrape des sueurs froides et voit revenir la Terreur. (…) Qu’elle se rassure, cette fois nous leur laisserons la tête mais nous leur plumerons tout le reste ! Oui Messieurs, notre programme va vous coûter très cher », a martelé Pierre Laurent à l’attention du patronat. « Mme Le Pen aussi prend peur. Elle a récemment dit sa crainte de voir le PCF ressuscité. (…) Son cauchemar ne fait que commencer ! », a prévenu le dirigeant communiste.

Egalement président du Parti de la gauche européenne (PGE), il s’est adressé aux peuples d’Europe mis sous pression par les marchés : « Tenez bon. Restez debout. Nous arrivons ! »

Avant de laisser la parole à Jean-Luc Mélenchon, Pierre Laurent l’a affirmé : « Il suffit d’une étincelle pour embraser la plaine. Mais le Front de gauche est bien plus qu’une étincelle, c’est la flamme qui a de nouveau embrasé l’espoir. A Marseille nous le disons : nous ne lâcherons plus rien ! »

Compte-rendu Sébastien Madau et Léo Purguette
http://www.lamarseillaise.fr/le-fait-du-jour/notre-colere-porte-un-nom-l-humain-d-abord-26430-2.html

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Les publications sur ce blog n'engagent pas la responsabilité de la section de Vaulx-en-Velin du PCF, mais uniquement de son auteur.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Les publicacions en aquest bloc no comprometen la responsabilitat de la secció de Vaulx-en-Velin, però només el seu autor.

Rubriques

Recherche




Classement de sites - Inscrivez le vôtre!


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile