Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Communisme en Europe centrale et orientale (anciennes Républiques socialistes)

[Note personnelle] Un article bien meilleur que celui de Le Monde, plus neutre politiquement et moins agressif. Il replace les enjeux de pouvoir et permet de découvrir le cœur de programme du KSCM. On peut cependant regretter l'absence d'éléments politiques permettant d'expliquer ce retour en force institutionnel


Pas de ras-de-marée populiste en République tchèque, mais le retour des communistes
En République tchèque, le parti communiste de Bohême et de Moravie (KSCM), héritier du régime qui présidait à la destinée du pays durant l'ère du bloc soviétique, effectue un retour remarqué.

Le 12 juillet dernier, il a soutenu Andrej Babis, un milliardaire populiste, dont le parti centriste Ano avait remporté les élections législatives en octobre 2017, et lui a permis de remporter un vote de confiance au Parlement, lui permettant enfin de gouverner le pays, après 9 mois d’impasse politique.

Un soutien nécessaire à Babis pour former le gouvernement


Babis avait dans un premier temps échoué à former un gouvernement viable, notamment en raison de ses démêlés avec la justice. Il est au centre d’une enquête judiciaire, pour des soupçons de fraude aux subventions européennes.

Il s’était allié avec les sociaux-démocrates avec lesquels il avait formé un gouvernement de coalition minoritaire. Il leur aura fallu le soutien du Parti communiste, échangé contre des postes importants dans les administrations et les entreprises d'État, et l’adoption de certaines des mesures de leur programme politique pour parvenir effectivement à se voir confier les rênes du pays.

Une première depuis 1989

Depuis la chute du mur de Berlin, le parti communiste tchèque, qui demeure le seul parti communiste d'Europe directement issu de l'ère soviétique, avait réussi à se maintenir à plus de 10 % des intentions de vote, atteignant même 18,5 % en 2002.

Mais ses scores se sont peu à peu érodés, tombant à 7,8 % l’année dernière, le pire résultat de son histoire. Ouvertement pro-russe et anti-OTAN, il occupe 15 sièges au Parlement.

Même s'il ne s’est pas vu confier de portefeuille ministériel, ce soutien l’a fait sortir de l'ombre pour la première fois depuis la chute du communisme en 1989.

Une occasion à ne pas manquer

Vojtech Filip, le président du KSCM, compte bien profiter de cette aubaine. Il a repris à son actif l’augmentation des revenus des retraités tchèques et affirmé que son parti travaillait à l’obtention d’une augmentation des salaires des fonctionnaires et du salaire minimum.

“Le modèle néolibéral est en crise”, a-t-il récemment déclaré dans une interview donnée à Bloomberg. “L’aspect le plus séduisant de notre programme est la justice sociale, qui n’existe pas ici. Il y a eu un élargissement significatif du fossé entre les plus riches et les masses”. Il affirme que son parti ne soutiendra le budget 2019 au parlement que si le cabinet respecte leur accord et qu’il n’hésiterait pas à rejeter les propositions budgétaires qu’il ne “trouverait pas appropriées”.

Une pomme empoisonnée pour Babis

Pour Babis, qui aurait sans doute préféré s’allier avec la droite, c’est une pomme empoisonnée. Non seulement, cette présence pourrait être source de chantage, mais de plus, l’opinion est divisée au sujet de ce retour, et on lui reproche d'avoir fait appel au KSCM.

L'hostilité de ce dernier à l’égard de l’OTAN - il a réclamé par le passé la dénonciation du pacte - risque de poser des difficultés pour le Premier tchèque. Filip a déjà indiqué qu’il s’opposerait à l’envoi de militaires tchèques à l’étranger pour participer à des missions. “Nous ne voulons pas que les décisions de l’OTAN nous entraînent dans des problèmes que nous n’avons pas causés et dans lesquels nous ne voulons pas être impliqués”, dit-il.

L'Express live

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Les publications sur ce blog n'engagent pas la responsabilité de la section de Vaulx-en-Velin du PCF, mais uniquement de son auteur.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Les publicacions en aquest bloc no comprometen la responsabilitat de la secció de Vaulx-en-Velin, però només el seu autor.

Rubriques

Recherche




Classement de sites - Inscrivez le vôtre!


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile