Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Communisme au Japon et en Corée

Le Parti libéral-démocrate (PLD) du premier ministre conservateur japonais Shinzo Abe a subit une lourde défaite électorale à Tokyo ce weekend. Les communistes japonais s'invitent dans cette élections en remportant 19 élus à l'Assemblée métropolitaine de Tokyo (都 議会, Togikai) - article et traduction Nico Maury


Percée des communistes japonais (JCP) à l'Assemblée Métropolitaine de Tokyo
La formation conservatrice du Premier ministre japonais Shinzo Abe a enregistré dimanche une défaite historique lors d'un scrutin local à Tokyo. Les libéraux démocrates remportent 23 sièges contre 59 sièges en 2013 (et qui est bien en dessous des scores de 2009, 38 sièges).

La gouverneure de la préfecture de Tokyo, Yuriko Koike (dissidente du PLD), élue en juillet 2016, a remporté 79 sièges avec la coalition formée autour de son nouveau parti appelé "Kokumin first" ("Assemblée des citoyens de Tokyo d'abord"), soit plus que la majorité absolue des 127 sièges de l'assemblée de Tokyo. À lui seul, son tout nouveau parti en a gagné 49. Elle bénéficiait du soutien du Komeito qui remporte 23 sièges.

14,25% pour les communistes qui renforcent leur implantation dans la capitale

Une fois de plus, les communistes japonais confirment qu'ils sont les leaders d'une opposition à gauche aux politiques du PLD et de ses avatars. Les forces, ici divisées, d’opposition recueillent 25 sièges (dont 19 pour les communistes, 5 pour le Parti démocrate progressiste et un indépendant). Seul le JCP progresse dans cette élection.

Le JCP présentait 37 candidats dans cette élection. Avec 14,25% des voix (773.000 votes) et 19 élus, le JCP renforce sa présence à l'Assemblée métropolitaine de la capitale (+2) et parvient à s'imposer comme la force d'opposition. Il dispose du 4ème groupe groupe politique dans la ville, et de prérogatives politiques supplémentaires.

La participation est de 51,27%, soit une hausse de 7,77%.

Les 127 conseillers sont élus au suffrage universel direct majoritaire plurinominal (les votes ayant lieu au niveau de circonscriptions électorales qui, en fonction de leur population, envoient chacune plusieurs représentants élus selon le système à vote unique non transférable) pour un mandat de quatre ans.

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

i[Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile