Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 


Espace post-soviétique (URSS)

La Pravda, journal du Parti Communiste de la Fédération de Russie revient sur les élections législatives au Kirghizistan.

Le correspondant du journal à Bichkek, capitale de l'ex république soviétique, Sergey KOZHEMYAKIN expose la situation.

Traduction Nico Maury


Que retenir des élections législatives au Kirghizistan ?
Malgré la réforme du système électoral, les forces représentant les intérêts des grandes entreprises ont conservé le plein contrôle de la législature. Ils ne pourront pas empêcher le pays de sombrer dans une crise profonde.

L'une des affirmations des opposants au gouvernement soviétique était qu'il n'y avait pas d'élections libres et qu'il suffit d'établir un régime démocratique, car les plus méritants accèderont automatiquement au pouvoir par un vote qui permettra une compétition loyale d'idées.

Ces rêves attendaient le même sort peu enviable que les autres - sur la prospérité, l'abondance, etc. La domination du marchant et du financier ne pouvait que subjuguer la sphère des élections, et le facteur décisif n'était pas l'esprit, l'honneur et la conscience des candidats, mais l'attrait aux ressources financières.

L'exemple du Kirghizistan peut être qualifié de référence. L'élaboration des programmes électoraux est vue ici comme un rituel fastidieux et s'effectue selon le principe « juste pour s'en débarrasser ». Ils sont remplis d'un ensemble de phrases sans signification et sans rapport, le plus souvent copiées sans réfléchir à partir de documents d'organisations politiques étrangères. Une ou deux pages de slogans vides, sans fondement, c'est toute la base idéologique des candidats. On en vient souvent à des absurdités. Par exemple, les promesses de multiplier les pensions et les prestations vont de pair avec des déclarations sur la privatisation totale et la réduction de la pression fiscale sur les entreprises.

Tous les efforts ont été déployés non pour convaincre l'électeur, mais pour l'acheter ou le séduire. Les rues, les autoroutes, les bâtiments étaient couverts d'affiches publicitaires, parfois de la taille d'un immeuble à plusieurs étages. Les votes étaient achetés - parfois directement entre 1000 à 2000 soms (équivalent à 10 à 20€), parfois par l'intermédiaire de comités où de fonctionnaires.

Cette pratique ne pouvait pas être modifiée par la réécriture de la législation. Le nombre de députés du Jogorku Kenesh, le parlement du Kirghizistan, a été réduit de 120 à 90, et si auparavant ils étaient tous élus par des listes de parti, maintenant le scrutin est devenu mixte - 36 parlementaires sont élus dans des circonscriptions uninominales, le reste par listes. La barrière de passage a été abaissée de 7 à 5 % et le seuil de participation a été complètement éliminé. De plus, le vote est devenu préférentiel - vous pouvez désormais choisir non seulement un parti, mais également un candidat spécifique.

Toute cette correction cosmétique n'a eu aucun effet sur la qualité du scrutin. Selon les données préliminaires, 6 partis entrent au parlement : Ata-Zhurt Kirghizistan, Ishenim, Yntymak, Alliance, Butun Kirghizistan et Yiman Nuru . Presque tous les candidats gagnants, y compris ceux des circonscriptions uninominales, sont de grands hommes d'affaires ; nombre d'entre eux ont déjà occupé des sièges parlementaires ou des postes gouvernementaux. La plupart d'entre eux sont fidèles aux autorités. Les forces politiques autorisées à incarner l'opposition, comme les partis Ata Meken (Patrie) et les sociaux-démocrates ne franchissent pas le seuil électoral.

La montée de la rhétorique religieuse est devenue une tendance inquiétante. Par exemple, le parti Yiman Nuru appelle à construire une société sur les valeurs islamiques. "Si nous continuons à dire que nous sommes un pays laïc, la fin sera désastreuse", déclare son chef Nurzhigit Kadyrbekov. De plus, pour la première fois, pas un seul député russe ne sera élu au parlement kirghize. Dans ce contexte, les paroles du président Sadyr Japarov qui explique que "nos sages ont choisi leurs meilleurs fils et filles" ressemblent à une parodie.

Il est évident que la nouvelle composition du parlement n'est pas en mesure de changer le cours du développement du pays, et elle ne mènera pas une telle tâche. Pendant ce temps, la situation au Kirghizistan empire de jour en jour. Les États voisins ont cessé de fournir de l'électricité et les ressources de la république elle-même s'épuisent. Les autorités font allusion à des pannes d'électricité progressives. Dans le même temps, les prix du charbon et de l'essence ont considérablement augmenté, alors qu'un hiver rude menace.

La situation ne peut être renversée que par le ralliement des travailleurs-travailleuses, par leur prise de conscience des causes de leurs problèmes. Il existe de nombreux signes d'un mécontentement croissant. Le taux de participation à ces élections était à son plus bas niveau, seulement 34%. Près de 10% des voix exprimées étaient des votes nuls. Dans trois circonscriptions uninominales, y compris dans deux aires métropolitaines du pays, la majorité des électeurs-électrices ont voté contre tous les candidats, obligeant à un report du scrutin. Mais cette protestation passive restera vaine si elle n'est pas menée par la gauche progressiste. Malheureusement, il n'y a pas encore de telles personnes au Kirghizistan, mais la vie elle-même exige leur apparition.

La Pravda

Résultats des élections législatives kirghizes :

Participation : 34,67%

Ata-jourt Kyrgyzstan (droite) : 16,85%
Ishenim (droite) : 13,53%
Yntymak (centre-droit) : 10,87%
Alliance (centre-droit) : 8,26%
Kirghizistan uni (droite conservatrice) : 6,77%
Yyman Nuru (islamistes) : 6,02%

Les autres partis ne franchissent pas le seuil des 5%

Sur les 33 circonscriptions uninominales, 35 sont gagnées par des candidats indépendants et 1 par les Sociaux-Démocrates (3,21% au scrutin de liste). 2 circonscriptions restent vacantes, les électeurs-électrices ayant rejeté les candidatures.

Le Parti des communistes du Kirghizistan n'est plus représenté au parlement depuis 2010. Pour ces élections, avec 8 autres partis, les communistes ont été interdit de scrutin par la Commission électorale centrale.

Perspective communiste
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Perspective communiste
Nicolas Maury
[Fr] Perspective communiste, blog francophone ayant pour vocation le partage d’informations nationales et internationales. De proposer des analyses marxistes de l’actualité et du débat d’idée. Ainsi que de parler de l’actualité du Parti Communiste Français et du Mouvement des Jeunes Communistes de France.

[Cat] Perspectiva comunista, bloc francòfon dedicat a compartir informació nacional i internacional. Oferir anàlisis marxistes d’actualitat i debat d’idees. A més de parlar de les notícies del Partit Comunista Francès i del Moviment de Joves Comunistes de França.

[Esp] Perspectiva comunista, blog francófono dedicado a compartir información nacional e internacional. Ofrecer análisis marxistas de los asuntos actuales y el debate de ideas. Además de hablar sobre las noticias del Partido Comunista Francés y el Movimiento de Jóvenes Comunistas de Francia.

[Eng] Communist perspective, French-speaking blog dedicated to sharing national and international informations. To offer Marxist analyzes of current affairs and the debate of ideas. As well as talking about the news of the French Communist Party and the Movement of Young Communists of France.

[All] Kommunistische Perspektive, französischsprachiger Blog zum Austausch nationaler und internationaler Informationen. Marxistische Analysen der aktuellen Angelegenheiten und der Debatte über Ideen anbieten. Sowie über die Nachrichten der Kommunistischen Partei Frankreichs und die Bewegung der jungen Kommunisten Frankreichs.

[RUS] Коммунистическая перспектива, франкоязычный блог, посвященный обмену национальной и международной информацией. Предложить марксистские анализы текущих дел и дебаты идей. А также говорить о новостях французской коммунистической партии и движения молодых коммунистов Франции.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile