Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 


Espace post-soviétique (URSS)

Que retenir des présidentielles turkmènes ?

La "démocratie" et les "droits de l'homme", sous la bannière desquels l'Union soviétique a été détruite, ont d'abord été une illusion, qui a servi de couverture et, 30 ans plus tard, la bourgeoise dirigeante ne s'embarasse plus de se cacher derrière ces masques.

Traduction Nico Maury


Que retenir des élections présidentielles turkmènes ?
Le peuple du Turkménistan a élu un nouveau président. Ce n'est que dans cette formulation que l'événement, qui s'est produit le 12 mars, peut être décrit par un transfert des pouvoirs de Berdymoukhamedov, le père, à Berdymoukhamedov, le fils. Cette opération éclair ne garantit cependant pas un avenir apaisé au pays.

La "démocratie" et les "droits de l'homme", sous la bannière desquels l'Union soviétique a été détruite, ont d'abord été une illusion, qui a servi de couverture à la domination des forces arrivées au pouvoir. Aujourd'hui, 30 ans plus tard, les classes bourgeoises dirigeantes se débarrassent enfin de ces masques. Derrière eux se cache le désir d'une domination sans restriction. Longtemps enterrés, semble-t-il, les fantômes de la monarchie et du despotisme médiéval rampent et exigent une obéissance inconditionnelle du peuple.

Le Turkménistan est un exemple d'une telle régression historique. Gurbanguly Berdimuhamedov a dirigé le pays pendant quinze ans. Ses trois campagnes en tant que candidat à la présidentielle n'étaient qu'un simple rituel, et son résultat est passé de 89 % en 2007 à 98 % en 2017. Mais même cet "arkadag" ("patron" - tel est le titre officiel de Berdymukhammedov) ne suffisait pas. Il a décidé d'assurer à jamais le pouvoir pour lui et sa famille.

En février, lors d'une réunion de la chambre haute du parlement, le président a annoncé qu'il avait atteint "l'âge du prophète" et qu'il voulait laisser la place aux jeunes. Dès le lendemain, la Commission électorale centrale locale a convoqué des élections anticipées et, deux jours plus tard, le Parti démocrate au pouvoir a nommé Serdar Berdimuhamedov comme candidat. Selon des publications étatiques, les intervenants ont souligné les qualités exceptionnelles de leadership et d'organisation de la progéniture présidentielle, sans oublier de souligner son expérience managériale et le fait important qu'« en tant que personne modeste et sympathique, bon père de famille et partisan d'un mode de vie sain , il a gagné le respect de ses collègues. Laissant les autres mérites entre parenthèses, nous admettons que Serdar Gurbangulyevich a vraiment une expérience de gestion. Le président le préparait depuis longtemps comme son successeur, nommant son fils soit comme gouverneur, soit comme ministre,

Transférant le pouvoir par héritage, le chef de l'État ne se souciait même pas beaucoup des attributs démocratiques externes. L'inscription des candidats n'a été achevée que 18 jours avant la date des élections, et encore moins de temps a été alloué à la campagne. Cependant, il n'y avait pas de concurrence. Bien que Serdar Berdimuhamedov se soit vu attribuer jusqu'à huit rivaux, ils jouaient tous le rôle de figurants et n'étaient pas connus de la grande majorité des citoyens. Ainsi, parmi les candidats figuraient le médecin-chef du sanatorium, le directeur d'un lycée professionnel, le chef du service sanitaire et épidémiologique du district, le vice-recteur de l'Institut d'éducation physique et sportive, etc. Aucun d'entre eux n'offrait de programme intelligible.

Serdar Berdimuhamedov est une autre affaire. Il s'est rendu aux urnes avec un document au titre retentissant "Renaissance d'une nouvelle ère d'un État puissant : le programme national pour le développement socio-économique du Turkménistan pour 2022-2052". De plus, il ne s'agit pas seulement d'une plate-forme pré-électorale, mais de toute une stratégie d'État qui a déjà été approuvée par le parlement. C'est arrivé à la même session lorsque le président sortant a annoncé son intention de démissionner. Le timing du programme est intéressant. Evidemment, l'entourage de Gurbanguly Berdimuhamedov s'attend sérieusement à ce que le nouveau chef de l'Etat ait 30 ans pour construire la fameuse « nouvelle ère ».

Certes, le déroulement même de la campagne différait peu de phénomènes similaires dans d'autres pays. Selon les médias émigrés, les prix ont été baissés avant les élections et une quantité suffisante de nourriture a été apportée dans les magasins. Les employés de l'État et les étudiants ont été contraints de voter pour le "bon candidat", et le jour du vote lui-même a été transformé en jour férié - avec des concerts et des friandises. Arrivé au bureau de vote, l'actuel chef du Turkménistan a qualifié les élections "d'historiques" et a déclaré qu'elles étaient "ouvertes, égales, démocratiques et sur une base légale".

Comme prévu, Serdar a suivi le chemin de son père. Selon les informations officielles, le taux de participation a dépassé 97 %. Et bien que les données sur les candidats n'aient pas encore été annoncées, il ne fait aucun doute qui exactement deviendra le "héros" de l'inauguration le 19 mars.

Quant à Gurbanguly Berdimuhamedov, il ne quittera pas la politique et continuera à diriger la chambre haute du parlement. Par ailleurs, le 1er mars, le président a annoncé la nécessité « d'améliorer la Constitution ». Les amendements, a-t-il précisé, porteront sur la révision des droits et obligations des pouvoirs publics. Il est possible que la réforme donne au speaker de nouveaux pouvoirs et qu'il aide son fils-président à s'habituer au rôle de « leader de la nation ».

Planifiant son avenir pour les décennies à venir, la « dynastie » turkmène au pouvoir ne tient manifestement pas compte des obstacles éventuels, dont le principal est la situation socio-économique la plus difficile. Dans "l'indice de la faim dans le monde", déterminé chaque année par l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, le Turkménistan se classe deuxième dans l'espace post-soviétique après le Tadjikistan. De plus, on note une détérioration de plusieurs indicateurs. Par exemple, la proportion de personnes souffrant de la faim est maintenant plus élevée qu'il y a quinze ans et la mortalité infantile dans le pays est la plus élevée d'Asie centrale.

Le mythe du Turkménistan, en tant que république s'est effondré, les habitants seraient exemptés de factures de services publics. Ces "bénéfices" étaient auparavant relatifs - l'Etat ne subventionnait qu'un certain nombre de tarifs et jusqu'à un certain seuil de consommation, assez bas (par exemple, 35 kWh d'électricité et 250 litres d'eau par mois). Il y a cinq ans, les autorités ont supprimé ces quelques avantages. Comme il a été annoncé, "la population qui de manière prospère, les subventions sur les prix "empêchent la transition vers des relations de marché".

Depuis lors, des centaines d'entreprises appartenant à l'État ont été privatisés dans le pays. Rien que l'année dernière, 95 entreprises d'une valeur de 470 millions de manats (18 milliards de roubles) ont été transférées à des mains privées. Le processus a été facilité par les amendements à la loi «Sur la dénationalisation et la privatisation des biens de l'État», qui sont entrés en vigueur à la fin de l'année dernière. Ils ont fortement réduit la liste des biens qui ne peuvent pas être privatisés. Démontrant l'insuffisance des approches des autorités pour résoudre des problèmes aigus, ces exemples jettent un doute sur la pérennité de ses plans.

Sergey KOZHEMYAKINE
La Pravda

Résultats des élections présidentielles

Participation : 97,12%

Serdar Berdimuhamedov : 72,97%
Agadjan Bekmyradov : 7,22%
Babamyrat Meredov: 1,08%
Perhat Begenjov : 2,02%
Maksat Odeshov : 1,15%
Berdimammet Kourbanov : 2,22%
Maksatmyrat Ovezgeldiev : 1,16%
Kakageldi Sariyev : 1,09%
Khydyr Nunnaev : 11,09%

Et les communistes dans ces élections ?

Le Parti Communiste du Turkménistan est interdit depuis 1991. En 1992, un Comité d'organisation pour la restauration du Parti communiste a été crée puis rapidement interdit sous la présidence de Niyazov. De 1998 à 2002, le Parti communiste fonctionne de manière semi-légale et crée avec le Parti social-démocrate (lui aussi interdit) un bloc d"opposition (ODOT). Depuis 2002, toute l'opposition est interdite et les dirigeants de cette dernière en exil où en prison.

Serdar Rakhimov (ancien ambassadeur du Turkménistan au Pakistan) et leader des communistes turkmènes est en prison depuis 2002 (pour 25 ans).

Perspective communiste
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Perspective communiste
Nicolas Maury
[Fr] Perspective communiste, blog francophone ayant pour vocation le partage d’informations nationales et internationales. De proposer des analyses marxistes de l’actualité et du débat d’idée. Ainsi que de parler de l’actualité du Parti Communiste Français et du Mouvement des Jeunes Communistes de France.

[Cat] Perspectiva comunista, bloc francòfon dedicat a compartir informació nacional i internacional. Oferir anàlisis marxistes d’actualitat i debat d’idees. A més de parlar de les notícies del Partit Comunista Francès i del Moviment de Joves Comunistes de França.

[Esp] Perspectiva comunista, blog francófono dedicado a compartir información nacional e internacional. Ofrecer análisis marxistas de los asuntos actuales y el debate de ideas. Además de hablar sobre las noticias del Partido Comunista Francés y el Movimiento de Jóvenes Comunistas de Francia.

[Eng] Communist perspective, French-speaking blog dedicated to sharing national and international informations. To offer Marxist analyzes of current affairs and the debate of ideas. As well as talking about the news of the French Communist Party and the Movement of Young Communists of France.

[All] Kommunistische Perspektive, französischsprachiger Blog zum Austausch nationaler und internationaler Informationen. Marxistische Analysen der aktuellen Angelegenheiten und der Debatte über Ideen anbieten. Sowie über die Nachrichten der Kommunistischen Partei Frankreichs und die Bewegung der jungen Kommunisten Frankreichs.

[RUS] Коммунистическая перспектива, франкоязычный блог, посвященный обмену национальной и международной информацией. Предложить марксистские анализы текущих дел и дебаты идей. А также говорить о новостях французской коммунистической партии и движения молодых коммунистов Франции.

Rubriques

Recherche




RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile