Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



Programme et idées du Parti communiste français

Dimanche 2 Juillet 2006

L'UMP SOUMET LE SMIC AU RÉGIME MINIMUM, PENDANT QUE LES ACTIONNAIRES SE RÉGALENT
réaction d'Alain Bocquet, Président du groupe des député-e-s communistes et républicains


SMIC
Au moment même où les actionnaires d'Arcelor, tirant partie des surenchères boursières de Mittal, voient la valeur de leur titre grimper de 49% par rapport au début de l'année et s'apprêtent à recevoir environ 8,5 milliards d'euros en cash, le gouvernement choisit de limiter la revalorisation du SMIC à un infime coup de pouce, tout juste supérieur de 0,25% au minimum légal. C'est là une nouvelle illustration du cynisme d'une majorité UMP qui, aux
ordres du MEDEF, ne cesse de favoriser le capital au détriment du travail.

D'un côté, la France devient un pays de bas salaires, reléguée au 14ème rang européen, avec la moitié des salariés gagnant moins de 1.450 euros mensuels nets, le salaire médian ayant reculé de 0,4% en 2004. De l'autre, les grandes entreprises accumulent les profits au bénéfice des placements financiers, les sociétés du CAC 40 distribuant à elles seules 30 milliards d'euros sous forme de dividendes ou de rachat d'actions en 2005, soit une hausse de 19% sur 2004.

Le véritable projet de la droite est de consolider ce système de spoliation des richesses créées par la collectivité. En prônant une " amélioration " du pouvoir d'achat des familles par l'augmentation du temps de travail ou par le développement de la participation et de l'actionnariat salarié, les prétendants de la droite à l'élection présidentielle entendent perpétuer un état d'injustice sociale où l'emploi reste mal payé, précaire, et sert de variable d'ajustement pour maximiser les profits. Plutôt que de contraindre les salariés aux heures supplémentaires ou de leur imposer des systèmes d'intéressement qui les privent de leurs droits à la protection sociale, il faut opter sans attendre pour une relance significative des salaires et des revenus.

Cela passe par le relèvement immédiat du SMIC à 1500 euros et la revalorisation des minima sociaux et des retraites, ainsi que par l'organisation d'un Grenelle des salaires pour engager un dépoussiérage de l'ensemble des grilles conventionnelles, y compris dans la fonction publique. La mise en œuvre de telles mesures permettrait de soutenir durablement la consommation des ménages, premier moteur de la croissance économique, et d'abonder en ressources précieuses les caisses des organismes sociaux.

Nicolas Maury
Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Ancien secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Perspectiva comunista (CAT)

i[Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - ex-Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Rubriques

Recherche




Classement de sites - Inscrivez le vôtre!


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile