Twitter
Facebook
Google+
Nicolas Maury Militant PCF Istres






 



La France n'est pas aux travailleurs, elle est à 500 familles qui la pillent

Véritable scènes d’une violence très organisée, des groupes cagoulés, armés de pierres, de barre de fer, portant casques et gants, voici le paysage dès notre arrivée à Strasbourg après moultes tentatives de détourner les bus qui convergeaient vers la manifestation mondiale anti OTAN


Strasbourg, une ville livrée à l’OTAN par Alain Girard
Scènes de guerre, pseudo anarchistes et vrais CRS s’ajoutent pour briser la manifestation.

Ils sont déjà des milliers rassemblés au pied des podium, le PCF, le NPA, le Parti de Gauche, le Mouvement de la Paix, la CGT, l’UJFP, les Amis de Cuba, par milliers ils se rassemblent sous les premiers tirs de lacrymogènes, les Black Block sont omniprésents autour et tentent d’attirer les tirs de lacrymo sur la foule pacifique. Les stands des organisations démocratiques sont noyés sous les gaz et évacués.

Le cortège démarre avec deux heures de retard, la police allemande a, sous prétexte de sécurité,interdit le passage aux pacifistes de l’Outre Rhin, quelques vieux routiers du DKP et du Linkspartei ont pu pénétrer sur notre territoire et nous rejoindre.

La manif s’ébroue et bizarrement les pseudo anarchistes défilent sur les côtés encadrant littéralement le cortège, survient, en toute innocence, toute une escouade de CRS en camionnettes qui entre dans la foule, jets de pierres, de barres de fer, les manifestants sont coincés entre casqués et cagoulés et les premiers blessés ne tardent pas chez ceux qui n’ont ni casque ni cagoule.
Quelques manifestants tentent de bloquer des casseurs mais ils sont plusieurs centaines organisés et laissés totalement libres d’action.

Chaque pont est fermé, il est impossible de quitter la manifestation, chaque pont donne lieu à affrontements, c’est réglé comme du papier à musique, les lacrymos repleuvent sur la queue de la manifestation, à proximité un hôtel brûle, les hélicoptères survolent et guident chaque action des forces de répression.

La tête de la manifestation est bloquée dans un goulet, en fin les cagoulés ont bloqué le retour possible avec deux wagons SNCF qui se trouvaient opportunément là.

Les lacrymos repartent de plus belle, c’est impossible de tenir, sur le bas côté, des dizaines de Black Block, décagoulés respirent, se soignent avec leurs trousses à pharmacie, oui ils sont équipés genre CRS, pas un seul flic en vue pour les identifier, les interpeller, pourtant les hélicos tournent et filment mais allez savoir qui et quoi !

Nous évacuons sur une petite route latérale pour échapper aux gaz mais le gros de la manif est bloqué et les forces d’Alliot Marie exigent que les manifestants s’assoient pour autoriser le passage, là aussi étrangement les premiers assis seront les Black Block, bien gentils et obéissants ces Black Block, les poches bourrées de pierre….

Par cette petite route nous parvenons à rejoindre une zone sans gaz et nous récupérons une camarade du 18, complètement perdue, nous retrouvons notre point de départ, sur la route, les éclats de verre après le pillage d’une station service par les héros du Black Block.

Le retour au bus est prévu à 17h00.

De vieux militants sont coincés à l’entrée d’un pont, tout est bloqué,,des pierres jonchent le sol, les CRS sont relativement détendus et donnent des itinéraires de sortie, qui se révéleront trop fragiles de par les affrontements qui se déplacent en permanence.
Pourtant un gradé nous permettra d’en sortir, visiblement le CRS d’aujourd’hui a changé de physionomie !

Une voiture s’arrête et son conducteur se propose de nous déposer à notre car, nous sommes 5 et il prend le risque de nous charger tous, il est strasbourgeois et certainement d’origine turque, nous passons devant des dizaines de véhicules de Madame Alliot Marie, rien ne se passe. Il nous décharge, c’est aussi cela Strasbourg.

Arrivés au bus il manque plus de la moitié des passagers, il est 18h30, les ponts toujours bloqués eu partiellement ouverts, selon les choix des flics ou plutôt de leurs hiérarchie.

Par les portables nous retrouvons un peu de monde, un militant communiste retraité a un pansement à l’arcade sourcilière une belle tâche de sang sur sa chemise blanche et son noeud pap, bien en place sonne comme un défi, il a été victime des Black Block mais c’est un communiste alors il offre sa tournée de Mirabelle, je crois.

Un groupe arrive, une militante du NPA est juchée sur un vélo, le mollet bandé, brûlée par une lacrymo, le vélo est celui de strasbourgeois qui ont aidé au transport, c’est cela aussi Strasbourg.

Il manque encore du monde, toujours bloqués au niveau du pont de l’Europe, tenu par les horaires de conduite de notre chauffeur , déjà largement débordé, le car part sans eux, pas sans état d’âme, un couple et leur enfant nous salue de leur fenêtre, encore Strasbourg.

Le bilan de cette journée est pourtant intéressant, l’Otan ne pourra agir sans opposition des peuples et l’essentiel est là, les communistes étaient très présents, les drapeaux rouges flottaient et n’ont jamais été en berne, ils venaient de toutes les langues, unis par la Paix et l’idéal partagé.

Nous continuons à Starsbourg ou ailleurs, c’est notre tâche, notre voie, notre combat.

Alliot Marie doit rendre des comptes…

Obama a, sans sourcillé, trempé son biscuit dans sa coupe de champ quand du sang coulait dans les rue de la ville, il est coupable par sa seule présence à ce sommet.

Sarkozy est sans doute satisfait, la fascisation de la société progresse, aidée en cela par de adversaires bien conciliants…

Demeure cette étrange impression d’une situation bien révélatrice.

la présence des troupes, euh pardon, des forces de répression allemandes sur le territoire français agissant conjointement à museler l’expression pacifique de citoyens du monde et de France.

Des patrouilles franco-allemandes, nous voici bien replongés dans las traces de l’histoire, la moins glorieuse de l’État français, celle de VIchy.

La Polizei tenait hier une partie des rue de Strasbourg.

Strasbourg humiliée, Strasbourg outragée, Strasbourg martyrisée mais Strasbourg sera libérée.

Foi de communiste.

Nicolas Maury
Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo Pinterest


Perspective COMMUNISTE
Nicolas Maury
Nicolas Maury
Militant communiste, membre du Parti Communiste Français (PCF), Fédération du Rhône (69) - Secrétaire de la section de Vaulx-En-Velin. (Membre du Cairde Sinn Féin / de l'Assemblée nationale catalane / et de la CGT)

Adhérent au Mouvement des Jeunes Communistes de France (MJCF) de 2004 à 2014 - Coordinateur de l'Union de ville Ouest-Etang-de-Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Saint Mitre) de 2007 à 2009, Secrétaire à l'organisation de la Fédération des Bouches-du-Rhône du MJCF (2009-2011) et Coordinateur Fédéral du MJCF du Rhône (mars- novembre 2014), membre du Conseil National du MJCF de 2009 à 2014.

Les publications sur ce blog n'engagent pas la responsabilité de la section de Vaulx-en-Velin du PCF, mais uniquement de son auteur.

Perspectiva comunista (CAT)

Militant comunista, membre del Partit Comunista Francès (PCF), Federació de Rhône (69) - Secretari de la secció de Vaulx-en-Velin, (Membre de Cairde Sinn Féin, Assemblea Nacional Catalana i dels CGT)

En complir amb el Moviment de Joves Comunistes de França (MJCF) 2004-2014 - Coordinador de la unió de ciutats oest estany de Berre (Istres, Fos, Martigues, Port de Bouc, Sant Mitre) a partir del 2007 al 2009, Secretari d'organització de la Federació del Boques del Rhône dels MJCF (2009-2011) i Coordinador Federal dels MJCF del Rhône (de març a novembre de 2014), membre del Consell Nacional MJCF 2009-2014.

Les publicacions en aquest bloc no comprometen la responsabilitat de la secció de Vaulx-en-Velin, però només el seu autor.

Rubriques

Recherche




Classement de sites - Inscrivez le vôtre!


RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile